Une pétition qui circule sur les réseaux sociaux force le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) à nier toute amputation dans les services d’urgence, de traumatologie et de chirurgie à l’Hôpital de Maniwaki.

Hôpital de Maniwaki: une pétition qui dérange le CISSSO

Une pétition qui circule sur les réseaux sociaux force le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) à nier toute amputation dans les services d’urgence, de traumatologie et de chirurgie à l’Hôpital de Maniwaki.

La pétition, lancée en ligne jeudi matin par Georges Lafontaine, avait déjà obtenu quelque 800 signatures en fin d’après-midi. 

Le texte auquel adhèrent les signataires indique notamment que le CISSSO «envisage de réduire les services de chirurgie et de trauma au CH de Maniwaki pour les transférer vers Mont-Laurier, ce qui signifie que les accidentés de la route seraient automatiquement dirigé (sic) vers cette ville ou vers Gatineau», et que «Maniwaki ne serait plus qu’une forme de clinique». 

Le CISSSO a répliqué par voie de communiqué pour «corriger certaines informations et rassurer la population quant au maintien des services de proximité».

Il est indiqué que lors d’une tournée du conseil d’administration à Gracefield en début de semaine, le CISSSO a «réitéré [sa] volonté de maintenir les services déjà en place à Maniwaki en plus de poursuivre le développement de certains services de proximité». 

Le CISSSO note qu’il souhaite «optimiser le fonctionnement des blocs opératoires et envisage des partenariats dans le but non pas de réduire les services mais bien de consolider la présence médicale dans la région», et qu’il n’a «jamais été question» que les services d’urgence ou de traumatologie offerts à Maniwaki soient réduits.