La collision frontale de ce week-end sur l’autoroute 50 a forcé le déclenchement d’un « code orange » pour la première fois depuis quelques années à l’urgence de l’hôpital de Hull.

Hôpital de Hull: un premier «code orange» depuis 2013

La collision frontale de ce week-end sur l’autoroute 50 a forcé le déclenchement d’un «code orange» pour la première fois depuis quelques années à l’urgence de l’hôpital de Hull.

Le ministère de la Santé du Québec décrit un code orange comme étant un « sinistre externe qui implique la réception massive de blessés ».

Selon la porte-parole du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), Patricia Rhéaume, le déclenchement du « code orange » implique un ensemble de mesures exceptionnelles pour s’assurer que les ressources soient suffisantes afin d’offrir les soins appropriés à cet important influx de blessés.

Dans la nuit de samedi à dimanche à l’hôpital de Hull, ç’a signifié l’arrivée d’urgence d’un chirurgien supplémentaire et le transfert temporaire de personnel de l’unité des soins intensifs à l’urgence.

À LIRE AUSSI: Cinq blessés dans une collision frontale sur la 50

La Coopérative des paramédics de l’Outaouais a également reçu la consigne de transporter les patients à l’hôpital de Gatineau plutôt qu’à Hull, pendant quelques heures.

Il s’agit véritablement d’une situation exceptionnelle. La dernière fois, c’était en avril 2013 lorsqu’un individu armé a ouvert le feu dans une garderie de la rue Gamelin, selon Mme Rhéaume.

« L’opération de ce week-end a été un grand succès. Tout le monde a mis l’épaule à la roue, souligne la porte-parole du CISSSO. On est toujours très touché par la rapidité à laquelle ça se passe, c’est un beau travail de collaboration. »

« Ça s’est fait de façon exceptionnelle. On remercie grandement les équipes », ajoute le directrice des soins infirmiers, Marie-Ève Cloutier, qui souligne que les employés sont toujours mobilisés au lendemain de l’incident puisque la hausse de la charge de travail continue de se faire sentir, même lorsque les patients quittent l’urgence.

Lorsque le code orange a été déclenché, de nombreux employés de l’hôpital de Hull ont agi pour offrir leur aide, notamment en se présentant au travail plus tôt que prévu. Certains employés qui ne devaient pas travailler cette fin de semaine ont même appelé leur employeur pour offrir leur aide, raconte Patricia Rhéaume.

Bonnes nouvelles

Malgré la violence de la collision survenue vers 3 h 30 dimanche matin sur l’autoroute 50, les cinq blessés transportés à l’hôpital de Hull ne sont plus en danger de mort, malgré les blessures sévères subies par deux d’entre eux.

En plus des ressources dirigées vers les soins aux patients, le CISSSO a également assuré la présence d’aide psychosociale pour les proches des victimes de la collision qui auraient pu en avoir besoin. Les employés ont également accès à ces services, ajoute Mme Cloutier.

« On a vraiment pensé à tout », indique avec fierté la porte-parole de l’organisation.

« On est content, parce que tous les blessés ont survécu », soutient Marie-Ève Cloutier, qui évite d’en dire trop sur l’état des patients, par respect pour leur vie privée et pour leurs proches.

À noter que la cause de l’accident demeure inconnue, mais la Sûreté du Québec soupçonne l’un des conducteurs d’avoir été en état d’ébriété. Une prise de sang a été réalisée sur cet individu à l’hôpital. Des analyses permettront de déterminer le taux d’alcool dans son système au moment de la collision.