Patrick Guay, président par intérim du SPSO

Heures supplémentaires obligatoires: la FIQ réclame une rencontre d'urgence en Outaouais

Confronté à une cinquantaine de démissions depuis le début juin, le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais (SPSO) réclame une « rencontre d’urgence » avec la direction du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) et le ministre responsable de la région, Mathieu Lacombe.

Le SPSO a convoqué les médias, mercredi, pour dénoncer une dégradation des conditions de travail de ses membres qui perdure « depuis plusieurs années ».

Tel que révélé récemment dans Le Droit, les heures supplémentaires et le nombre de cas d’assurance salaire ont connu d’importantes hausses au cours des dernières années.

Le président par intérim du SPSO, Patrick Guay, a indiqué que malgré une amélioration de la situation à l’urgence de l’Hôpital de Hull en raison d’un projet pilote de ratios, « c’est tout le contraire qui s’est passé à l’urgence de [l’Hôpital] de Gatineau ». « L’urgence de Gatineau a vécu, depuis le début de l’été, une explosion de temps supplémentaire obligatoire et de temps supplémentaire », a-t-il mentionné.

Selon les données présentées par le SPSO, il y a eu 58 démissions chez ses membres depuis le 1er juin dernier, de même que 28 départs à la retraite. 

Pour la même période, il y a eu embauche de 28 professionnelles en soins, de 12 candidates à l’exercice de la profession d’infirmière et de 48 réembauches ou changements de titre d’emploi, a indiqué le syndicat.

Le SPSO dit avoir demandé qu’un projet de « ratios sécuritaires » similaire à celui de Hull soit aussi implanté à l’urgence de l’Hôpital de Gatineau, mais affirme n’avoir obtenu aucune réponse à ce sujet.

« Pourtant, il existe en Outaouais une entente relative au statut particulier de l’Outaouais, qui est accompagnée de fonds pour, entre autres, mettre en place des projets spéciaux pour les professionnelles en soins et les retenir dans la région, souligne le SPSO. Ces fonds pourraient justement servir à l’implantation d’un deuxième projet ratios dans la région. »

Lacombe réagit

Alors que les demandes pour une rencontre étaient demeurées sans réponse, Patrick Guay a pu parler avec le ministre Lacombe peu de temps après la conférence de presse de mercredi.

« On est prêt à regarder la possibilité de le rencontrer », a indiqué M. Lacombe au Droit. « Il faut voir d’abord si c’est possible à courte échéance et voir également qui pourrait prendre part à cette rencontre-là », a précisé le ministre responsable de la région.

Le CISSSO a pour sa part indiqué qu’une rencontre aura lieu avec le SPSO à une date qui reste à être déterminée.

En ce qui concerne les revendications du syndicat, Mathieu Lacombe soutient que le projet pilote ayant modifié les ratios à différents endroits en province est « actuellement en analyse » et que la ministre de la Santé, Danielle McCann, évaluera « quelle suite » y sera donnée.

Alors que le premier ministre François Legault a déjà affirmé que la rémunération du personnel infirmier de l’Outaouais devait être augmentée en raison de la proximité avec l’Ontario, M. Lacombe assure qu’une telle mesure est toujours prévue.

« C’est un engagement qu’on a pris, on a un mandat de quatre ans, ça ne fait pas encore un an qu’on est élus, a-t-il indiqué. On a dit qu’on tiendrait tous nos engagements, donc on a l’intention de tenir celui-là aussi. »