Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
En raison du bris de service en obstétrique à l’hôpital de Shawville, les futures mères du Pontiac doivent accoucher à Pembroke.
En raison du bris de service en obstétrique à l’hôpital de Shawville, les futures mères du Pontiac doivent accoucher à Pembroke.

Fermeture de la frontière: «un stress important» pour les futures mamans du Pontiac

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La fermeture de la frontière entre le Québec et l’Ontario crée un «un stress important» pour les futures mères du Pontiac qui doivent accoucher à Pembroke en raison du bris de service en obstétrique à l’hôpital de Shawville, dénonce le regroupement citoyen La Voix du Pontiac.

Le regroupement a souligné par voie de communiqué que la journée de lundi a été «la première de nombreuses journées stressantes pour les futures mamans du Pontiac». En effet, les points de contrôles qui seront en place sur les différents ponts entre le côté pontissois et le côté ontarien de la rivière créent un stress important pour les mamans dont l’accouchement est prévu dans un avenir rapproché», précise le communiqué.

Un bris de services touche depuis plus d’un an l’obstétrique à l’Hôpital du Pontiac en raison d’une pénurie d’infirmières formées pour y travailler. L’été dernier, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais avait indiqué que les deux tiers des femmes de cette région accouchaient en Ontario depuis l’interruption du service à Shawville.

«Tristement, les pontissoisses doivent encore s’expatrier pour donner naissance à leur enfant, déplore La Voix du Pontiac. Plusieurs d’entre elles ont appris la mise en place de barrages routiers avec beaucoup d’appréhension. Déjà que l’absence du service d’obstétrique les prive d’une naissance en milieu familier offrant le [soutien] émotionnel de leur famille, la sécurité d’être près du lieu de naissance et la familiarité de l’équipe qui a suivi la grossesse. Maintenant, elles, et leurs conjoints, doivent composer avec un calcul afin d’espérer se rendre à temps pour accoucher à l’hôpital.»