La directrice médicale de la superclinique Médigo, la Dre Anne Gervais

Faute de radiologistes, Médigo doit garder des locaux vides

Depuis son ouverture il y a près de deux ans, la superclinique Médigo est contrainte de garder vides des espaces qui devaient servir à offrir des services de radiologie. Faute d’avoir pu trouver des radiologistes, la clinique souhaite que Québec lui permette de louer le local qui était réservé à cette fin.

La directrice médicale de la superclinique Médigo, la Dre Anne Gervais, a présenté une requête au ministère de la Santé en février dernier dans l’espoir que l’obligation de réserver un local pour un centre de radiologie soit retirée. Cette obligation découle du fait que la superclinique du secteur Hull est un groupe de médecine familiale réseau (GMF-R). Dès son ouverture, il était donc prévu qu’un centre de radiologie pouvant effectuer des radiographies simples et des échographies puisse s’y implanter.

«Dès le début, on a commencé des démarches», a indiqué la Dre Gervais au Droit. Deux grands groupes de radiologistes ont été approchés. Une licence a même été accordée au groupe Imagix par le ministère.

«Après un an, ils n’ont pas renouvelé la licence, parce qu’ils n’ont jamais réussi à avoir des radiologistes de la région pour venir s’installer en centre privé», explique la Dre Gervais.

La directrice médicale de Médigo soutient que les radiologistes œuvrant au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) sont réticents à s’installer dans l’immeuble de la superclinique en raison de la trop grosse charge de travail qu’ils ont déjà à l’hôpital.

Dans sa lettre envoyée au ministère l’hiver dernier, la Dre Gervais souligne que «la situation actuelle au niveau des effectifs en radiologie n’est pas reluisante» en Outaouais, de sorte que Médigo ne s’attend pas à avoir un groupe de radiologistes sous peu pour offrir des examens d’imagerie.

La Dre Gervais a appris un mois plus tard, par le biais du CISSSO, que l’exigence de réserver des locaux pour de la radiologie est maintenue par Québec. Médigo tentera maintenant de faire lever cette obligation lors du renouvellement de l’entente GMF-R, cet été.

En attendant, la superclinique continue de garder un local vide, ce qui représente «un montant considérable» en perte de revenus de location.