Le projet de faculté de médecine satellite en Outaouais est faisable et viable selon une étude.

Faculté de médecine satellite en Outaouais

L'Outaouais est sur le point d'obtenir sa faculté de médecine satellite telle que souhaitée depuis longtemps par le réseau de la santé de la région.
Une annonce en ce sens doit être faite au cours des « prochaines semaines », a appris LeDroit. Gatineau rejoindra les rangs des villes universitaires comme Trois-Rivières et Chicoutimi qui bénéficient d'une faculté de médecine satellite où sont formées, du début jusqu'à la fin, des dizaines de médecins généralistes.
Ainsi les deux premières années, surtout théoriques, de la formation des médecins seraient elles aussi offertes dans la région par l'Université McGill, l'établissement responsable de la formation médicale en Outaouais. Actuellement, seules les deux dernières années de la formation, plus pratiques celles-là, et qui correspondent aux stages en externat, sont disponibles dans la région.
Selon nos informations, environ deux années pourraient encore s'écouler avant que des étudiants soient accueillis en 1ère année de formation à la faculté de médecine satellite de l'Outaouais.
Un « projet faisable »
L'Agence de la Santé de l'Outaouais vient de recevoir, cette semaine, l'étude de faisabilité qu'elle avait commandée sur le sujet. Pilotée par le Dr Gilles Brousseau, vice-doyen de la faculté de médecine de l'Université McGill, cette étude confirme que le projet est désormais faisable, viable et qu'il reçoit l'aval de tous les partenaires concernés, dont McGill, l'Université du Québec en Outaouais, l'Agence de la santé et le Centre de santé et de services sociaux de Gatineau (CSSSG).
« Il est trop tôt pour faire une annonce officielle, mais dans les prochaines semaines nous serons à même de faire cette annonce, a indiqué au Droit le président-directeur général de l'Agence de santé, Jean Hébert. Nous sommes encore à l'étape préliminaire, mais nous allons aller de l'avant avec ce projet-là qui sera officiellement présenté dans quelques semaines. »
Le Dr Brousseau refuse de s'emballer trop rapidement même s'il est conscient que le projet sur lequel il travaille avec de nombreux partenaires depuis des années est sur le point de faire un grand bond en avant.
« Il ne faut pas brûler des étapes, dit-il. L'Agence et le ministère doivent lire le rapport, l'analyser et se l'approprier. Nous avons analysé bien des choses et là nous présentons à la région ce dont elle a besoin pour que ce projet-là se réalise. Il faudra une entente officielle entre McGill, l'Université du Québec en Outaouais (UQO), le CSSSG et l'Agence avant de pouvoir faire une annonce officielle. »
Le travail fait au cours des dernières années tant par la région que l'Université McGill permet toutefois aujourd'hui la création d'une faculté de médecine satellite en Outaouais.
« Les changements apportés au curriculum de formation de la médecine par McGill sont favorables à une telle faculté satellite en Outaouais, précise le Dr Brousseau. La préparation des milieux de stage est là. Nous avions huit externes, nous en avons maintenant 12. Nous passons de 20 médecins résidents à 32 cette année. La capacité de stage a été doublée, même quadruplée dans certains milieux. Nous avons mis en place les éléments nous permettant d'accueillir plus en terme de formation et le rapport va dans ce sens-là. »
Objectif 70 %
Il a souvent été dit qu'une telle faculté de médecine satellite serait la solution à la pénurie de médecins de famille en Outaouais. Il manque toujours 100 médecins de famille en Outaouais et seulement 56 % de la population de la région a aujourd'hui accès à un médecin de famille.
En décembre dernier, le patron de l'Agence de santé admettait que l'objectif de 70 % des résidents de la région à être inscrits auprès d'un médecin de famille pour 2015 serait « difficilement atteignable ».
Hier, le ministre de la Santé est venu remettre les pendules à l'heure.
« Il faudra atteindre cet objectif l'an prochain, a-t-il affirmé. Notre gouvernement s'est engagé à ce que tous les Québécois qui souhaitent avoir un médecin de famille puissent en avoir un d'ici quatre ans. La stratégie mise en place en Outaouais pour augmenter le nombre d'omnipraticiens devrait nous permettre de faire un bon bout de chemin et d'atteindre la cible de 70 % qui a été fixée. »