Jean Hébert, le PDG du CISSSO, et Maryse Gaudreault, députée de Hull, dressent le bilan de la première année d'existence de la clinique de pneumologie à l'Hôpital de Hull.

Expansion souhaitée en pneumologie

Déjà bien en selle au point d'avoir permis à des dizaines de patients d'éviter un aller-retour à Montréal pour y subir des examens, la clinique de pneumologie de l'Outaouais est appelée à prendre de l'expansion.
Ouverte en juillet 2016 à l'Hôpital de Hull, la clinique de pneumologie a jusqu'à présent permis d'offrir plus de 2200 rendez-vous de suivi aux prises avec divers problèmes pulmonaires, a souligné la députée de Hull, Maryse Gaudreault, lors d'une visite organisée pour faire le bilan de la première année d'existence de cette ressource où oeuvrent trois pneumologues et une équipe d'inhalothérapeutes, d'infirmières, de préposées aux bénéficiaires et de personnel administratif.
L'acquisition d'un appareil spécialisé pour mieux voir à travers les bronches aura aussi permis d'effectuer dans la région un examen pour lequel de 30 à 40 patients par année devaient auparavant se rendre à Montréal, a souligné le pneumologue Eric Forget.
« En un an, on en a fait 100 déjà ici, donc il y a des patients qu'on envoyait à Montréal qu'on n'envoie plus, mais il y a aussi des gens qui en auraient probablement eu besoin, et peu importe la raison, on décidait de procéder autrement, souvent à leur détriment », a fait savoir le Dr Forget en rappelant que l'Outaouais est la région du Québec qui présente le plus fort taux de prévalence de maladie pulmonaire obstructive chronique.
Ce dernier estime qu'un « gros pas » a été fait pour l'acquisition d'équipement, de sorte que la prochaine phase de développement consistera à « mettre en place des structures avec du personnel ».
« L'offre de service en pneumologie en Outaouais est encore relativement limitée, estime le Dr Forget. On a pris un bon pas en avant, on a recruté des gens, mais il y a encore des choses qui sont quand même essentielles à la prise en charge d'une clientèle chronique qui font défaut. »
À l'heure actuelle, le Centre de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) ne compte que trois pneumologues, bien que le ministère estime que la région pourrait en avoir cinq. « Mais encore là, si on veut recruter d'autres ressources, ça prend une infrastructure pour les prendre en charge », note le pneumologue.
Tant le Dr Forget que le grand patron du CISSSO, Jean Hébert, ont tenu à souligner l'importante contribution de la Fondation santé Gatineau dans la création de la clinique de pneumologie. À l'époque où le réseau régional de la santé devait conjuguer avec un déficit et des compressions substantielles, la Fondation avait accepté d'octroyer d'un million de dollars pour le projet, ce qui a permis d'aménager les locaux, d'acheter de l'équipement et s'assurer le budget de fonctionnement des deux premières années.
« L'offre de service [...] en Outaouais est encore relativement limitée. »
Le pneumologue Eric Forget
Le CISSSO assumera dès le printemps prochain les dépenses liées au fonctionnement de la clinique, estimées à environ 300 000 $ par année. Jean Hébert assure qu'aucun poste ne sera supprimé ailleurs afin de financer ces services, puisque l'organisation a vu son budget être indexé, en plus de recevoir une enveloppe « d'équité interrégionale » d'environ trois millions de dollars.