Le petit Tristan Beaumont au volant de l'une des nouvelles mini-voitures du bloc opératoire.
Le petit Tristan Beaumont au volant de l'une des nouvelles mini-voitures du bloc opératoire.

En mini-voiture jusqu’au bloc opératoire des chirurgies d’un jour

Marie-Christine Bouchard
Marie-Christine Bouchard
La Tribune
Il y a maintenant un an que les enfants hospitalisés à l’unité pédiatrique de l’Hôpital Fleurimont peuvent se présenter à la salle d’opération en roulant dans une petite voiture électrique. L’objectif : diminuer l’anxiété chez les enfants avant leur chirurgie.

« Les mini-voitures rendent l’expérience en milieu hospitalier plus positive pour les enfants. On l’a constaté dans la dernière année à l’Hôpital Fleurimont : les enfants sont plus détendus à leur réveil. Leur utilisation permet de réduire le stress et, par le fait même, les doses de médicaments administrées qui servent à détendre les enfants avant la chirurgie », indique Jimmy Hannon, chef de service en chirurgie d’un jour à l’Hôtel-Dieu.

À LIRE AUSSI: Au volant pour se rendre au bloc opératoire

Les petites voitures seront maintenant stationnées au département de chirurgie d’un jour de l’Hôtel-Dieu et de l’Hôpital Fleurimont. Seulement à l’Hôtel-Dieu, on effectue environ 650 chirurgies pédiatriques par année. À l’Hôpital Fleurimont, il y en a eu 363 dans la dernière année.

Le projet vise une partie de ces enfants, soit ceux qui sont approximativement âgés entre quatre et huit ans.

Les deux nouvelles voitures ont été payées grâce à la Fondation des étoiles, qui a mis les mini-voitures à l’encan lors du 7e Encan des vins de Sherbrooke le 28 novembre dernier. Les entreprises qui ont misé ont leur autocollant sur ces mini-voitures.