La notaire gatinoise Heidi Robinson est la nouvelle ambassadrice de Plasmavie Gatineau. Avec ses 58 dons de plasma, Me Robinson est une véritable championne.

Dons de plasma: l’Outaouais tire de l’arrière

Héma-Québec entame une offensive pour convaincre les Gatinois d’offrir leur plasma, dont les réserves sont plus limitées que les réserves conventionnelles de sang dit total.

Le plasma est la partie liquide du sang dans laquelle baignent trois types de cellules : les globules rouges, les globules blancs et les plaquettes.

Les dons de plasma sont essentiels pour aider les patients souffrant de déficits immunitaires ou ceux qui sont accablés par certaines maladies neurologiques, entre autres. Les donneurs dont le groupe sanguin est A+, B+, AB+ ou O+ sont particulièrement recherchés.

Or, l’Outaouais est une région où les donneurs de plasma se font plus rares qu’ailleurs au Québec. Au 13 février 2018, Héma-Québec n’avait atteint que 63 % de ses objectifs, c’est-à-dire que 8200 dons de plasma avaient été enregistrés dans la région pour un objectif de 13 000 d’ici le 31 mars. En d’autres termes, on aurait besoin de 40 donneurs de plus chaque jour en Outaouais, alors qu’il y en a, en moyenne, 35 par jour.

La performance de l’Outaouais est cependant fort honorable et les gens d’ici sont en général généreux, mais les dons de sang conventionnels semblent davantage un automatisme que les dons de plasma, moins publicisés et un peu plus complexes. L’effort pour le donneur est le même, mais le procédé d’extraction est différent : les prélèvements de plasma se font à l’aide d’un appareil qui sépare le plasma des autres composants sanguins. Le plasma est récupéré dans un sac de prélèvement et les autres composants sont retournés au donneur par intraveineuse.

Une athlète des dons
Pour encourager les Gatinois à donner, la direction locale d’Héma-Québec est allée chercher une femme d’affaires de la région qui, de toute évidence, en ces temps d’olympisme, mérite la plus haute marche du podium : la notaire gatinoise Heidi Robinson en est à 80 dons en carrière, soit 22 de sang total et 58 de plasma.

Il faut dire qu’un donneur zélé pourrait, en pratique, donner jusqu’à 50 fois de son plasma par année, soit tous les six jours, tandis que l’on ne peut offrir de son sang qu’un maximum de six fois par année.

Mais pourquoi cette dévotion envers l’aiguille ?

« Moi, j’ai toujours accompagné ma mère, qui allait donner de son sang avec moi, quand j’étais petite ; c’était naturel […] Je ne sais pas qui j’aide en faisant ça, c’est la beauté de la chose. Une heure par semaine, c’est pas grand-chose pour aider des gens malades », explique avec philosophie la nouvelle ambassadrice de Plasmavie Gatineau, Heidi Robinson.

Des dons de plasma peuvent être faits, six jours par semaine, toute l’année, au Salon des donneurs de plasma Plasmavie de Gatineau du 205, rue Bellehumeur.