Don de 300 000$ pour la santé mentale au CHEO

Le Centre hospitalier pour enfants de l’est de l’Ontario (CHEO) a enregistré une hausse de 75% du nombre de visites pour des soins en santé mentale au cours des dix dernières années. L’hôpital du chemin Smyth a reçu un don de 300 000$, vendredi, qui servira à améliorer l’accès aux soins et à réduire les délais d’attente.

«Notre projet de réorganisation du travail dans les cliniques nous a permis de diminuer le temps d’attente de 200 jours, ce qui était franchement inacceptable, à 30 jours. On va continuer d’essayer de diminuer le temps d’attente pour des références qui viennent de la communauté», explique Alex Munter, président-directeur général du CHEO.

L’objectif est d’offrir aux patients un premier et un deuxième rendez-vous dans un délai de quelques semaines, pour leur permettre d’accéder plus rapidement aux soins.

Les fonds proviennent de l’initiative «Bell cause pour la cause» qui amasse des sous pour soutenir des programmes en santé mentale partout au pays depuis 2011. L’objectif est d’accroître la sensibilisation et d’encourager les actions envers les gens aux prises avec ce problème. Plus de 93 millions de dollars ont été amassés au fil des années. La prochaine Journée Bell cause pour la cause aura lieu le 30 janvier. 

Des initiatives comme celle-ci ont pour effet d’encourager les jeunes à aller chercher de l’aide lorsqu’ils se trouvent en situation e crise. Les effets se font sentir dans le milieu hospitalier, estime M. Monter.

«Je crois que les campagnes comme Bell cause pour la cause ont pour effet d’encourager les jeunes à demander de l’aide, explique-t-il. C’est une bonne chose, on veut que les jeunes obtiennent de l’aide. Ça crée une obligation pour nous d’être là pour eux quand ils le demandent.»

Le don de 300 000$ sera investi dans l’approche Choix et partenariat du CHEO qui vise à réduire les temps d’attente et à simplifier la prestation de services en donnant aux patients et aux familles les outils nécessaires pour prendre en main leur propre santé mentale et trouver, avec l’appui de cliniciens, le plan de traitement qui leur convient.