Les usagers de l'hôpital de Shawville devaient payer des frais de stationnement autour de l'établissement, comme les patients de Gatineau le font depuis un bon moment. Le CISSSO discute avec les citoyens qui s'opposent à la mesure pour trouver une solution.

Des tarifs décriés dans le Pontiac

L'imposition d'une tarification pour le stationnement à l'hôpital de Shawville soulève l'indignation de bon nombre de citoyens qui ont choisi de s'unir au sein d'un groupe baptisé Voix du Pontiac.
Créé à la fin décembre, le groupe Facebook qui compte déjà plus de 750 membres souhaite d'abord et avant tout faire reculer le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), qui imposera dès le 1er mars des frais de stationnement dans tous ses centres hospitaliers.
Dans tous les cas, une période de gratuité de 30 minutes sera offerte aux usagers et visiteurs. Pour les hôpitaux de Hull et de Gatineau, le tarif à partir de 31 minutes sera de 6,25 $, et grimpera graduellement pour atteindre, après quatre heures, le maximum quotidien de 15 $.
Pour les quatre hôpitaux en périphérie (Papineau, Pontiac, Maniwaki et Wakefield), les usagers qui occupent un espace de stationnement devront débourser 1,75 $ s'ils y restent de 31 à 60 minutes. Le tarif augmente graduellement pour atteindre, après quatre heures, le maximum de 4 $ par une période de 24 heures. Des tarifs hebdomadaire, mensuel, annuel et privilégié sont aussi prévus dans la nouvelle politique du CISSSO.
Pour bien des résidents s'étant exprimés sur la page Facebook de la Voix du Pontiac, la tarification n'a toutefois pas sa place à l'hôpital Shawville. 
« Nous vivons dans une région pauvre et nos personnes âgées ne peuvent se permettre de payer pour le stationnement », a écrit Christa Fleury O'Neil. D'autres, comme Chrissy Draper, se demandent pourquoi, après tant d'années à avoir droit à un stationnement gratuit, les usagers de l'Hôpital du Pontiac devront payer. L'internaute dit également craindre que cette mesure fasse en sorte que les rues aux alentours de l'hôpital soient envahies, ce qui pourrait, selon elle, occasionner certains risques, entre autres pour les aînés.
Certains s'indignent aussi de voir les clients des casinos québécois profiter de stationnements gratuits, et suggèrent de leur imposer des frais afin de financer le système de santé.
L'internaute Maestro Joe, créateur du groupe, souligne pour sa part que la tarification du stationnement peut être « comprenable » dans les secteurs desservis par le transport en commun, mais que « ça ne peut pas s'appliquer pour le Pontiac ».
Le député de Pontiac à l'Assemblée nationale, André Fortin, a rencontré l'instigateur du groupe plus tôt cette semaine. « De ce que j'en comprends, beaucoup de gens ne comprennent pas le fin détail de la politique de stationnement, pour savoir comment ça marche et qui doit payer pour combien de temps, a indiqué M. Fortin. Je peux le comprendre, car ce sont des gens qui vivent sans aucun stationnement payant à Shawville. »
André Fortin se montre toutefois à l'aise avec la tarification proposée par le CISSSO, puisque les « préoccupations » des députés de circonscriptions rurales ont trouvé écho dans l'écart qui est observé entre les frais qui seront imposés en milieu rural et dans les périphéries, a-t-il mentionné.