Des « mesures exceptionnelles » liées à une saison de la grippe « particulièrement virulente » sont mises en place afin de désengorger les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau et d’alléger la pression sur le personnel en réduisant le recours aux heures supplémentaires obligatoires.

Des «mesures exceptionnelles» contre la grippe

Des « mesures exceptionnelles » liées à une saison de la grippe « particulièrement virulente » sont mises en place afin de désengorger les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau et d’alléger la pression sur le personnel en réduisant le recours aux heures supplémentaires obligatoires.

Le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), Jean Hébert, a indiqué mercredi qu’une « utilisation optimale » des places disponibles dans les ressources d’hébergement et dans les autres hôpitaux de la région est visée, dans le but de libérer des lits dans les hôpitaux de la zone urbaine pour y installer des patients engorgeant les urgences.

M. Hébert a expliqué qu’un patient qui attend à l’hôpital pour une place dans un centre en particulier pourrait, par exemple, se faire offrir une place ailleurs en attendant. Le tout se fera sans obligation, donc « avec l’accord de la famille », a-t-il précisé.

Le grand patron du CISSSO, Jean Hébert, ici accompagné du Dr Guy Morissette lors d’un point de presse mardi, a annoncé avoir mis en place des mesures exceptionnelles dans les urgences.

Des négociations sont aussi en cours « pour développer des places additionnelles », a précisé le CISSSO.

Des mesures ont aussi commencé à être appliquées pour soulager le personnel infirmier. Selon le Syndicat des professionnelles en soins de l’Outaouais, deux « sit-in » ont été évités de justesse, lundi, lorsque plusieurs infirmières ont dû prolonger leur quart de travail en raison du manque de ressources.

Au terme d’une rencontre entre le SPSO et la direction du CISSSO, les parties ont convenu de suspendre pour un mois et demi une disposition de la convention collective obligeant l’employeur à respecter l’ancienneté pour offrir des heures supplémentaires. Le CISSSO pourra donc affecter à l’avance des employés à des heures supplémentaires en fonction des disponibilités de chacun.

La directrice des ressources humaines de l’organisation, Johanne Robertson, estime que cela diminuera « beaucoup » la pression sur le personnel, puisque « les gens ne se retrouveront pas pris à la dernière minute ». Le recours à de la main-d’œuvre indépendante est aussi dans les cartons, a fait savoir Mme Robertson.

La présidente du SPSO, Lyne Plante, croit elle aussi que le recours aux heures supplémentaires obligatoires pourra être réduit. « Mais je ne suis pas prête à dire que ça va l’enrayer complètement », a-t-elle mentionné.

Mardi, le taux d’occupation des deux urgences urbaines avait dépassé les 200 % en raison de nombreux cas de grippe. Mercredi après-midi, l’urgence de Hull affichait un taux d’occupation de 180 %. Du côté de l’urgence de l’Hôpital de Gatineau, il s’établissait à 143 %. Dans les deux cas, on comptait plusieurs séjours de plus de 48 heures.

Le CISSSO a également décidé de redéployer certaines ressources humaines — infirmières, infirmières auxiliaires et préposés aux bénéficiaires — vers les services aigus. Les activités de formation sont pour leur part suspendues afin d’« augmenter la disponibilité du personnel clinique ».

Les activités opératoires sont aussi révisées pour utiliser des civières de chirurgie d’un jour afin de désengorger les urgences.

« Selon les demandes » du ministère de la Santé, des cliniques de grippe pourraient être ouvertes dans la région.

Le CISSSO avait indiqué mardi vivre du jamais-vu depuis cinq ans dans la région, alors que l’activité grippale est quatre fois plus élevée que l’an dernier.

Entre le 29 octobre et le 29 janvier, plus de 500 cas d’influenza ont été confirmés en laboratoire dans la région. L’Hôpital de Hull, le Foyer du Bonheur et La Pietà sont toujours aux prises avec des éclosions, qui sont liées à cinq décès jusqu’à présent.