En attendant la nomination d'un médiateur, l'APTS souhaite que les négociations reprennent avec le CISSSO. Des citrouilles ont été déposées devant le siège social de l'organisation mercredi.

Des citrouilles syndicales pour le CISSSO

Des citrouilles ont été déposées devant le siège social du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) par l’Alliance du personnel professionnel et technique de la santé et des services sociaux (APTS), qui réclame la reprise des négociations en attendant qu’un médiateur soit nommé au dossier.

L’APTS a choisi de déposer 18 citrouilles sur le terrain du CISSSO pour représenter les «18 matières à négocier» pour en venir à la signature d’une nouvelle convention collective.

«Le conte de Cendrillon c’est en fait l’histoire banale d’une jeune femme qui aspire au respect et à la reconnaissance en essayant de se surpasse, c’est pas là le lot de nos 2251 membres de l’APTS en Outaouais? Ce qu’on dit en cette journée d’Halloween c’est qu’on ne veut pas des bonbons, on veut des bonnes conditions de travail», a fait valoir par voie de communiqué la présidente régionale de l’APTS, Gille Delaunais.

Quelques jours avant la date butoir du 21 octobre, le CISSSO a demandé la nomination d’un médiateur au dossier. «Les échanges étaient cordiaux depuis le départ, mais il n’y avait aucune avancée significative avec ce syndicat, avait alors indiqué le directeur des ressources humaines du CISSSO, Martin Vachon. Nous avons été étonnés de voir [un] communiqué qui remet en question notre volonté de négocier, mais aussi la crédibilité du processus de négociation local.»

L’APTS indique pour sa part être prêt à négocier «en parallèle», dans l’attente de la nomination d’un médiateur.