Jean-Philippe Bousquet déplore un « manque de soutien » jugé « troublant » à l’Hôpital de Hull suite au décès de sa conjointe et sa fille.

Décès tragiques à l’Hôpital de Hull: un «manque de soutien» jugé «troublant»

Après avoir dû encaisser un double deuil arrivé sans prévenir, les proches de Marie Jacque Fortin et de sa petite Alexie ont été laissés à eux-mêmes par le réseau de la santé, un « manque de soutien » jugé « troublant » par celui qui a perdu sa conjointe et sa fille, Jean-Philippe Bousquet.

Les parents de Marie Jacque, tout comme ceux de M. Bousquet, étaient à l’Hôpital de Hull lorsque le pire s'est produit. La jeune femme de 32 ans n’a pas pu être réanimée après avoir subi une embolie amniotique. La fillette qu’elle portait depuis 39 semaines a aussi rendu l’âme peu après la césarienne d’urgence.

À lire également: Questions soulevées sur la mort tragique d'une mère et de son bébé

Jean-Jacques et Josyane Fortin se demandent encore pourquoi le personnel de l’hôpital ne leur a pas offert d’aide psychologique sur place, après les décès de leur fille unique et de leur petite-fille. «Le côté humain n’était pas là du tout, raconte Mme Fortin. On venait de vivre deux décès, mais jamais les gens à l’hôpital nous ont demandé si on voulait voir une travailleuse sociale ou une psychologue. Rien. Quand tout a été fini, on nous a dit ‘bye bye, salut, c’est fini’. […] Je leur en veux tellement. Il n’y a pas de mot pour dire à quel point je suis fâchée.»

Malgré les souvenirs flous de ces moments cauchemardesques, Jean-Philippe Bousquet se souvient lui aussi du «manque de soutien» après la mort de sa conjointe et de leur fillette Alexie. «C’est vraiment troublant», lance-t-il, plus de deux ans après le drame.

«Deux ou trois jours après, j’ai rencontré une travailleuse sociale qui m’a donné une boîte de souvenirs d’Alexie, raconte-t-il. C’est tout.»

L’aide professionnelle qu’il a obtenue, c’est lui-même qui est allé la chercher. Un soutien qui lui a permis, avec celui offert par ses proches, de se relever tranquillement de cette terrible épreuve.

Avec la publication des rapports de la coroner Pascale Boulay, les proches de Marie Jacque et d’Alexie espèrent maintenant que les choses bougeront pour qu’aucune autre famille n’ait à vivre une telle situation.

«Je soutiens à 100% les recommandations de la coroner, souligne M. Bousquet. […] L’Hôpital de Hull, comme centre de traumatologie, devrait être capable de répondre à n’importe quelle situation. Si une femme enceinte de 30 semaines a un accident d’auto et qu’elle est transportée à Hull, il faut qu’elle puisse avoir une césarienne sur place. Je souhaite du fin fond de mon cœur que les recommandations soient appliquées.»