Le Dr Éric Dionne est titulaire de la Chaire de recherche en pédagogie médicale.

De meilleurs soins grâce à la recherche

Une nouvelle Chaire de recherche en pédagogie médicale a été lancée par des partenaires francophones d’Ottawa. Elle permettra aux professionnels de la santé d’être mieux outillés et d’offrir des soins exemplaires.

Les Affaires francophones de la Faculté de médecine de l’Université d’Ottawa (Ud’O), la Faculté d’éducation de l’Ud’O et l’Institut du Savoir Montfort (ISM) se sont allié pour la création de cette Chaire de recherche.

« La particularité de cette Chaire c’est qu’on veut faire la recherche en français, écrire en français, publier en français et on veut aussi communiquer en français. Ça fera aussi partie du mandat de prendre la place qui nous appartient dans les événements nationaux et internationaux. La Chaire a un rôle scientifique, mais social aussi en faisant en sorte que les choses puissent se passer en français », soutient le Dr Éric Dionne, titulaire de la Chaire.

L’objectif est d’utiliser la recherche afin d’améliorer les pratiques en milieu médical. Les chercheurs étudieront au cours des cinq prochaines années les conditions susceptibles d’améliorer les apprentissages tout en facilitant le processus.

« La pédagogie médicale c’est un champ qui se développe depuis une quinzaine d’années et où on prend conscience que l’enseignement devient très important pour la formation des médecins. On cherche à s’améliorer au processus d’apprentissage. Comment peut-on les améliorer, qu’est-ce qui fonctionne et pourquoi ça fonctionne ? », illustre le Dr Dionne.

L’impact de la Chaire de recherche se fera sentir sur les soins aux patients en améliorant la formation des professionnels de la santé.

« Ultimement, ce qu’on fait, c’est d’améliorer la santé de la population francophone en améliorant les services par les professionnels. Dans ce cas-là principalement c’est d’analyser quelles sont les pratiques les plus efficaces pour que tous les jours il y ait un accès des patients francophones en Ontario qui soit meilleur à des soins dans leur langue », explique le Dr André Bilodeau, chef de la direction de l’ISM.