L’Outaouais a enregistré un gain net de 36 médecins en 2017, une croissance malgré laquelle la région se situe encore bien en-deçà de la moyenne québécoise.

Davantage de médecins en Outaouais

L’Outaouais a enregistré un gain net de 36 médecins en 2017, une croissance malgré laquelle la région se situe encore bien en-deçà de la moyenne québécoise.

Les données rendues publiques lundi par le Collège des médecins du Québec (CMQ) montrent que l’Outaouais comptait 702 médecins actifs en date du 31 décembre dernier. En tenant compte des nouvelles arrivées et des départs, cela représente un gain net de 36 médecins par rapport à 2016, soit près de 14 % des gains nets observés à la grandeur du Québec.

Plus de la moitié de la récolte de l’Outaouais en 2017 a eu lieu du côté des médecins de famille, avec un gain net de 20 omnipraticiens. La région compte aussi neuf médecins spécialistes de plus qu’en 2016, de même que sept nouveaux médecins détenant un permis restrictif ou un permis délivré dans le cadre de l’entente Québec-France.

De toutes les régions du Québec, il n’y a donc que la Montérégie (gain net de 52 médecins) et Lanaudière (gain net de 40 médecins) qui ont connu, en nombre absolu, une croissance de leurs effectifs médicaux plus grande que celle observée en Outaouais au cours de la dernière année.

Le directeur des services professionnels du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), le Dr Guy Morissette, rappelle que pour la première fois, l’an dernier, la région a fait passer des entrevues aux médecins de famille intéressés à pratiquer en Outaouais, puisque le nombre de candidatures était supérieur au nombre de postes disponibles. Une situation qui s’explique notamment par la hausse du nombre d’admissions en médecine dans les années 2000, souligne le Dr Morissette.

Les 20 postes d’omnipraticiens autorisés l’an dernier par le ministère de la Santé pour l’Outaouais ont trouvé preneur, un scénario qui a de bonnes chances de se répéter pour les 24 postes autorisés pour 2018, affirme le Dr Morissette.

En médecine spécialisée, l’Outaouais a vu 15 nouveaux médecins arriver en 2017. Le CISSSO s’attend à en accueillir autant cette année. Selon le Dr Morissette, les besoins demeurent toutefois criants en gériatrie, où un seul des quatre postes est pourvu, de même qu’en rhumatologie, spécialité pour laquelle la région ne compte qu’un médecin alors qu’il en faudrait trois.

Loin de la moyenne

Malgré le gain observé en 2017, l’Outaouais demeure en queue de peloton lorsqu’il est question du nombre de médecins par tranche de 100 000 habitants. Avec 702 médecins, la région en compte 180 par 100 000 habitants.

Il n’y a que le Centre-du-Québec et les régions périphériques de Montréal que sont Laval, les Laurentides et Lanaudière qui présentent un ratio moins reluisant que l’Outaouais, tandis que la moyenne québécoise s’établit à 244 médecins par tranche de 100 000 habitants.

Le Dr Morissette note à cet égard que les régions de Montréal, Québec et Sherbrooke, où sont situées les quatre facultés de médecine de la province, « influencent énormément la moyenne » provinciale en attirant de nombreux médecins pour soigner, mais aussi pour enseigner et effectuer de la recherche.

Le CISSSO a toutefois bon espoir de voir la croissance des effectifs médicaux se poursuivre dans la région avec l’arrivée de la faculté satellite de médecine de l’Université McGill, dont l’ouverture est toujours prévue pour 2020, au-dessus de l’urgence de Hôpital de Gatineau.