Le CISSSO est à la recherche de solutions pour combler les trous dans l’horaire de garde des mois de juin et juillet.

Crise neurologique au CISSSO

EXCLUSIF / Le réseau de la santé de l’Outaouais est aux prises avec une véritable crise neurologique. L’attente pour voir un neurologue dépasse les cibles et les périodes sans couverture se succèdent, forçant à certains moments les médecins de famille à se tourner vers Montréal s’ils ont besoin de l’avis d’un spécialiste.

Le Droit a obtenu copie de notes internes envoyées ces derniers mois par la direction des services professionnels du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO). Chaque fois, ces notes visaient à informer les médecins de la région de la mise en place d’un « plan de contingence » ou d’une découverture pour les gardes en neurologie.

En mars, le CISSSO affirmait devoir composer avec « un sous-effectif » de neurologues. Il avait alors été indiqué aux médecins de famille qu’en cas de besoin entre le 11 et le 19 mars, ils devraient se tourner vers la Clinique Neuro-Outaouais, du lundi au vendredi, entre 9 h et 17 h. En dehors de ces plages horaires, le service a été assuré par le neurologue de garde l’Hôpital de Hull « pour couvrir les urgences vitales neurologiques ».

Ce scénario s’est répété pendant 16 jours, du 21 mars au 5 avril, avant que le problème ne s’aggrave à la fin avril, malgré des démarches « pour faire face à ce défi ».

Les documents obtenus par Le Droit révèlent que depuis le 29 avril, le CISSSO a été frappé, en dehors des heures normales de bureau la semaine, par trois découvertures de garde en neurologie. Une découverture ayant commencé le matin du 30 mai (jeudi dernier) est d’ailleurs toujours en cours, le CISSSO n’ayant aucun neurologue de garde jusqu’à samedi. Il n’y avait aussi aucune garde dans la région du 29 avril au 4 mai, puis du 20 au 24 mai. Le réseau cherche maintenant « des solutions » pour des trous dans l’horaire de garde pour juin et juillet.

Pendant les périodes où aucune garde n’est assurée en neurologie, Neuro-Outaouais accepte les demandes d’avis des omnipraticiens de jour, la semaine. « En dehors de ces heures, en cas d’urgence, veuillez contacter le service de neurologie de l’Hôpital Général de Montréal », indiquent les notes internes du CISSSO.

Dans le cas de patients nécessitant une thrombolyse – par exemple lors d’une embolie pulmonaire ou d’un accident vasculaire cérébral –, le CISSSO indique que la téléthrombolyse est disponible dans quatre hôpitaux de la région, grâce à une collaboration avec le Centre hospitalier universitaire de Montréal.

Pénurie

Le ministère de la Santé autorise le CISSSO à avoir huit neurologues. Deux départs pour une pratique en cabinet ont eu lieu dans la dernière année, de sorte que seulement six des huit postes sont actuellement pourvus.

Là où le bât blesse encore plus, c’est que seulement deux des six détenteurs de postes pratiquent à temps complet au CISSSO.

Selon les cibles établies pour obtenir une consultation en neurologie, les patients devraient être vus dans un délai variant entre quelques jours et 12 mois. Le CISSSO n’a pas été en mesure, mercredi, de fournir les détails des délais actuellement observés.

« Nous avons effectivement des défis pour nos délais d’accès en neurologie et on travaille à mettre en place les corridors nécessaires pour réduire ces délais », a mentionné le porte-parole du CISSSO, Bruno Desjardins.

Selon des données récemment dévoilées par Radio-Canada Ottawa-Gatineau, à peine 10 % des consultations en neurologie en Outaouais ont pu se faire dans les délais visés au cours de la période allant du 6 janvier au 2 février dernier. Selon la société d’État, pas moins de 2300 patients étaient en attente, à la mi-avril, pour obtenir une consultation en neurologie.

+

QU'EST-CE QU'UN NEUROLOGUE ?

Le neurologue est un médecin spécialiste qui s’occupe des maladies touchant les systèmes nerveux central et périphérique.

L’Association des neurologues du Québec indique que ses membres peuvent par exemple traiter plusieurs pathologies comme des accidents vasculaires cérébraux, des hémorragies intracrâniennes ou des méningites.

Les neurologues suivent également de nombreux patients atteints de maladies spécifiques au système nerveux telles que l’épilepsie, le Parkinson, l’Alzheimer et la sclérose en plaques.