Contenu commandité
Cri du coeur d'une mère
Zachary Mitchell, 21 ans, est mort noyé après avoir consommé de la bière et des canettes de Red Bull.

En croisade contre les boissons énergisantes

Une mère d’Ottawa interpelle la ministre fédérale de la Santé, Ginette Petitpas Taylor, pour réclamer des changements législatifs sur les boissons énergisantes, ces produits ayant contribué au décès de son fils de 21 ans, mort noyé en août 2016 après avoir consommé de la bière et « au moins » deux canettes de Red Bull.

Deux ans et demi après le départ subit de son fils Zachary, Heather Mitchell est encore « profondément accablée » par la tragédie qui a frappé sans prévenir au cours d’une soirée d’été entre amis au lac Saint-Pierre, dans la municipalité de Val-des-Monts.

Forte des recommandations formulées l’automne dernier par la coroner Pascale Boulay, Mme Mitchell souhaite savoir ce que la ministre Petitpas Taylor entend faire pour répondre au « risque, tel que présenté dans le rapport de la coroner, afin de protéger les citoyens canadiens ».

Dans son rapport, la coroner avait souligné que le jeune Zachary – « un athlète et un amateur de sports extrêmes » – présentait un « variant génétique » pouvant engendrer une arythmie cardiaque en cas de stress ou d’exercice physique, un élément n’ayant été décelé qu’après son décès. « La littérature scientifique reconnaît un lien causal plus que probable entre la survenance d’une arythmie pouvant s’avérer significative dans un contexte de pratique sportive, de consommation de boissons énergisantes notamment pour des sujets en santé », lisait-on dans son rapport.

À LIRE AUSSI: «J’étais si fière de lui»

>>> Des boissons «sans danger», selon les autorités

>>> Si Zachary avait su, la chronique de Patrick Duquette

Me Boulay avait souligné que l’interdiction pure et simple des boissons énergisantes n’était pas la solution à ses yeux, mais que les gens devaient avertis de ce qu’ils consomment. Elle recommandait donc, entre autres, que Santé Canada « modifie sa réglementation afin que les compagnies propriétaires de boissons énergisantes, à l’image des compagnies de tabac, préviennent les consommateurs des risques sur la santé associés à une consommation régulière et excessive des boissons énergisantes incluant dans un contexte sportif ».

Santé Canada avait été avare de commentaires l’automne dernier, se contentant de répondre que les recommandations de la coroner seraient évaluées.

Heather Mitchell a choisi de ne pas attendre cette évaluation pour interpeller la ministre fédérale de la Santé. Dans une lettre qu’elle a envoyée il y a quelques jours, la mère endeuillée réclame « que le gouvernement canadien agisse rapidement pour avertir les consommateurs de boissons énergisantes qu’il pourrait être souhaitable qu’ils consultent un médecin et qu’ils passent un électrocardiogramme, afin d’écarter la possibilité qu’ils soient porteurs d’une prédisposition à l’arythmie ».

Elle demande également au gouvernement fédéral d’imposer l’affichage, sur les contenants de boissons énergisantes, d’un avertissement « en caractères gras » au sujet du risque d’arythmie chez certains consommateurs. Une liste détaillée des ingrédients et de leurs « effets stimulants combinés » doit aussi être affichée, plaide Mme Mitchell.

« Depuis des décennies, ces produits ont été présentés comme des boissons cools à la fois pour les athlètes d’élite, les étudiants et les professionnels pour rehausser leurs performances », déplore la mère de Zachary dans sa lettre.

Se disant « terrifiée » pour tous les jeunes, Heather Mitchell estime que Santé Canada doit protéger la population de « tous les risques potentiels des aliments et boissons. »

Mme Mitchell a également fait parvenir sa missive à son député fédéral, le libéral Chandra Arya, qui représente la circonscription de Nepean. Ce dernier lui a répondu qu’il comprenait son point de vue, et que les recommandations de la coroner « valent la peine d’être considérées ». M. Arya a ajouté que même si la lettre a déjà été envoyée à la ministre Petitpas Taylor, il s’assurera de l’informer du dossier.