Le record quotidien régional de 36 cas de COVID-19 a une fois plus été atteint jeudi en Outaouais. Ci-contre, le CHSLD La Pietà, dans le secteur Hull, où un nouveau cas de COVID-19 a été recensé.
Le record quotidien régional de 36 cas de COVID-19 a une fois plus été atteint jeudi en Outaouais. Ci-contre, le CHSLD La Pietà, dans le secteur Hull, où un nouveau cas de COVID-19 a été recensé.

COVID-19: le record égalé en Outaouais et des «cabochons» à mettre au pas

Justine Mercier
Justine Mercier
Le Droit
Alors que le record du nombre de nouveaux cas de COVID-19 confirmés Outaouais en une seule journée a encore été égalé jeudi, le ministre responsable de la région Mathieu Lacombe, estime qu'«on ne peut pas se permettre, comme société, d'avoir des morts et de voir des commerces faire faillite parce qu'il y a quelques cabochons qui ont décidé de ne pas écouter les consignes».

Trente-six diagnostics de la maladie se sont ajoutés jeudi au bilan régional. Cette marque régionale de 36 nouveaux cas confirmés en 24 heures, établie la semaine dernière, avait aussi été égalée dans le bilan de mardi.

Parmi les cas les plus récents se retrouvent un usager du centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) La Pietà du secteur Hull et un employé du centre de services de Hull de la Ville de Gatineau.

La Ville a indiqué que le diagnostic a été reçu mercredi par son employé, qui n'avait pas travaillé depuis le 24 septembre.

«Le risque de contamination est considéré comme faible», affirment les autorités municipales, qui précisent que les trois collègues de l'employé infecté ayant été en contact avec cette personne sont un isolement préventif.

«Le comptoir du Service de l'urbanisme et du développement durable est fermé pour procéder à un nettoyage accru, a ajouté la Ville dans un communiqué. Le comptoir général du centre de services et celui du Service des loisirs, des sports et du développement des communautés demeurent ouverts.»

L'Outaouais recense désormais 1391 cas confirmés de COVID-19 depuis le début de la pandémie.

Les données mises à jour jeudi par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) montrent que neuf personnes étaient alitées au centre désigné COVID-19 de l'Hôpital de Hull, comparativement à sept la veille. Aucun de ces patients n'est aux soins intensifs.

Le bilan de jeudi montre que 196 cas sont actifs dans la région, soit 13 de plus que ce qui était rapporté la veille.

La grande majorité de ces cas actifs (176 sur 196) sont situés dans les secteurs Hull, Aylmer et Gatineau. Quinze autres sont situés sur le territoire de la Vallée-de-la-Lièvre et de la Petite-Nation. Le nombre de cas actifs est trop petit pour être dévoilé pour les territoires du Pontiac et des Collines-de-l'Outaouais, tandis que l'Institut national de santé publique du Québec ne rapporte aucun cas actif dans la Vallée-de-la-Gatineau.

La pandémie a fait 34 victimes dans la région jusqu'à présent. Le plus récent est survenu au début septembre.

Milieux de vie

Des cas sont présentement actifs dans quatre milieux de vie pour aînés ou personnes vulnérables de l'Outaouais. En plus du cas qui vient d'être déclaré au CHSLD La Pietà, il y en a huit actifs à la résidence L'Initial (secteur Aylmer), deux à la résidence Cité-Jardin (secteur Gatineau) et un au Domaine Notre-Dame (secteur Hull).

Du côté de l'Hôpital de Gatineau, où une éclosion avait atteint deux patients, il n'y a plus qu'un seul cas actif, a fait savoir le CISSSO.

Une zone orange qui tire vers le rouge

Ce nouveau bilan record survient au lendemain d'un nouvel appel à la collaboration de la population lancé par la directrice de la santé publique de l'Outaouais, la Dre Brigitte Pinard, pour éviter que la région bascule dans le rouge.

À LIRE AUSSI : COVID-19: une tendance qui pointe vers le rouge en Outaouais


« C'est inquiétant de constater qu'il y a beaucoup de gens qui croient qu'on a tout inventé ça au gouvernement […] ou qui croient à la crise, mais qui trouvent que ce qu'on leur demande, c'est exagéré. »
Mathieu Lacombe, ministre responsable de l'Outaouais
Le ministre responsable de l'Outaouais, Mathieu Lacombe.

Alors que les autorités martèlent depuis longtemps déjà que le respect des consignes sanitaires est essentiel pour freiner la propagation du virus, le ministre responsable de l'Outaouais estime que les «cabochons qui ont décidé de ne pas écouter les consignes en toute connaissance de cause en défiant les recommandations de la santé publique» doivent comprendre la gravité de la situation.

«C'est inquiétant de constater qu'il y a beaucoup de gens qui croient qu'on a tout inventé ça au gouvernement […] ou qui croient à la crise, mais qui trouvent que ce qu'on leur demande, c'est exagéré, a mentionné M. Lacombe, en entrevue avec Le Droit. Il faut absolument qu'on lance le message que c'est sérieux et que ce qu'on demande, c'est un minimum pour être capable d'éviter des décès et des conséquences économiques désastreuses.»

Le ministre Lacombe abonde dans le même sens que les autorités régionales de santé publique et demande à la population d'en faire plus que nécessaire lorsque cela est possible, en évitant tout ce qui est «superflu».

«Je vois très bien les effets de passer en zone rouge à Québec et dans le grand Montréal, et sincèrement, ce n'est pas du tout réjouissant, dit-il. […] Si on se rend au rouge, les conséquences vont être encore plus importantes, et il va y avoir des décès. […] En tant que citoyen, on a deux choix. Soit attendre que le gouvernement nous donne des consignes et les suivre en étirant l'élastique au maximum et en se disant 'je vais faire tout ce que j'ai le droit de faire', ou on a le choix de se dire 'oui, je vais suivre les consignes gouvernementales et en cas de doute, je vais même être plus sévère envers moi-même et si je n'ai pas besoin de sortir, je vais rester à la maison'. Ce deuxième choix là, c'est le bon.»