Alors que le nombre total de cas du COVID-19 continue de grimper en Ontario, la ministre de la Santé Christine Elliott refuse de préciser les détails de son plan pour contrer la crise.

Coronavirus en Ontario: «Nous avons un plan», martèle la ministre Elliott

TORONTO — La ministre de la Santé de l’Ontario, Christine Elliott, martèle que son gouvernement a un plan pour affronter une pandémie mondiale du coronavirus. Elle ne précise toutefois pas les détails compris dans ce plan, ou encore à quel moment il faudra augmenter son intensité.

« Nous avons effectivement un plan en place, et nous augmenterons son implantation si ou quand nous constaterons le besoin de le faire. »

Alors que le nombre total de cas du COVID-19 continue de grimper en Ontario, la ministre de la Santé Christine Elliott refuse de préciser les détails de son plan pour contrer la crise.

« Le plan peut être différent, dépendamment de la rapidité de l’augmentation des cas. Je ne peux pas expliquer les particularités parce qu’il s’agit d’une question hypothétique. Mais je peux vous dire qu’il y a un plan pour toutes les éventualités. »

Près d’une dizaine d’États américains ont déclaré l’état d’urgence au cours des derniers jours.

À LIRE AUSSI: Le coronavirus fait un premier décès au Canada

> Le ministère de la Santé rapporte un autre cas de COVID-19 au Québec

>> Ouverture des premières cliniques désignées COVID-19 au Québec [VIDÉO]

Les autorités ontariennes n’ont pour leur part pas encore tiré cette sonnette d’alarme. « C’est important d’agir en fonction de ce qui se passe en Ontario, et non de ce qui se passe ailleurs dans le monde, parce que l’Ontario a ses circonstances particulières. »

34 cas en Ontario

Les deux nouveaux cas confirmés de coronavirus ont porté à 34 le nombre total de personnes infectées en Ontario. Quatre de ces patients en sont guéris.

Les deux plus récents patients, un octogénaire et une septuagénaire, sont des Torontois. Ils sont actuellement en isolement à domicile.

Ils ont tous deux récemment voyagé en Iran. Dans ce pays, les cas de coronavirus ont grandement augmenté depuis les dernières semaines.

Il n’y a d’ailleurs aucune preuve de propagation au sein même de la population ontarienne, a affirmé en conférence de presse le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, David Williams, lundi après-midi.

Selon lui, tous les cas détectés ont un historique de voyage.

La ministre Elliott assure que « chaque ministère travaille en pleine collaboration » et que chacun développe actuellement son propre plan d’urgence.

Par ailleurs, le gouvernement ontarien fera également plus de recommandations quant aux résidents d’établissements de soins de longue durée, qui font partie des plus vulnérables face au virus.

« Nous sommes très inquiets pour les résidents d’établissements de soins de longue durée. [...] Nous voulons des dépistages avancés pour les employés, les bénévoles et les visiteurs, afin de nous assurer que personne ne transportera le virus entre les murs de ces centres. »

+

PAS QUESTION DE RÉTABLIR LES CONGÉS MALADIE PAYÉS

TORONTO — À l’aube d’une possible pandémie mondiale du coronavirus, le gouvernement Ford n’a pas l’intention de rétablir les congés maladie payés pour encourager les Ontariens à rester chez eux s’ils ressentent des symptômes du virus.

Quelques mois après son élection, le gouvernement progressiste-conservateur de l’Ontario avait supprimé les congés maladie rémunérés. Il avait par le fait même permis aux employeurs d’exiger un billet médical lorsqu’un employé prend un congé maladie. 

Les autorités médicales de l’Ontario exhortent la population de rester à la maison s’ils présentent des symptômes du COVID-19. 

Interpellée lundi par la cheffe néo-démocrate Andrea Horwath sur un possible recul quant à ces résolutions, la ministre de la Santé, Christine Elliott, a répondu qu’il n’est pas nécessaire de revenir sur ces décisions puisque les Ontariens font des choix responsables. 

Priorité numéro un pour les bureaux de santé

Par ailleurs, la pandémie du COVID-19 doit être la priorité des Bureaux de santé de l’Ontario, juge Christine Elliott. Par conséquent, les consultations menées par le gouvernement Ford concernant leur fusion n’ont pas été mises sur pause, mais elles ont été considérablement ralenties, a-t-elle affirmé en point de presse.