Les statistiques du ministère de la Santé montrent qu’à 10 h, lundi, pas moins de 28 patients se trouvaient sur une civière depuis plus de deux jours entiers dans les urgences du CISSSO.

CISSSO: le quart des patients coincés à l’urgence depuis plus de 48 heures

Plus du quart des patients qui se trouvaient sur une civière dans une salle d’urgence de l’Outaouais, lundi avant-midi, y étaient alités depuis plus de 48 heures. Le pire ratio de toute la province. Pendant ce temps, une soixantaine de patients occupaient un lit d’hôpital en attendant une place dans une ressource mieux adaptée à leurs besoins.

Les statistiques du ministère de la Santé montrent qu’à 10 h, lundi, pas moins de 28 patients se trouvaient sur une civière depuis plus de deux jours entiers dans les urgences du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO). Il y avait 15 patients dans cette situation à l’Hôpital de Hull, 11 à l’Hôpital de Gatineau et deux à l’Hôpital de Maniwaki.

En considérant qu’il y avait au total 104 patients occupant une civière de salle d’urgence dans la région, cela signifie que 27 % d’entre eux s’y trouvaient depuis plus de 48 heures, en attente de leur congé ou d’un lit dans une unité de soins. La cible ministérielle est d’une durée moyenne de séjour sur civière de 12 heures dans les urgences de la province.

Trois autres régions présentaient aussi, lundi avant-midi, un nombre de séjours de 48 heures et plus égal ou supérieur à celui de l’Outaouais. Il s’agit de la Capitale-Nationale, de Montréal et de la Montérégie. Ces trois régions comptent toutefois sur beaucoup plus de civières que l’Outaouais, ce qui fait en sorte que le ratio de séjours de 48 heures et plus y est moindre.

Pour la Montérégie, la proportion de patients alités à l’urgence depuis plus de deux jours entiers se situait à 14 %, lundi à 10 h. Au même moment, ce taux était de 11 % dans la région de Québec et de 5 % dans la métropole.

Taux d’occupation

Les urgences des hôpitaux de Hull et de Gatineau ne font pas non plus bonne figure au chapitre du taux d’occupation de leurs civières. Il atteignait 172 % à Hull et 150 % à Gatineau, lundi à 10 h. Pour ces deux mêmes urgences, on comptait 39 patients sur civière en attente d’obtenir un lit sur un étage.

Le directeur des services professionnels adjoint du CISSSO, le Dr Nicolas Gillot, a fait savoir qu’une éclosion de gastro-entérite sur une unité de soins a contribué à l’engorgement de l’urgence de l’Hôpital de Gatineau au cours de la dernière semaine, jusqu’à lundi. Douze lits se sont retrouvés en isolement, rendant impossible leur utilisation même lorsqu’ils se libéraient.

Dans le cas de l’Hôpital de Hull, il y a certains cas d’influenza et de problèmes cardiaques, mais aucune problématique particulière pouvant expliquer le débordement dans l’aire des civières, a indiqué le Dr Gillot.

Aux étages, l’accès aux lits pour les patients provenant de l’urgence est restreint par la présence de nombreux usagers qui attendent une place dans un autre type de ressources. Pour l’ensemble des hôpitaux de la région, 67 lits de courte durée étaient ainsi occupés, lundi, par des patients dont l’état leur permettrait d’être ailleurs.

Malgré l’engorgement qui sévit, le CISSSO n’envisage pas pour l’instant la mise en place de « mesures exceptionnelles » comme l’hiver dernier, alors que des transferts obligatoires de la zone urbaine vers des secteurs ruraux avaient eu lieu. « On n’est pas dans une logique de forcer les gens à aller ailleurs », assure le Dr Gillot. Ce dernier précise que le CISSSO utilise « pas mal au maximum » toutes ses ressources, entre autres pour l’hébergement et le soutien à domicile.

L’organisation travaille tout de même à réduire le besoin de lits, en revoyant notamment l’horaire de ses blocs opératoires. Le Dr Gillot a indiqué que des interventions chirurgicales avec hospitalisation peuvent ainsi être reportées afin de laisser la place à des opérations pour les patients qui peuvent repartir chez eux le jour même.