Le député de Pontiac et porte-parole de l'opposition officielle en santé, André Fortin.

CISSSO: André Fortin tire à boulets rouges sur la CAQ

Le député libéral de Pontiac, André Fortin, accuse le gouvernement caquiste d’avoir commandé « un rapport politique » pour justifier le congédiement du grand patron du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), en soulignant au passage qu’il rédigeait des devoirs plus volumineux lorsqu’il était « en secondaire IV ».

Porte-parole de l’opposition officielle en santé, André Fortin n’y est pas allé de main morte pour attaquer le gouvernement pendant la période de questions à l’Assemblée nationale, jeudi matin, au lendemain de la destitution de Jean Hébert à la tête du CISSSO.

M. Fortin a notamment soulevé que l’accompagnateur nommé par la ministre de la Santé, Danielle McCann, n’a eu que « six petites semaines » à consacrer à son mandat auprès du CISSSO. Il déplore également que les trois députés régionaux de la Coalition avenir Québec (CAQ) fassent partie des 61 personnes rencontrées par l’accompagnateur Sylvain Gagnon, alors que les deux élus libéraux ont été « ignorés ».

« C’est clairement un rapport politique pour justifier leur inaction politique, a lancé M. Fortin en chambre. Est-ce que la Coalition avenir Québec va rembourser les frais du rapport au ministère de la Santé ? »

M. Fortin a également déploré que le ministre Lacombe ait affirmé sur les ondes du 104,7 Outaouais, mercredi midi, qu’il n’avait pas encore lu le rapport de l’accompagnateur, alors que le conseil des ministres décidait le jour même du congédiement du président-directeur général du CISSSO.

« Soit il ne lit pas ses dossiers, soit il ne parle pas à la ministre de la Santé ou soit il ne s’intéresse juste plus aux dossiers de l’Outaouais, a-t-il lancé. [...] On peut au moins lire 18 pages avant de congédier quelqu’un. »

En entrevue avec Le Droit jeudi, Mathieu Lacombe a précisé que l’entrevue diffusée sur l’heure du midi était préenregistrée et qu’elle avait « été accordée à 7 h 30 en matinée ». 

« Le conseil des ministres était sur l’heure du lunch, donc je pense que j’ai le temps de lire [le rapport] en quelques heures », a réagi le ministre responsable de l’Outaouais.

M. Lacombe a également mentionné que le départ de Jean Hébert du CISSSO « était réclamé par pas mal de personnes, pour ne pas dire par presque tout le monde ».

« Jean Hébert,  c’est une cible facile pour les députés de la CAQ, croit pour sa part M. Fortin. Avant même que le rapport soit écrit, c’était écrit dans le ciel que la CAQ voulait un nouveau PDG au CISSSO. »

Le ministre McCann a de son côté répliqué que son gouvernement a été « à l’écoute des citoyens » dans le dossier de l’accompagnement du CISSSO et du congédiement de son grand patron.

André Fortin a par ailleurs critiqué la taille du rapport de l’accompagnateur. En entrevue, il a indiqué croire qu’une « vraie analyse » aurait débouché sur « un rapport beaucoup plus étoffé ».

Il avait auparavant dénoncé la même chose en chambre, tout en lançant une pointe au ministre Lacombe au sujet de son déménagement à Terrebonne.

« C’est un tout petit rapport, un rapport de 18 pages, a-t-il déploré. En secondaire IV, j’ai écrit des devoirs plus longtemps que ça. [...] Si le ministre commence à lire le rapport en quittant Québec aujourd’hui, il va avoir fini bien avant d’arriver à son nouveau domicile. »

À LIRE AUSSI : Les propos d'André Fortin scandalisent Mathieu Lacombe

Cette déclaration a soulevé l’ire des députés de la CAQ. 

« Honnêtement, si on n’est pas capables d’avoir du respect entre nous, entre parlementaires, je ne sais pas comment les gens qui nous regardent peuvent en avoir, a réagi le leader parlementaire du gouvernement, Simon Jolin-Barrette. [...] J’invite le député de Pontiac à s’excuser auprès du député de Papineau [Mathieu Lacombe] par rapport au sous-entendu qu’il invoque dans sa question. »