À moins qu’une solution soit trouvée d’ici là, la prochaine interruption de service pour la chirurgie générale à Maniwaki sera d’une durée de neuf jours, confirme le CISSSO.

Cinquième rupture de services en chirurgie à Maniwaki

Pour la cinquième fois depuis la mi-novembre, l’Hôpital de Maniwaki est confronté à un bris de service en chirurgie générale. Cette fois, l’interruption sera d’une durée de presque 36 heures.

Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) affirme qu’il n’y aura aucun chirurgien de garde dans l’établissement à partir de 12 h, mardi, et ce jusqu’à 23 h mercredi. 

« Les cas de traumatologie sont dirigés vers le centre de traumatologie le plus près, selon le cas. [...] Les chirurgiens des hôpitaux de Gatineau et de Hull se concertent pour assurer par la suite une couverture continue à la clientèle du territoire », indique l’organisation dans un communiqué. 

Le reste des activités au bloc opératoire de Maniwaki se poursuivront pendant ce bris, par exemple les chirurgies spécialisées telles que les chirurgies orthopédiques et gynécologiques ainsi que les endoscopies.

Le CISSSO affirme que des travaux sont en cours avec le ministère de la Santé et des Services sociaux et la Fédération des médecins spécialistes du Québec afin d’assurer une couverture complète des activités chirurgicales en comblant le poste devenu vacant l’automne dernier en chirurgie générale à la suite d’une démission subite.

La porte-parole du CISSSO, Patricia Rhéaume, indique que le processus de recrutement est très avancé et qu’une annonce pourrait être faite sous peu.

« Nous sommes toujours sur une piste, le Dr Gillot (directeur adjoint des services professionnels) est très optimiste. Ça augure bien, sauf que ce n’est pas encore officialisé, il y a encore beaucoup de choses à analyser et négocier. Le bris est d’une durée de 35 heures et on espère ne pas en avoir d’autres. Ça va bon train », lance-t-elle. 

Vers un bris de neuf jours ?

À moins qu’une solution soit trouvée d’ici là, la prochaine interruption de service pour la chirurgie générale à Maniwaki sera d’une durée de neuf jours, confirme le CISSSO. L’hôpital sera privé d’un chirurgien de garde du 4 mars à 12 h jusqu’au 13 mars à 8 h.

« Nous en sommes toujours à analyser les horaires, en espérant combler ce manque d’ici là. On essaie à tout le moins de diminuer le nombre de jours », de dire Mme Rhéaume. 

Si ce bris de service se confirme, le CISSSO prévoit l’annoncer dans les prochains jours, possiblement à la fin de la semaine.

Les bris de service en chirurgie générale sont au nombre des irritants ayant mené des dizaines de citoyens de la Haute-Gatineau, dont la préfète Chantal Lamarche, à réclamer la destitution de l’ancien président-directeur général du CISSSO, Jean Hébert, en décembre dernier. 

M. Hébert a été congédié la semaine passée par le gouvernement du Québec, après que la ministre de la Santé, Danielle McCann, eut pris connaissance du rapport de l’accompagnateur mandaté pour dresser le portrait des problèmes du réseau régional.

Avec Justine Mercier, Le Droit