Les propriétaires de téléphone cellulaire pourront changer de fournisseur à leur guise dès le 1er décembre 2017.

Cellulaire au travail: le CISSSO passe à un autre appel

Malgré une recommandation du commissaire aux plaintes à cet égard, les employés du réseau de la santé de l'Outaouais ne sont pas près d'être soumis à une politique sur l'utilisation des téléphones intelligents sur leur lieu de travail.
Au cours de l'exercice 2015-2016, le commissaire aux plaintes et à la qualité des services du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Louis-Philippe Mayrand, a dû se pencher sur l'utilisation des téléphones intelligents au sein de l'ancien Centre de santé et de services sociaux (CSSS) de Papineau.
À la suite de son analyse, M. Mayrand a recommandé « que la direction du CSSS de Papineau prenne les moyens nécessaires pour éliminer l'utilisation des téléphones intelligents sur les lieux de travail par le personnel dont la fonction ne nécessite pas cet outil ». 
Comme les plaintes sont confidentielles, il n'a pas été possible de connaître la nature de l'incident ayant mené le commissaire à se pencher sur cette question.
Le Droit a appris que le CISSSO n'entend toutefois pas donner suite - du moins pour l'instant - à la recommandation de M. Mayrand.
« Nous n'avons pas de politique pour l'utilisation du cellulaire, et ce n'est pas dans notre intention, pour le moment, d'en instaurer une, a fait savoir la porte-parole de l'organisation, Geneviève Côté. Ça ne veut pas dire qu'on ne le fera jamais, mais à l'heure actuelle, l'utilisation des cellulaires est laissée à la discrétion des gestionnaires. »
Pris entre l'arbre et l'écorce
Mme Côté note que bien que le CISSSO prenne « au sérieux » les recommandations émises par le commissaire aux plaintes, la question de l'utilisation des cellulaires place l'organisation « entre l'arbre et l'écorce ». 
« On est par exemple contents que nos employés aient un téléphone cellulaire quand nous devons les joindre avec nos listes de rappel », donne-t-elle en exemple.
Même si aucune politique ne sera élaborée à court terme quant à l'utilisation des téléphones intelligents par ses employés, le CISSSO estime que « ça fait partie d'un code de vie qu'ils ne devraient pas utiliser leurs appareils à des fins personnelles, comme pour publier un statut sur Facebook, lorsqu'ils sont sur leur quart de travail ».
La porte-parole du CISSSO ajoute qu'en 2017, les appareils intelligents peuvent avoir une utilité pour certains travailleurs de la santé qui peuvent y dénicher des informations pertinentes à l'exercice de leur métier.