Jusqu’à maintenant, cinq cas confirmés ou probables de maladies pulmonaires graves liées au vapotage, dont deux au Québec, deux au Nouveau-Brunswick et un en Colombie-Britannique. Le gouvernement du Canada rappelle que le vapotage n’est pas sans risque.

Cas possible de maladie pulmonaire liée au vapotage dans la région de Québec

La santé publique enquêtera sur un cas possible de maladie pulmonaire liée au vapotage signalé dans la région de Québec.

Selon nos informations, qui n’ont pas été confirmées par la Direction de la santé publique de la Capitale-Nationale, la personne malade serait une femme dans la trentaine qui réside à Montréal et qui aurait été admise au CHUL la semaine dernière pour un syndrome de détresse respiratoire aigu. 

Au CIUSSS de la Capitale-Nationale, de qui relève la santé publique, on confirme seulement qu’«une personne est en investigation actuellement dans la région de Québec» et qu’«une enquête par la santé publique devra avoir lieu». 

Jusqu’à maintenant, deux cas confirmés de maladies pulmonaires graves liées au vapotage ont été signalés au Québec. Il s’agit de personnes âgées dans la cinquantaine et dans la soixantaine qui vapotaient dans un processus de cessation tabagique. Ces deux cas ont été déclarés à Montréal en septembre et en octobre. 

Effets inconnus

En date du 29 octobre, le Canada comptait cinq cas confirmés ou probables de maladies pulmonaires graves liées au vapotage (deux cas confirmés au Québec, deux cas probables au Nouveau-Brunswick et un cas probable en Colombie-Britannique).

Parmi les principaux symptômes de maladies pulmonaires graves liées au vapotage, on retrouve l’essoufflement, les douleurs thoraciques, la toux, les vomissements, la diarrhée et la fièvre. 

Sur son site internet, le gouvernement du Canada rappelle que le vapotage n’est pas sans risque et que ses effets à long terme ne sont pas encore connus. Aussi recommande-t-il de ne pas utiliser de produits de vapotage obtenus illégalement, y compris tout produit de vapotage contenant du cannabis.

Le ministère de la Santé du Québec mentionnait aussi dans un communiqué diffusé en septembre que les produits illégaux «comportent des risques additionnels». «Ne modifiez pas les dispositifs de vapotage et n’y ajoutez pas de substances non prévues par le fabricant», recommandait-il encore. 

Les responsables de la santé des États-Unis enquêtent sur des centaines de cas de problèmes respiratoires graves chez les personnes utilisant des appareils de vapotage. En date du 31 octobre, ils avaient enregistré 37 décès liés au vapotage. Pour contrer la popularité croissante du vapotage chez les jeunes, des États ont commencé à interdire la commercialisation des cigarettes électroniques aromatisées.