Le nombre de cas d'Alzheimer pourrait tripler d'ici 30 ans au Canada.

Alzheimer: le défi des prochaines décennies

Si les prévisions sont exactes, le nombre de personnes atteintes de la maladie d’Alzheimer — ou d’une autre forme de démence — triplera au Canada d’ici une trentaine d’années.

Pour les experts, cette situation est particulièrement préoccupante puisqu’il s’agit d’une maladie dégénérative qui affecte non seulement la personne atteinte, mais aussi de façon importante les membres de leur entourage. La progression de cette maladie risque d’une part de mobiliser les spécialistes en santé cérébrale, mais également de forcer l’ajout de ressources pour appuyer les proches aidants.

« Souvent, ce que l’on va voir, c’est un proche aidant hospitalisé avant la personne atteinte. Un proche aidant qui va s’être épuisé, qui va être au bout du rouleau, qui a une santé fragilisée. Ce n’est rien pour aider la personne atteinte », souligne la directrice générale de la Société Alzheimer de l’Outaouais québécois (SAOQ), Anne Villeneuve.

Une séance d’information ouverte au public se tiendra à l’Université d’Ottawa, mercredi soir, dans le cadre de la Semaine de sensibilisation à la santé cérébrale organisée par l’Institut de recherche sur le cerveau de l’Université d’Ottawa.

Selon la Dre Nafissa Ismail, cet événement servira d’abord et avant tout à informer le grand public sur cette maladie et ce qu’elle implique pour les proches de la personne atteinte. En plus de chercheurs qui offriront un aperçu de l’avancement de la recherche sur l’Alzheimer, un travailleur social qui accompagne les proches aidants sera du panel, ainsi qu’un avocat qui présentera le côté financier et légal.

« On espère vraiment que le public va trouver ça informatif et qu’il apprend beaucoup, autant sur la recherche actuelle, les nouvelles idées, mais aussi de comprendre l’impact et la nécessité de trouver une solution rapide », soutient la Dre Ismail.

Prêts pour 2050 ?

Il semble assez clair, tant pour la Dre Ismail que pour Mme Villeneuve que le réseau de la santé n’est pas prêt à prendre en charge le million de Canadiens supplémentaire qui sera atteint d’Alzheimer ou d’autres formes de démence d’ici 2050.

Pour la psychologue, c’est d’abord et avant tout une question de ressources. Celles-ci étant limitées, il faut trouver d’autres moyens afin de réduire la pression sur le système de santé. Pour la Dre Nafissa Ismail, il deviendra essentiel que la recherche permette des avancées afin de prévenir, ralentir la progression, voire guérir l’Alzheimer.

De son côté, Anne Villeneuve insiste : un organisme comme la SAOQ doit obtenir les moyens d’accroître son offre de services aux proches aidants. Elle invite d’ailleurs le public à faire un don sur le site web de l’organisme (www.saoq.org).

LES CHIFFRES SUR LA MALADIE AU CANADA


5% 

Le pourcentage du budget des Instituts de recherche en santé du Canada investi dans les programmes de recherche sur les maladies cognitives.

45%

L’augmentation du risque d’être atteint d’une maladie cognitive si vous fumez.

65% 

Des Canadiens ayant reçu un diagnostic après l’âge de 65 ans sont des femmes.

16 000 

Le nombre de Canadiens de moins de 65 ans atteints d’une maladie cognitive.

25 000  

Le nombre de nouveaux cas de maladies cognitives diagnostiqués chaque année.

56 000 

Le nombre de Canadiens atteints de maladies cognitives soignés en hôpital, même s’il ne s’agit pas d’un environnement idéal.

564 000 

Le nombre de Canadiens actuellement atteints d’une maladie cognitive.

937 000 

Le nombre de Canadiens qui seront atteints d’une maladie cognitive dans 15 ans.

1,1 million 

Le nombre de Canadiens directement ou indirectement touchés par la maladie.

10,4 milliards $ 

Le coût annuel imputé aux Canadiens pour prendre soin des personnes atteintes de maladies cognitives.


Source : Société Alzheimer Canada