Le ministre Mathieu Lacombe a annoncé l’ajoute de cinq lits à la Maison Mathieu-Froment-Savoie.

Ajout de cinq lits de soins palliatifs à la Maison Mathieu-Froment-Savoie

Cinq nouveaux lits ouvriront dans environ un an à la Maison Mathieu-Froment-Savoie (MMFS), portant à 16 le nombre total de places dans ce centre de soins palliatifs du secteur Hull, qui sollicite la contribution de la population pour réaliser les travaux nécessaires.

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a annoncé vendredi que le ministère de la Santé accorde un financement annuel récurrent de 382 540 $ à la MMFS afin de couvrir une partie du budget de fonctionnement de cinq lits additionnels.

« Les besoins sont très, très grands, a souligné M. Lacombe. […] En soutenant concrètement la noble mission de la MMFS, on contribue à ce que davantage de personnes puissent obtenir des soins palliatifs et de fin de vie d’une grande qualité. »

Le président du conseil d’administration de la MMFS, Raymond Brunet, a confirmé que l’organisme « répond à peine à la demande », d’où le besoin d’aller de l’avant avec un agrandissement évalué à deux millions de dollars.

« Seulement l’année dernière, nous avons eu au-delà de 720 demandes », alors que seulement 220 à 240 personnes ont pu être admises, a-t-il indiqué.

L’ajout de cinq lits permettra de répondre positivement à environ 100 demandes de plus par année. Six autres lits de soins palliatifs ouvriront par ailleurs prochainement à la Maison des Collines, dans le secteur Wakefield de la municipalité de La Pêche.

M. Brunet a précisé que la contribution de la communauté sera primordiale pour que l’ajout des cinq lits puisse se concrétiser. Deux lits seront installés dans le bâtiment actuel de la rue Sherbrooke, tandis qu’un agrandissement est requis afin d’avoir l’espace nécessaire pour les trois autres.

« On a beau être dans une ancienne église, ça ne se fera pas juste avec des prières », a illustré M. Brunet.

Le président de la Fondation Mathieu-Froment-Savoie, Luc Labbé, a fait savoir que le financement gouvernemental « couvre 49 à 50 % des coûts d’opération » des lits, mais qu’aucune somme n’est allouée pour les besoins en immobilisations.

Une campagne devrait donc se mettre en branle afin d’amasser les sommes nécessaires pour procéder aux travaux. « Dans le meilleur des scénarios, on aimerait bien commencer à creuser au printemps, pour une fin des travaux fin 2019, début 2020 »,  a indiqué M. Brunet. En plus de dons, l’organisme souhaite recruter davantage de bénévoles pour mener à bien ce projet.

Le président-directeur général du Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais, Jean Hébert, a pour sa part souligné que son organisation avait appuyé la MMFS dans ses démarches et que l’annonce gouvernementale « fera une réelle différence pour les soins palliatifs dans la région ».

Le ministre Lacombe a reconnu que cette annonce ne permettra pas de combler tous les besoins en matière de soins palliatifs dans la région et qu’« il n’y a rien de parfait », mais assure que son gouvernement « va continuer de répondre présent ».