Ajout de 170 lits d'hôpital: Québec renvoie le CISSSO à la table à dessin

Ce n’est pas demain la veille que la population de l’Outaouais saura quel scénario sera retenu pour ajouter 170 lits d’hôpital dans la région. Le plan clinique récemment soumis par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) contient des éléments « problématiques », au point où le gouvernement a renvoyé l’organisation à la table à dessin.

Le CISSSO a déposé au ministère de la Santé, le 28 juin dernier, le plan clinique sur lequel il travaillait depuis le mois de janvier. La présidente-directrice générale de l’organisation, Josée Filion, avait récemment indiqué au Droit que le document compte « près de 250 pages » et qu’il comporte quatre chapitres, dont un consacré uniquement aux besoins immobiliers.

Ce chapitre devait contenir trois scénarios pour permettre au gouvernement de la Coalition avenir Québec (CAQ) de remplir sa promesse d’ajouter 170 lits de soins de courte durée dans la région d’ici 2023. Le document soumis ne répondait toutefois pas aux attentes ministérielles, a fait savoir vendredi le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, lors d’une mêlée de presse en marge d’une annonce sur l’avenir de l’école secondaire Mont-Bleu.

« [Le plan clinique] a été reçu, par contre il a été renvoyé sur la table à dessin au CISSSO parce qu’il y avait certains éléments à l’intérieur du plan qui étaient, selon nous, à revoir, a mentionné M. Lacombe. Je vais laisser le CISSSO travailler sur le plan clinique. Évidemment, on ne fera pas ce travail-là en public, mais il y avait des éléments dans le plan qui faisaient en sorte que selon nous, il n’était pas convenable, il n’était pas complet. »

À LIRE AUSSI: Lacombe ferme la porte à déménager l'Hôpital de Hull sur le boulevard de la Carrière

Une nouvelle version a donc été demandée au CISSSO, qui doit la livrer « à la fin de l’été », a indiqué M. Lacombe.

Le ministre a précisé au Droit que la décision a été prise en raison de problèmes portant spécifiquement sur les scénarios soumis pour ajouter des lits d’hôpital dans la région.

« Dès qu’on l’a reçu, [...] on a vu qu’il y avait des éléments qui étaient problématiques selon nous, qui méritaient qu’on retourne à la table à dessin, parce que c’est un document qui est rigoureux, c’est un document sur lequel on va se baser pour bien des années à venir, a mentionné le ministre responsable de l’Outaouais. Clairement, au sujet du nouvel hôpital, il y avait des éléments, selon nous, qui devaient être revus dans les scénarios qui nous ont été proposés. »

Échéancier

M. Lacombe n’a pas voulu s’avancer sur l’impact que pourrait avoir ce revirement de situation sur l’échéancier visé par la CAQ. « Le travail, il est déjà commencé, assure-t-il. Ça fait moins d’un an qu’on est élus, on sait que l’échéancier qu’on a promis est de cinq ans, il faudra voir les scénarios qui seront à l’intérieur du plan clinique, il faudra voir le scénario qu’on va retenir aussi, mais pour l’instant, on jugeait que pour avoir les meilleures informations possible, il fallait retourner à la table à dessin. »

Invité à réagir, le CISSSO soutient qu’« il est tout à fait normal que des ajustements et des précisions soient apportés considérant la portée du plan clinique ».

Dans une brève réponse acheminée par courriel, l’organisation dit prendre « très au sérieux cette démarche ». « Aucun effort ne sera négligé pour mener à terme la mission dans laquelle nous sommes investis qui est d’adapter notre offre de services en fonction des besoins de la population de l’Outaouais », assure le CISSSO.