La présidente-directrice générale par intérim du CISSSO, Josée Filion.

Ajout de 170 lits d’hôpital en Outaouais: trois scénarios soumis

Trois scénarios seront soumis à la ministre québécoise de la Santé, Danielle McCann, pour l’aider à déterminer quelle forme devrait prendre l’ajout de 170 lits d’hôpital en Outaouais.

Le Droit a appris que le plan clinique que doit livrer le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) à la ministre McCann d’ici la fin juin comptera quatre chapitres, dont un consacré uniquement aux besoins immobiliers.

Il sera donc évidemment question de la promesse de la Coalition avenir Québec de construire un nouvel hôpital de 170 lits afin qu’il soit prêt à recevoir des patients dès 2023. Tel que l’ont déjà mentionné Mme McCann et son collègue ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, le projet pourrait toutefois se faire par le biais de l’agrandissement d’un hôpital existant plutôt que par la construction d’un nouveau centre hospitalier.

« Le mandat, c’est de déposer à la ministre trois scénarios », a indiqué en entrevue la présidente-directrice générale par intérim du CISSSO, Josée Filion.

Les autres besoins immobiliers de l’organisation seront aussi traités dans le plan clinique, qui doit se projeter sur l’horizon de l’année 2036.

Trois chapitres

Les trois autres chapitres du plan clinique aborderont toute une gamme de sujets, afin de dresser le portrait le plus adéquat possible de la situation actuelle est des besoins anticipés pour les années à venir.

Mme Filion a fait savoir qu’un chapitre traitera de la démographie de la région et abordera, par exemple, les besoins de jeunes, des personnes âgées et des personnes vulnérables.

Le deuxième chapitre dressera le portrait de l’« offre de services actuelle, que ce soit en santé ou en services sociaux », a-t-elle indiqué.

Le troisième chapitre conjuguera les données des deux premiers afin que le CISSSO puisse « se projeter » dans l’avenir et déterminer ses besoins.

« C’est l’occasion d’une vie, c’est une occasion rêvée pour le CISSSO, dans le sens qu’on a un moment clé où on s’arrête pour regarder quelle offre de services on a de besoin pour répondre aux besoins de la population en santé et en services sociaux pour l’ensemble de la région de l’Outaouais », a souligné Mme Filion, qui soutient que le plan clinique représente un projet « porteur pour les gens qui travaillent au CISSSO ».

La grande patronne du CISSSO affirme que le rapport sera « colossal » et comptera « une centaine de pages minimum ». 

Le document ne s’aventurera cependant pas dans les coûts inhérents aux besoins qui y seront énoncés et se concentrera seulement sur l’aspect clinique. 

Le ministère de la Santé s’occupera d’évaluer le contenu du rapport pour ensuite procéder à une analyse des coûts.