Mgr Paul-André Durocher a mentionné que son organisation a la ferme intention de continuer de «promouvoir les soins palliatifs» et «la liberté de conscience des médecins et de tous les travailleurs engagés dans le domaine de la santé».

Aide médicale à mourir: les évêques canadiens vivement opposés

L'archevêque de Gatineau et président de la Conférence des évêques catholiques du Canada (CECC), Paul-André Durocher, implore les gouvernements de ne pas approuver «de prétendus actes "d'homicides par compassion"».
Dans sa missive publiée sur le site Web du CECC, Mgr Durocher invite également les Canadiens à accompagner les personnes mourantes et à les réconforter, même dans les moments les plus difficiles. «Réconforter les personnes mourantes et les accompagner dans l'amour et la solidarité sont des expressions importantes de la miséricorde chrétienne reconnues par l'Église depuis ses débuts.»
L'archevêque de Gatineau soutient également que l'aide médicale à mourir n'est «ni un acte de justice ou de miséricorde, ni un soin palliatif».
Mgr Durocher affirme que la CECC continuera de faire la promotion des soins palliatifs et des soins à domicile et il implore les gouvernements de mettre en place des politiques pour protéger la liberté de conscience des travailleurs du milieu de la santé qui sont en désaccord avec cette mesure.