Si le CLSC ne peut pas être déplacé avant juin 2021, l’agrandissement du CHSLD ne pourra donc pas être complété avant 2022, soit trois ans plus tard que l’échéancier initialement prévu.

Agrandissement retardé au CHSLD des Collines

Le projet d’agrandissement du Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) des Collines, dans la municipalité de La Pêche, accuse un important retard, a appris Le Droit.

Annoncé en septembre 2017 par l’ancien ministre de la Santé, Gaétan Barrette, l’agrandissement du CHSLD des Collines devait être terminé à l’été 2019 et permettre l’ajout de 24 lits. Il avait alors été mentionné que le centre avait atteint sa capacité d’accueil maximale et qu’une vingtaine de personnes du secteur devaient être hébergées dans des établissements en zone urbaine.

Le projet de 5,4 millions$ n’avance toutefois pas au rythme initialement prévu. Afin que l’agrandissement puisse aller de l’avant, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO) doit déplacer le CLSC qui se trouve au rez-de-chaussée de l’immeuble abritant le centre d’hébergement, sur le chemin Passe-Partout.

Or, dans un avis de «recherche d’espace locatif commercial» récemment publié, le CISSSO indique que les futurs locaux du CLSC devront être disponibles au plus tard le 1er juin 2021.

L’espace actuellement occupé par le CLSC sera ensuite «récupéré pour créer 24 nouvelles places en CHSLD», a indiqué la porte-parole du CISSSO, Patricia Rhéaume, ce qui donnera un total de 56 lits de soins de longue durée.

Selon le communiqué gouvernemental de 2017, les appels d’offres pour le projet d’agrandissement devaient être lancés en janvier 2018 et les travaux devaient être lancés en avril de la même année. «La fin des travaux est prévue à l’été 2019», lisait-on dans ce communiqué, ce qui signifie que la durée des travaux était à l’époque évaluée à plus d’un an.

Si le CLSC ne peut pas être déplacé avant juin 2021, l’agrandissement du CHSLD ne pourra donc pas être complété avant 2022, soit trois ans plus tard que l’échéancier initialement prévu.

Au CISSSO, Mme Rhéaume a fait savoir que ce retard s’explique notamment par la recherche infructueuse d’un nouveau site pour le CLSC. Certaines infrastructures ont été considérées avant d’être écartées en raison de leur vétusté, a donné en exemple la porte-parole du CISSSO. Cette situation ne cause toutefois pas d’inquiétudes sur le plan budgétaire pour le CISSSO, assure Mme Rhéaume.

L’organisation souhaite que le CLSC demeure dans le secteur Sainte-Cécile-de-Masham de la municipalité de La Pêche. Le CISSSO espère donc trouver de nouveaux espaces locatifs dans le même secteur, et ce pour une durée de 15 ans.