Les activités sont de retour à la normale dans les centres de prélèvements sanguins de la Mauricie et du Centre-du-Québec.

Abolition des frais accessoires: moins de prises de sang

L'abolition des frais accessoires risque d'accroître l'achalandage dans les centres de prélèvements en établissements en Outaouais. Au moins une clinique médicale ne sera plus en mesure de continuer à offrir le service de prises de sang à ses patients, et d'autres pourraient lui emboîter le pas.
Au Groupe de médecine familiale (GMF) de Touraine, les patients avaient accès depuis plus de 20 ans à un centre de prélèvements, où on leur facturait 35 $ pour une prise de sang. Mais à compter du 23 décembre, ce service ne sera plus accessible au GMF de Touraine, de sorte que les patients devront se tourner vers un établissement ou vers des entreprises privées.
L'affiche collée sur une porte de la clinique du boulevard de l'Hôpital stipule que la fermeture du centre de prélèvements est liée au « règlement sur les frais accessoires annoncé par le ministre de la Santé Gaétan Barrette ». Le règlement en question, qui prévoit l'annulation des frais accessoires, laissera la possibilité aux cliniques d'exiger un maximum de 15 $ pour payer les coûts de transport des prélèvements sanguins, et un maximum de 5 $ pour tout autre échantillon biologique.
«Décision mathématique»
Le Dr Louis Demers, médecin responsable du GMF de Touraine, affirme que dans ces conditions, la fermeture était inévitable.
« Ce que le patient payait, c'était l'infirmière et le transport, explique-t-il. C'est une décision mathématique. À 35 $, ça couvrait les frais pour le personnel et l'espace que le centre de prélèvement occupait, et c'est un service qui était apprécié de tous. »
Le GMF de Touraine, où de 10 à 20 prises de sang sont effectuées chaque jour, a informé le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) de ses intentions, a précisé le Dr Demers, qui se désole que le GMF doive congédier les deux infirmières qui oeuvraient au centre de prélèvements. La décision pourrait être « reconsidérée » si Québec modifie les paramètres limitant à 15 $ les frais liés aux prises de sang.
Réflexion en cours
Une réflexion a aussi été amorcée dans d'autres cliniques de la région offrant des prises de sang. À la clinique médicale du Vieux-Aylmer, le Dr John Eydt a indiqué que l'équipe attend des clarifications sur la mise en application du règlement avant de statuer sur l'avenir du centre de prélèvements. La Fédération des médecins omnipraticiens du Québec a d'ailleurs demandé des précisions au gouvernement, et attend toujours une réponse.
Les patients d'autres cliniques pourraient quant à eux préserver un accès à des prises de sang à proximité, puisque les espaces sont parfois loués à des entreprises privées, qui se chargent de faire les prélèvements.
Le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais estime pour sa part qu'il sera « en mesure d'absorber », dans ses établissements, les patients qui utilisaient normalement le service de prélèvements sanguins du GMF de Touraine.
C'est en septembre que le ministre Gaétan Barrette avait annoncé l'abolition des frais accessoires, dans l'objectif que la nouvelle réglementation entre en vigueur en janvier.