Abonnez-vous à nos infolettres. Obtenez en plus et assurez-vous de ne rien manquer directement dans votre boîte courriel.
Infertilité chez l’humain: les poissons-zèbres mis à contribution

Santé

Infertilité chez l’humain: les poissons-zèbres mis à contribution

Une nouvelle hormone qui stimule les fonctions sexuelles chez les poissons-zèbres pourrait ultimement mener à de nouveaux traitements pour traiter l’infertilité chez l’être humain, selon des chercheurs de l’Université d’Ottawa.

Les biologistes Kim Mitchell et Vance Trudeau de l’Université d’Ottawa ont découvert lors de leur recherche qu’une mutation spécifique des gènes de la protéine sécrétogranine-2 chez ces poissons d’eau douce appartenant à la famille des carpes réduisait la capacité reproductive des mâles et des femelles. Un couple sur dix seulement pouvait se reproduire.

Un défi virtuel pour combattre la fibrose kystique

Santé

Un défi virtuel pour combattre la fibrose kystique

En raison de la situation sans précédent causée par la pandémie de COVID-19, les organisateurs de la Marche Faites de la fibrose kystique de l’histoire ancienne ont décidé de tenir le défi de façon virtuelle cette année. Malgré tout, le volet gatinois de la collecte de fonds aura permis d’amasser plus de 33 488 $ pour aider à combattre la fibrose kystique.

La Marche Faites de la fibrose kystique de l’histoire ancienne est l’événement de collecte de fonds le plus important de Fibrose kystique Canada. La Marche a lieu depuis 15 ans dans plus de 70 villes partout à travers le Canada. 

Les quelque 33 488 $ récoltés cette année représentent la 2e plus grosse somme amassée en Outaouais depuis que l’évènement existe. L’an dernier, l’édition gatinoise du défi a permis d’amasser une somme record de plus de 45 000 $.

Comment ça fonctionne, ce défi virtuel ? À l’occasion du mois de la sensibilisation à la fibrose kystique, les participants à la Marche étaient invités à se choisir un défi ou une activité à accomplir avant le 31 mai tout en sollicitant des dons de leur entourage.

La fibrose kystique est une maladie génétique mortelle répandue chez les enfants et les jeunes adultes touchant surtout les poumons et l’appareil digestif. Il n’existe présentement aucun traitement pour guérir la maladie.

Pour l’ambassadeur local de la Marche, le Gatinois Mélix Gagnon,  lui-même atteint de la fibrose kystique, c’était naturel de s’impliquer dans un tel événement.

« Pour moi la Marche représente une façon de soutenir les gens qui ont la fibrose kystique. C’est important pour moi de faire connaître la maladie pour un jour guérir. » 

Le jeune homme de 11 ans a choisi un défi bien particulier à relever. « Mon défi est de faire le plus de bons en bâton sauteur. J’en ai fait 1200 plus tôt cette semaine. Pour mon défi dimanche je vais en faire 1685. C’est le montant qu’on a reçu en dons pour le moment. »

Semaine des services paramédics à Ottawa: un hommage qui arrive à point

Santé

Semaine des services paramédics à Ottawa: un hommage qui arrive à point

C’est dans un contexte bien particulier qui nous fait particulièrement apprécier le travail des professionnels de la santé que la Ville d’Ottawa a décidé de rendre hommage à ses paramédics cette semaine.

Le maire d’Ottawa, Jim Watson, a déclaré dimanche dernier que du 24 au 30 mai serait la Semaine des services paramédics dans la capitale fédérale. Une reconnaissance qui vient à point puisque ces travailleurs essentiels n’ont pas chômé depuis l’arrivée de la COVID-19 à Ottawa, selon le surintendant aux relations publiques du Service paramédic d’Ottawa, André Mollema.

Même si le nombre d’appels pour des urgences médicales a diminué durant le mois d’avril — probablement dû à une crainte collective de contracter le nouveau coronavirus à l’hôpital —, M. Mollema souligne que ses collègues et lui n’ont pas manqué de travail. Ils ont notamment assisté Santé publique Ottawa il y a quelques semaines dans ses efforts pour faire passer un test de dépistage à tous les résidents de foyers de soins de longue durée de la ville.

«C’est taxant pour tout le monde, on n’a pas plus la baguette magique qu’ailleurs. On a par contre de bons mécanismes pour éviter l’épuisement professionnel et la fatigue physique ou mentale. On ne veut pas que personne tombe malade non plus», affirme André Mollema.

COVID-19: Santé publique Ontario dépêchera des équipes mobiles de dépistage

COVID-19

COVID-19: Santé publique Ontario dépêchera des équipes mobiles de dépistage

La stratégie de dépistage de la COVID-19 en Ontario sera élargie pour rejoindre plus de lieux de travail, où pourront être dépêchées des unités de dépistage mobile afin de tester les employés, si des inquiétudes face au virus sont constatées.

Santé Publique Ontario a dévoilé, vendredi, sa nouvelle stratégie de dépistage de la COVID-19. 

Les nouvelles informations ont été partagées par la Dre Vanessa Allen, directrice générale de la microbiologie médicale du laboratoire de Santé publique Ontario, Matthew Anderson, président-directeur général de Santé Ontario, et le Dr Dirk Huyer, coroner en chef de l'Ontario et directeur général de l'approche de dépistage de la COVID-19.

Les autorités sanitaires espèrent pouvoir accroître le dépistage au cours de l’été pour mieux se préparer dans l’éventualité d’une résurgence d’autres maladies respiratoires, comme la grippe, à l’automne.  

Plusieurs lieux de travail ont été ajoutés à la liste prioritaire de dépistage, notamment dans les domaines de la transformation alimentaire, des transports, agricoles et de la construction.

À LIRE AUSSI: COVID-19: Ford est maintenant prêt pour un déconfinement régional

L’Ontario effectuera plus de tests chez le personnel hospitalier et les premiers répondants, et espère pouvoir augmenter la cadence chez les fabricants automobiles et les détaillants, entre autres.

Cette nouvelle stratégie de dépistage comprendra des campagnes ciblées qui permettront de tester les individus et les communautés jugés « à risque plus élevé ». 

Plus de 65% des cas de coronavirus sont dans le Grand Toronto. 

Les tests sur le personnel et les résidents de foyers de soins de longue durée se poursuivront également. Le dépistage au sein de la communauté continuera au cours de la prochaine semaine.  

La province réfléchit aussi à des moyens d’étendre le dépistage dans les prisons, les refuges pour sans-abri et les refuges pour femmes, entre autres. 

Des cibles rarement atteintes

Même si le premier ministre Doug Ford promet depuis des mois qu’il ne lâchera pas le morceau, «comme un chien sur son os», quant au nombre de tests effectués quotidiennement, la province de l’Ontario a mis du temps à atteindre ses propres cibles de dépistage depuis le début de la crise.

Cette semaine, le gouvernement ontarien a élargi ses critères pour inclure les gens qui ressentent des symptômes légers ou quiconque pensant avoir été en contact avec une personne infectée par le coronavirus.

Jeudi et vendredi, la province a enfin surpassé sa cible de 16 000 tests quotidiens, après plusieurs jours de dépistage insuffisant. On dénombrait 18 525 tests effectués, vendredi. 

Or, les laboratoires en Ontario ont actuellement la capacité d’analyser 20 000 tests par jour. Maintenant que la stratégie de dépistage a été bonifiée, des laboratoires devraient s’ajouter. Toutefois, Santé publique Ontario n’a pas fixé d’objectif précis pour l’instant. 

Par ailleurs, Santé Canada a approuvé deux nouveaux tests sérologiques, selon les autorités sanitaires de l’Ontario. Ces tests pourraient être utilisés pour obtenir plus de détails sur le nombre de cas asymptomatiques. Il faudra par contre attendre l’approbation des experts fédéraux.

Progression des cas de COVID-19 en Ontario, en chiffres

L’Ontario a enregistré 344 nouveaux cas de COVID-19, jeudi, portant le total du nombre de cas à 27 210. 

La province compte maintenant 2 230 décès, dont 1 412 résidents et cinq employés de foyers de soins de longue durée. 

Par ailleurs, le pourcentage de personnes considérées comme guéries du virus est maintenant de 77%. 

Vendredi, la province dénombrait 826 hospitalisations, 129 personnes en soins intensifs et 100 sous respirateur.

La COVID-19 fait de nouvelles victimes en Outaouais

COVID-19

La COVID-19 fait de nouvelles victimes en Outaouais

Le bilan du nombre de décès causés par la COVID-19 s'est alourdi vendredi en Outaouais, où l'on rapporte maintenant un total de 18 victimes de la pandémie.

Jeudi, le bilan officiel des autorités faisait état de 15 décès associés au nouveau coronavirus en Outaouais. Ce bilan se basait sur les informations compilées la veille, de sorte qu'un seizième décès, celui d'un préposé aux bénéficiaires de la région retrouvé sans vie dans la nuit de mercredi à jeudi, ne s'y trouvait pas encore.

Les trois nouveaux décès apparus au bilan officiel de la région incluent donc cet employé du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond, Sylvain Roy, qui était âgé de 56 ans.

Un résident de ce CHSLD du secteur Hull fait aussi partie des plus récentes victimes de la pandémie dans la région, selon les informations diffusées par le ministère de la Santé.

À LIRE AUSSI: COVID-19: décès d'un préposé aux bénéficiaires en Outaouais 

Il s'agit du huitième résident du CHSLD Lionel-Émond à succomber à la COVID-19. Jeudi, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) rapportait 44 cas actifs de la maladie parmi les quelque 250 résidents de ce CHSLD.

COVID-19: la transmission toujours au ralenti à Ottawa

COVID-19

COVID-19: la transmission toujours au ralenti à Ottawa

Les chiffres quotidiens sur la transmission de la COVID-19 sont toujours positifs dans la capitale fédérale alors que Santé publique Ottawa (SPO) rapporte seulement huit nouveaux cas confirmés.

Avec ces récents résultats positifs à un test de dépistage, il y a maintenant 1930 résidents d’Ottawa qui ont reçu un diagnostic pour le nouveau coronavirus.

Il n’y a également que 146 cas actifs connus dans la capitale fédérale puisque 1544 malades en sont maintenant guéries et que 240 en sont malheureusement décédés, dont 2 depuis la mise à jour de SPO diffusée mercredi.

Un des deux nouveaux décès est celui annoncé en soirée mercredi par la Ville d’Ottawa, soit un résident du foyer de soins de longue durée Peter D. Clark.

Signe que la COVID-19 est un virus qui frappe assez durement les personnes infectées, 37 personnes sont actuellement hospitalisées pour en soigner les symptômes, soit plus du quart des cas actifs à Ottawa.

Neuf nouveaux cas détectés en Outaouais 

COVID-19

Neuf nouveaux cas détectés en Outaouais 

Neuf cas confirmés de COVID-19 se sont ajoutés jeudi au bilan de l'Outaouais, portant à 527 le total de personnes de la région ayant reçu un diagnostic d'infection au nouveau coronavirus depuis le début de la pandémie.

La mise à jour quotidienne des données provinciales faite jeudi ne montre aucun nouveau décès dans la région, faisant toujours état de 15 victimes de la COVID-19 en Outaouais.

Ces données étant compilées la veille de leur publication, elles n'incluent donc pas le décès d'un préposé aux bénéficiaires du Centre d'hébergement et de soins de longue durée Lionel-Émond, retrouvé sans vie au cours de la nuit de mercredi à jeudi.

À LIRE AUSSI: COVID-19: Décès d'un préposé aux bénéficiaires en Outaouais

Sept résidents de ce CHSLD – auparavant appelé le Foyer du Bonheur – sont aussi décédés après avoir contracté la COVID-19. Les nouvelles données rendues publiques par le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) montrent qu'il y a présentement 44 cas actifs parmi les résidents de ce CHSLD du boulevard Lionel-Émond, qui compte quelque 250 résidents.

L'éclosion a donc encore pris de l'ampleur puisque vendredi dernier, le CISSSO rapportait 24 cas actifs parmi les résidents, de même que 21 employés infectés.

COVID-19: décès d'un préposé aux bénéficiaires en Outaouais [PHOTOS]

COVID-19

COVID-19: décès d'un préposé aux bénéficiaires en Outaouais [PHOTOS]

Un préposé aux bénéficiaires du Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond de Gatineau est décédé de la COVID-19.

Le Syndicat des travailleuses et travailleurs de la santé et des services sociaux de l'Outaouais (STTSSSO) a indiqué au Droit qu'il s'agit de Sylvain Roy, un homme de 56 ans qui n'était pas hospitalisé. Il a été retrouvé sans vie dans la nuit de mercredi à jeudi.

M. Roy travaillait au premier étage du CHSLD Lionel-Émond, longtemps appelé le Foyer du Bonheur. Une éclosion y est en cours et touche présentement une quarantaine de résidents.

«Il avait été retiré du travail il y a environ une semaine et demie, après avoir testé positif à la COVID-19, a indiqué la présidente du STTSSSO, Josée McMillan. Nous sommes profondément touchés, attristés, perturbés, voire fâchés par cette triste nouvelle.»

Mme McMillan a indiqué que le défunt comptait 26 ans d'expérience et qu'avant d'oeuvrer au CHSLD Lionel-Émond, il avait travaillé à l'Hôpital de Hull.

«Il a passé sa vie là-dedans, il aimait son travail, a-t-elle souligné. Il aimait les patients et les patients l'adoraient.»

Une vigile en hommage au préposé disparu est prévue jeudi soir.

Situation inhumaine dans des foyers de soins de longue durée en Ontario

Ontario

Situation inhumaine dans des foyers de soins de longue durée en Ontario

Mouches et coquerelles, nutrition inadéquate, couches non changées, comportement agressif envers des patients… Voilà quelques exemples de situations déplorées par les soldats qui ont été déployés pour venir en aide à certains établissements pour aînés atteints par des éclosions de COVID-19 en Ontario.

Des militaires ont été envoyés en renfort dans cinq foyers de soins de longue durée en Ontario. Les situations dont ils ont été témoins sont extrêmement troublantes. Mardi, ils en ont dévoilé les détails. 

Le premier ministre ontarien Doug Ford a fait part de son indignation face aux constats des militaires. « C’est le pire rapport que j’ai lu de toute ma vie. »

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau a pour sa part qualifié le rapport comme étant « extrêmement dérangeant ». 

Parmi les conditions exécrables observées, des lacunes ont été constatées quant au contrôle des infections, aux standards des soins et au matériel médical, entre autres. 

Des aînés auraient été laissés à eux-mêmes, dans des couches souillées, sans que personne ne leur vienne en aide. D’autres n’ont pas été lavés ou déplacés pendant des semaines. 

Certains ont été nourris de force. D’autres n’ont pas été nourris du tout, pendant de longues périodes de temps. Des cabarets de nourriture avariée empilés ont été laissés sur la table de chevet d’un résident dans l’un des foyers.

On apprend aussi que dans l’un des centres de soins de longue durée visés par le rapport, le personnel ne surveillait pas les signes vitaux de certains résidents de façon régulière. 

Les membres des Forces armées canadiennes ont aussi fait le constat de maltraitance envers des résidents. 

Le rapport déplore également la mauvaise utilisation des cathéters urinaires, dont certains ont été laissés par terre. Les militaires affirment que les mauvaises pratiques ont mené à une douzaine d’infections de saignements fongiques dans l’un des foyers cités. 

Les militaires ont aussi fait état d’un manque criant de formation et de bien-être du personnel, ainsi que d’une culture générale de peur quant à l’utilisation du matériel comme des sacs de fluides, des jaquettes et des gants, entre autres, en raison des coûts. 

Ils ont également noté un manque de matériel pour les soins de la bouche ou des yeux pour les résidents en soins palliatifs, que du matériel important est souvent verrouillé et inaccessible et que des médicaments expirés ont été donnés aux résidents. 

D’autres problèmes liés aux standards de pratique locale et aux communications sont aussi cités dans le rapport. 

Plusieurs membres du personnel, incluant des médecins, n’auraient pas utilisé le matériel de protection personnelle de la bonne façon. Dans l’un de ces foyers, les résidents atteints de la COVID-19 pouvaient se promener librement dans l’établissement, facilitant la propagation du virus. 

Des infirmières ont été surprises à remplir des documents d’évaluation des résidents sans avoir évalué les résidents.

Par ailleurs, les militaires ont indiqué avoir remarqué de l’épuisement chez les soignants. 

L'éclosion de COVID-19 prend de l'ampleur au CHSLD Lionel-Émond

COVID-19

L'éclosion de COVID-19 prend de l'ampleur au CHSLD Lionel-Émond

L'éclosion de COVID-19 s'aggrave au Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond de Gatineau. En plus des six décès, on y compte désormais 24 cas actifs parmi les résidents, tandis que 21 employés ont aussi contracté le virus.

L'évolution de l'éclosion au CHSLD Lionel-Émond (auparavant appelé le Foyer du Bonheur) suit la tendance inverse de celle observée au CHSLD La Petite-Nation de Saint-André-Avellin, où la contamination s'est limitée à sept résidents, qui sont aujourd'hui tous rétablis.

En point de presse jeudi, la présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Josée Filion, avait indiqué que 21 résidents du CHSLD Lionel-Émond avaient contracté la COVID-19 depuis le début de l'éclosion, en incluant les six qui en sont décédés.

Ce nombre atteint maintenant 30, soit les six victimes et les 24 cas actifs parmi les résidents. Cela représente un peu plus de 10% des quelque 250 personnes hébergées sur place.

Le CISSSO a indiqué par communiqué de presse, vendredi, que 21 de ses employés oeuvrant au CHSLD Lionel-Émond sont aussi atteints de la maladie.

À LIRE AUSSI: Une vingtaine de nouveaux cas en Outaouais

Une porte-parole du CISSSO, Patricia Rhéaume, a indiqué au Droit que l'organisation s'attend à davantage de cas liés à cette éclosion, puisque certains résultats de dépistage n'ont pas encore été reçus.

Le CISSSO «prend au sérieux cette situation et met tout en œuvre pour limiter davantage la propagation», affirme l'organisation dans son communiqué.

«Des équipes en prévention et contrôle des infections sont présentes quotidiennement afin de [soutenir] le personnel et les médecins dans les meilleures pratiques de protection et de sécurité, poursuit le CISSSO. De plus, tous les résidents atteints sont placés en isolement en zone chaude et des mesures strictes ont été mises en place.»

Mme Rhéaume a indiqué que «pour l'instant», il n'est «pas prévu» que des résidents non atteints soient transférés dans une autre ressource.

Les visites de proches aidants restent permises malgré l'éclosion. Le tout se fait «dans le respect des orientations ministérielles», assure le CISSSO.

Une vingtaine de nouveaux cas en Outaouais

COVID-19

Une vingtaine de nouveaux cas en Outaouais

Pour une deuxième fois en quatre jours, 22 nouveaux cas confirmés de COVID-19 se sont ajoutés au bilan de l'Outaouais, ce qui constitue l'une des plus fortes hausses observées dans la région depuis le début de la pandémie.

La seule hausse plus élevée que celle rapportée vendredi en Outaouais remonte au 5 avril, alors que 24 cas avaient été confirmés dans la région. Une autre augmentation de 22 cas avait été enregistrée mardi.

Encore au-delà de 400 nouveaux cas de COVID-19 en Ontario

COVID-19

Encore au-delà de 400 nouveaux cas de COVID-19 en Ontario

Alors que le médecin hygiéniste en chef de l’Ontario, le Dr David Williams, espérait voir le nombre de nouveaux cas de COVID-19 continuer de diminuer, la province enregistrait 441 nouveaux cas, vendredi, soit une augmentation de 1,8%.

C’est la troisième fois cette semaine que le nombre de nouveaux cas se situe au-dessus de la barre des 400. 

Le nombre total de cas de coronavirus confirmés en Ontario est maintenant de 24 628. 

Selon le plus récent bilan publié vendredi, la province observe aussi une légère réduction du pourcentage de personnes ayant contracté la COVID-19 qui sont maintenant considérées comme guéries. 

Alors que ce pourcentage augmentait graduellement depuis plusieurs semaines, ayant atteint 76,5% cette semaine, il est redescendu à 76,2%, vendredi. 

La santé publique de l’Ontario ratait une fois de plus sa cible de dépistage, vendredi, avec 11 276 tests effectués. L’objectif provincial quotidien est de 16 000 tests, et la capacité totale en laboratoires est de 20 000 tests par jour. 

On dénombre maintenant 2 021 décès, dont 1 262 résidents et quatre employés de foyers de soins de longue durée.

La province compte aussi 961 personnes hospitalisées, dont 153 aux soins intensifs et 120 sous respirateur. 

De l’aide pour les professionnels apprentis

Le premier ministre ontarien Doug Ford a annoncé, vendredi après-midi, une aide de 7,5 millions $ pour aider les nouveaux professionnels apprentis. 

Ce fonds permettra aux travailleurs des différents domaines industriels de faire l’achat de l’équipement nécessaire pour démarrer leur carrière. 

Ce fonds permettra à ces travailleurs de ne pas avoir à rembourser des prêts en cours, pour qu’ils puissent « se remettre rapidement sur pied durant la reprise économique en Ontario ». 

Le gouvernement pardonnera aussi plus de 10 millions $ en prêts en cours pour les professionnels apprentis qui ont fait l’achat d’outils nécessaires en début de carrière. Ces prêts ont servi à des milliers de nouveaux apprentis de faire l’achat d’équipement, de vêtements et de manuels dont ils ont besoin dans leur domaine. 

Selon le gouvernement ontarien, environ 19 000 apprentis ont participé à ce programme de prêts, et ces derniers ont des dettes en moyenne de 495 $. 

Le premier ministre Doug Ford a aussi annoncé un investissement de 2 millions $ pour mettre sur pied un centre virtuel pour aider les travailleurs du domaine de l’hôtellerie et du tourisme à trouver de l’emploi. 

Le Centre d’action virtuel devrait aider 7 000 travailleurs du secteur à dénicher un emploi et à obtenir des outils de formation, selon le gouvernement. 

COVID-19: neuf nouveaux décès à Ottawa

COVID-19

COVID-19: neuf nouveaux décès à Ottawa

Santé publique Ottawa (SPO) a répertorié 9 décès causés par la COVID-19 dans sa dernière mise à jour.

Le nouveau coronavirus a maintenant fait 220 victimes dans la capitale fédérale.

Malgré ces neuf nouveaux décès, le clinicien principal du Programme d’épidémiologie Clinique à l’Institut de recherche de l’hôpital d’Ottawa, Doug Manuel, souligne que l’augmentation du nombre de mortalités a ralenti dans les derniers jours.

Cette tendance à la baisse — et plusieurs autres signes de ralentissement — confirme qu’Ottawa a réussi à aplatir la courbe de transmission. À noter que SPO a également identifié 17 nouveaux cas de la COVID-19 à Ottawa, ce qui porte le total à 1885 infections confirmées à travers la ville.

Le Dr Manuel prévient toutefois les citoyens de la capitale fédérale que le risque d’une nouvelle augmentation du taux de transmission est toujours bien présent.

«Je suis très optimiste, je ne crois pas que l’on verra une deuxième vague […], mais ça dépend de nous. Il faut continuer de pratiquer la distanciation physique», soutient Doug Manuel.

Le service des règlements municipaux de la Ville d’Ottawa gardera un œil attentif sur les parcs et les installations sportives extérieures, récemment rouvertes.

Le directeur général de Loisirs, Culture et Installations d’Ottawa, Dan Chenier, rappelle qu’il faut continuer de pratiquer la distanciation physique entre membres de différents foyers et que les rassemblements de plus de cinq personnes sont toujours interdits par la loi provinciale.

Foyer Peter D. Clark

Un résident du foyer de soins de longue durée Peter D. Clark est décédé après avoir contracté la COVID-19, annonce la Ville d’Ottawa.

Il s’agit du troisième résident de l’établissement opéré par la municipalité à mourir en raison du nouveau coronavirus. La Ville d’Ottawa a également dû annoncer le décès d’un employé du foyer Peter D. Clark plus tôt cette semaine.

Dans une note envoyée au conseil municipal, la directrice générale des services sociaux et communautaires de la Ville, Donna Gray, soutient qu’un résident et deux employés de plus ont reçu la confirmation qu’ils ont contracté la COVID-19.

«Cela porte le total pour le Foyer Peter D. Clark à 20 résidents, 16 membres du personnel positifs», écrit Mme Gray.

Selon les derniers chiffres disponibles au moment de mettre sous presse, il y a maintenant 1868 cas confirmés de la COVID-19 à Ottawa, dont 211 personnes qui en sont mortes.

Reprise graduelle des activités chirurgicales en Outaouais

Santé

Reprise graduelle des activités chirurgicales en Outaouais

Les activités chirurgicales pourraient reprendre à 70% de leur niveau habituel d’ici la fin juin dans les blocs opératoires de l’Outaouais.

En point de presse en début de semaine, la ministre de la Santé, Danielle McCann, avait affirmé que l’Outaouais faisait partie des régions où les chirurgies pourraient reprendre à 70% de la capacité normale du réseau régional.

Le Dr Nicolas Gillot, directeur des services professionnels au Centre intégré de santé et de services sociaux de l’Outaouais (CISSSO), a indiqué en entrevue avec Le Droit qu’il y a actuellement «une augmentation des listes d’attente» pour les chirurgies électives (non urgentes) dans la région en raison du délestage d’activités effectué depuis le début de la pandémie. Une certaine amélioration a toutefois pu être observée pour les chirurgies oncologiques.

COVID-19: un douzième décès en Outaouais

COVID-19

COVID-19: un douzième décès en Outaouais

La COVID-19 a fait une douzième victime en Outaouais, où l'on rapporte jeudi 18 nouveaux cas confirmés.

Selon les données de l'Institut national de santé publique du Québec (INSPQ), la plus récente victime de la pandémie dans la région demeurait à domicile et non dans une ressource d'hébergement.

Ce douzième décès à être déploré en Outaouais fait partie des 82 nouveaux décès rapportés à l'échelle provinciale. Le premier ministre François Legault a précisé que sur ces 82 décès, 25 «datent de plus de cinq jours».

Avec 18 nouveaux cas ajoutés à son bilan, l'Outaouais compte maintenant 450 cas confirmés de COVID-19 depuis le début de la pandémie. De ce nombre, 261 sont rétablis, ce qui représente une proportion de 58%.

Depuis le début de la pandémie, 75 employés du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) ont reçu un diagnostic de COVID-19. La présidente-directrice générale de l'organisation, Josée Filion, a indiqué en point de presse, jeudi, que 34 de ces employés sont maintenant rétablis.

Le centre désigné COVID-19 de l'Hôpital de Hull comptait jeudi dix patients hospitalisés, dont un aux soins intensifs.

En fonction du nombre de cas confirmés par 100 000 habitants, l'Outaouais continue de se situer dans les régions les moins touchées du Québec.

Une ex-mannequin préposée aux bénéficiaires: «Ça m’a fait reconnecter avec le meilleur de moi-même»

Actualités

Une ex-mannequin préposée aux bénéficiaires: «Ça m’a fait reconnecter avec le meilleur de moi-même»

TROIS-RIVIÈRES — Marie-Ève Lavoie aurait bien pu rester chez elle pendant la pandémie qui lui a fait perdre son emploi. Elle aimait bien son travail pour le grossiste en voyages Tours Amérique mais elle se doutait que l’industrie du tourisme en aurait pour un petit bout à se relever du coup dur qu’elle venait d’encaisser. Elle a bénéficié de la Prestation canadienne d’urgence, passé du bon temps avec son petit garçon de 3 ans et demi mais, après six semaines, le travail lui manquait. Travailler, elle aime ça. Simple comme ça.

«Ce qui m’a frappée, c’est quand ils ont fait appel à l’armée. Je me suis dit que ça n’avait pas de bon sens! Je ne pouvais pas croire qu’on était rendu là!», confie celle dont le frère est membre des Forces armées canadiennes.

Manifestation: les infirmières revendiquent leur droit de prendre des vacances

COVID-19

Manifestation: les infirmières revendiquent leur droit de prendre des vacances

Après deux mois passés au front à soigner les victimes de la pandémie, les infirmières se disent fatiguées et estiment avoir le droit de prendre des vacances, comme tout le monde, cet été.

Elles exigent donc du gouvernement Legault qu'il annule sa décision prise en mars, ayant pour effet de mettre en veilleuse leurs conditions de travail, incluant les vacances, en raison de la crise sanitaire qui sévit au Québec.

L’enquête sur les soins de longue durée en Ontario n’impressionne pas l’opposition

Politique

L’enquête sur les soins de longue durée en Ontario n’impressionne pas l’opposition

TORONTO — Le gouvernement Ford a annoncé, mardi matin, une commission d’enquête indépendante sur les soins de longue durée en Ontario. L’opposition à Queen’s Park, qui demande depuis des semaines que cette enquête soit publique, n’a pas été impressionnée par cette annonce.

« Notre gouvernement a clairement indiqué son intention de revoir le système de soins de longue durée afin de mieux comprendre les répercussions de l'épidémie de COVID-19 et les mesures prises pour y faire face », a déclaré la ministre des Soins de longue durée de l’Ontario, Merrilee Fullerton, dans un communiqué, mardi. 

Nulle part n’a-t-il été mentionné que cette commission indépendante sur le système de soins de longue durée sera publique. 

« Seule une enquête publique donnera aux résidents et à leurs proches la voix, les réponses, le respect et le changement qu’ils méritent », a tonné la cheffe néo-démocrate Andrea Horwath, qui demande depuis des semaines que le gouvernement ontarien rende publique et indépendante sa commission d’enquête sur les soins de longue durée. 

Lors d’une récente entrevue avec Le Droit, la députée de Hamilton avait fait part de ses craintes face à une enquête gouvernementale non publique. À ses dires, rien n’empêche le gouvernement de mener une enquête biaisée. « Une commission d’enquête indépendante et publique serait la façon la moins partisane de faire les choses. Ça permettrait de ratisser plus large et de trouver des réponses. »

Des paramédics de l’Outaouais prêtés à des CHSLD

Santé

Des paramédics de l’Outaouais prêtés à des CHSLD

Ayant déjà de l’expérience comme préposée aux bénéficiaires, la paramédic Maude Paré n’a pas eu de misère à remarquer les changements imposés par la pandémie lorsqu’elle est débarquée en renfort au Centre d’hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) La Petite-Nation en pleine éclosion de COVID-19. «Tout est plus lourd, tout est plus long», a-t-elle constaté.

Depuis le 9 mai, Maude Paré est «prêtée» au réseau de la santé par son employeur, la Coopérative des paramédics de l’Outaouais (CPO). Au CHSLD de Saint-André-Avellin, ils sont quatre paramédics à travailler à temps plein, sur des quarts de travail de 12 heures.

COVID-19 à Ottawa: faites-vous tester, implore la Dre Etches

COVID-19

COVID-19 à Ottawa: faites-vous tester, implore la Dre Etches

Santé publique Ottawa (SPO) veut s’assurer que le message soit bien entendu alors que le déconfinement progressif est sur le point de commencer en Ontario: toute personne présentant des symptômes associés à la COVID-19 peut subir un test de dépistage.

«Pour la majorité d’entre nous, la maladie n’est pas trop sévère, reconnaît la médecin-chef de SPO, Vera Etches. Si on n’a qu’un mal de tête ou de la fatigue, ça peut être incommodant d’aller subir un test, mais c’est important.»

La Dre Etches implore à tous les résidents qui présentent un symptôme de se présenter au centre d’évaluation Brewer ou dans l’une des deux cliniques spéciales ouvertes durant la pandémie pour traiter les personnes atteintes de maladies respiratoires.

«Pourquoi se faire tester? Parce que vous nous aidez à identifier tous les cas de COVID-19 dans notre communauté et à limiter sa transmission, souligne le médecin chef-adjoint de SPO, Brent Moloughney. Avec tous ces changements aux restrictions, les chances augmentent qu’on se retrouve en contact avec d’autres personnes.»

Dans le contexte du déconfinement progressif, Vera Etches insiste d’ailleurs qu’il est particulièrement important de respecter les consignes de distanciation physique et de limiter au maximum nos interactions avec les gens avec qui nous habitons.

«Il faut procéder lentement pour être capable de mesurer l’impact de ces changements sur le taux de transmission du virus», soutient la Dre Etches.

4 nouveaux décès

SPO a annoncé vendredi la mort de quatre autres personnes infectées par la COVID-19 dans la capitale fédérale. Le nouveau coronavirus a maintenant fait 189 victimes à Ottawa. 

En plus de ces décès, SPO dit avoir recensé 28 nouveaux cas confirmés de la COVID-19 à travers la ville, ce qui porte le total à 1753.

Un seul nouveau cas de COVID-19 confirmé en Outaouais

COVID-19

Un seul nouveau cas de COVID-19 confirmé en Outaouais

Un seul nouveau cas confirmé de COVID-19 s'est ajouté vendredi au bilan de l'Outaouais, où l'on recense un total de 367 personnes ayant été infectées depuis le début de la pandémie.

Aucun des 50 nouveaux décès rapportés vendredi à l'échelle provinciale n'est survenu en Outaouais. La pandémie a jusqu'à présent fait dix victimes dans la région. La moitié d'entre elles demeuraient au Centre d'hébergement et de soins de longue durée (CHSLD) Lionel-Émond du secteur Hull, où une vingtaine de résidents ont été infectés par le nouveau coronavirus.

Au Centre désigné COVID-19 de l'Hôpital de Hull, on accueillait vendredi dix patients, soit un de plus que la veille. Aucun de ces patients ne requérait de soins intensifs.

Du côté du CHSLD La Petite-Nation de Saint-André-Avellin, le Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO) avait indiqué jeudi que les sept résidents qui y avaient contracté le virus sont rétablis.

COVID-19 à Ottawa: le nombre quotidien de cas confirmés continue de ralentir

COVID-19

COVID-19 à Ottawa: le nombre quotidien de cas confirmés continue de ralentir

Les plus récentes données sur la présence de la COVID-19 à Ottawa continuent de démontrer l’aplatissement de la courbe de transmission.

Pour la troisième journée consécutive — et la quatrième fois au cours des cinq derniers jours —, moins de 20 nouveaux cas confirmés de la COVID-19 sont annoncés par Santé publique Ottawa (SPO).

Seulement 18 nouvelles infections ont été répertoriées par SPO depuis la mise à jour précédente, ce qui porte le total à 1725 cas dans la capitale fédérale. Il faut remonter aux premières semaines des mesures de confinement généralisées pour trouver aussi peu de cas confirmés pendant trois jours consécutifs.

La médecin-chef de SPO, Vera Etches, a toutefois indiqué durant une assemblée publique virtuelle tenue jeudi après-midi que le nombre d’hospitalisations demeure stable au cours des derniers jours, ce qui laisse présager que la COVID-19 est toujours omniprésente dans la capitale fédérale.

«J’imagine qu’il est possible d’organiser des réunions avec vos proches en respectant les mesures de distanciation physique, mais ce n’est pas idéal. Le meilleur conseil, c’est de limiter vos activités aux membres de votre résidence», affirme la Dre Etches.

La formation médicale en Outaouais sera offerte malgré les retards dans la construction

Santé

La formation médicale en Outaouais sera offerte malgré les retards dans la construction

La construction de l'édifice devant accueillir la faculté satellite de médecine de l'Outaouais ne sera probablement pas terminée avant «la fin de l'automne» en raison de la pandémie de COVID-19, ce qui n'empêchera toutefois pas la première cohorte de commencer sa formation dans la région.

Le Dr Gilles Brousseau, doyen associé et directeur du Campus Outaouais de l'Université McGill, ne cache pas avoir été «un petit peu déçu» lorsque la pandémie a forcé l'arrêt des travaux à la faculté satellite, au-dessus de l'urgence de l'Hôpital de Gatineau.

«Notre calendrier allait tellement bien», a-t-il souligné en entrevue.

Presque deux mois après avoir été arrêtés, les travaux ont pu reprendre lundi. Les mesures de distanciation physique sur le chantier font toutefois en sorte que le nombre d'ouvriers est réduit. Des délais sont aussi anticipés pour la livraison de certaines commandes.

La toute première cohorte de 24 étudiants de la faculté satellite de médecine de McGill en Outaouais pourra quand même entreprendre sa formation dès le 18 août.

Les étudiants suivront «leur formation à distance, en ligne», comme c'est le cas pour la reprise des cours universitaires un peu partout.

Deux nouveaux décès en Outaouais

COVID-19

Deux nouveaux décès en Outaouais

Deux nouveaux décès liés à la COVID-19 ont été confirmés jeudi en Outaouais, où l'on compte six nouveaux cas diagnostiqués d'infection au nouveau coronavirus.

Ces deux nouvelles victimes de la pandémie en Outaouais font partie des 131 décès qui se sont ajoutés jeudi au bilan provincial. La région compte désormais dix décès causés par la COVID-19.

La présidente-directrice générale du Centre intégré de santé et de services sociaux de l'Outaouais (CISSSO), Josée Filion, a rappelé en point de presse que 90% des décès au Québec «sont des personnes âgées de 70 ans et plus». «C'est la même tendance pour nous» en Outaouais, a-t-elle précisé.

Un déconfinement dès le 19 mai en Ontario

COVID-19

Un déconfinement dès le 19 mai en Ontario

Le premier ministre ontarien Doug Ford a annoncé que la province entame la première étape du déconfinement graduel. Le gouvernement a dévoilé la liste de toutes les entreprises et les services qui pourront reprendre leurs activités à partir de mardi prochain.

« Des milliers de personnes pourront retourner au travail », a déclaré M. Ford, en nuançant que les entreprises ne devraient ouvrir que si elles sont prêtes. 

Tous les commerces de vente au détail pourront rouvrir à partir de mardi, sauf les centres commerciaux et les commerces qui n’ont pas une entrée menant à la rue. Ces entreprises devront limiter le nombre de clients à l’intérieur. Les salles d’essayage devront avoir une porte, plutôt qu’un rideau, afin de faciliter la désinfection. 

Les activités sportives individuelles pourront reprendre, telles que le tennis, la gymnastique et l’équitation seront permises. Les piscines, par contre, demeureront fermées encore pour un certain temps. 

Les concessionnaires et les détaillants de véhicules de tous types, comme les automobiles, les bateaux et les motocyclettes, pourront rouvrir en respectant les mesures imposées par la santé publique. 

Par ailleurs, tous les chantiers de construction pourront reprendre leurs opérations en respectant certaines conditions du gouvernement. 

Toutefois, le premier ministre Doug Ford a tenu à être clair, en conférence de presse jeudi: « Si vous avez des symptômes, n’allez pas au travail ».

L’Ontario invite les enseignants disponibles à aller travailler dans le secteur de la santé

Santé

L’Ontario invite les enseignants disponibles à aller travailler dans le secteur de la santé

Les membres du personnel enseignant de l’Ontario peuvent être réorientés, sur une base volontaire, vers des rôles essentiels où le manque de personnel se fait sentir, comme dans les hôpitaux et les foyers de soins de longue durée.

Le ministre de l’Éducation Stephen Lecce a souligné que des travailleurs de l’éducation ont déjà commencé à offrir leur aide dans des hôpitaux de Kenora. 

Or, cette invitation du gouvernement n’est pas une confirmation que les écoles ne seront pas rouvertes avant la fin de l’année scolaire. Le ministre a précisé que la réorientation des travailleurs du secteur public peut toujours être renversée si leurs services sont demandés dans les écoles.

Le ministre de l’Éducation a par ailleurs confirmé que l’école reprendra sans aucun doute en septembre. 

Stephen Lecce doit offrir aux Ontariens plus de détails concernant la réouverture des écoles la semaine prochaine. Il a affirmé en conférence de presse qu’il attend toujours des détails sur les recommandations de l’équipe de santé publique de la province. 

Un portail provincial sera mis en place plus tard cette semaine pour jumeler le personnel admissible du secteur de l’éducation aux établissements de soins collectifs confrontés à une pénurie de personnel.

Beaucoup de questions pour les proches d’une octogénaire décédée de la COVID-19

COVID-19

Beaucoup de questions pour les proches d’une octogénaire décédée de la COVID-19

Les proches d’une octogénaire décédée la semaine dernière après avoir contracté la COVID-19 se demandent pourquoi ils n’ont pas été informés qu’une éclosion s’était déclarée à l’Hôpital de Gatineau, quelques jours à peine après qu’elle y eut séjourné sur l’un des étages touchés.

Jacqueline Lévesque, 86 ans, s’est éteinte le matin du 7 mai. L’une de ses deux filles, qui a accepté de se confier au Droit tout en souhaitant taire son nom, peine encore à digérer que celle qui l’a mise au monde est partie sans avoir eu droit à la présence de ses proches pour un dernier «au revoir», conséquence de l’interdiction des visites dans les zones «rouges».

Un nouveau système de dossiers de santé numériques dans l’Est ontarien

Santé

Un nouveau système de dossiers de santé numériques dans l’Est ontarien

La Résidence Prescott et Russell, dans l’Est ontarien, pourra désormais consulter les dossiers médicaux électroniques des citoyens hospitalisés à l’Hôpital général de Hawkesbury, via le système EpicCare Link.

Les dossiers médicaux pourront ainsi être consultés, organisés et sécurisés avec une plateforme technologique de pointe où la confidentialité des dossiers des clients sera respectée.

«L’accès au système nous permet de consulter, en direct, le dossier médical de nos résidents qui seraient admis à l’HGH. Dans un même temps, le partage de nos ressources nous permet d’uniformiser nos plateformes digitales, ce qui assure une meilleure communication et une meilleure dynamique entre les deux instituts», explique Alexandre Gorman, administrateur de la Résidence Prescott et Russell. «EpicCare s’est déjà avéré extrêmement utile et pertinent lors de la pandémie de COVID-19, notamment en ce qui concerne le transfert des patients entre nos deux établissements.»

«Restez dans votre province», dit Doug Ford

COVID-19

«Restez dans votre province», dit Doug Ford

TORONTO - Même si la Sûreté du Québec cessera bientôt le contrôle de la plupart des frontières entre le Québec et l’Ontario, le premier ministre ontarien Doug Ford demande à la population de rester dans sa province jusqu’à la fin de la crise de la COVID-19.

Il en va de même pour les résidents d’Ottawa-Gatineau et des environs qui souhaitent visiter les membres de leur famille dans la province voisine. 

«Nous avons eu une conversation avec les autres premiers ministres, et nous sommes tous d’accord: ne traversez pas les frontières avant que tout ça soit terminé», a répondu Doug Ford à une question du Droit en conférence de presse, vendredi. 

Lorsque les mesures de confinement seront levées et que l’économie ontarienne reprendra son cours graduellement, Doug Ford promet d’avoir une conversation avec le premier ministre du Québec François Legault à propos du voyagement entre les deux provinces. 

M. Ford a souligné une fois de plus les relations «incroyables» entre les premiers ministres provinciaux du pays, et notamment avec M. Legault. 

Les barrages routiers seront levés le 11 mai en Outaouais, sauf entre Ottawa et Gatineau. Les autorités ont déjà cessé le contrôle routier entre Hawkesbury et Grenville. 

À LIRE AUSSI: Barrages routiers levés le 11 mai sauf à Gatineau

Le premier ministre ontarien a aussi réitéré que tous les premiers ministres provinciaux et le premier ministre Justin Trudeau sont d’accord sur le fait qu’ils ne veulent pas rouvrir la frontière entre le Canada et les États-Unis. 

Doug Ford se défend d’être allé au chalet

Même s’il répète lui-même depuis plusieurs semaines que les Ontariens ne devraient pas se rendre à leurs chalets, Doug Ford s’est lui-même déplacé dans son chalet familial de Muskoka, le matin du dimanche de Pâques. 

En conférence de presse, celui-ci a rétorqué, lorsque questionné à ce propos, que ce n’était que pour aller vérifier la plomberie. 

M. Ford a expliqué qu’il s’est levé tôt, qu’il est parti seul, et qu’il n’y a passé qu’une heure. La résidence est en rénovation depuis deux ans, et le premier ministre a souligné que les tuyaux de plomberie avaient déjà explosé ultérieurement. «Toute critique à propos de moi est légitime, a-t-il admis. Je ne pense pas y retourner avant plusieurs mois.»

Les cas de COVID-19 en Ontario, en chiffres

Vendredi matin, la santé publique affichait que l’Ontario a enregistré 477 nouveaux cas de COVID-19 au cours de la veille, portant le total du nombre de cas à 19 598. 

La province a finalement dépassé sa cible du nombre de tests quotidiens de dépistage de la COVID-19, avec 16 295 tests effectués entre jeudi et vendredi. C’est la première fois que l’Ontario atteint son objectif depuis le début de la semaine. 

  • 63 nouveaux décès (total de 1 540)

  • 13 990 personnes guéries (71,4%)

  • 1 028 hospitalisations

  • 213 aux soins intensifs, dont 166 sous ventilation

Le ministère des Soins de longue durée compte des éclosions du coronavirus dans 175 foyers de soins de longue durée. Au sein de ces établissements, 2782 résidents et 1707 membres du personnel l’ont contracté. Le ministère compte 1 150 décès dans ces centres pour aînés, en tout.

Sept nouveaux décès à Ottawa

COVID-19

Sept nouveaux décès à Ottawa

Sept nouveaux décès dus à la COVID-19 ont été répertoriés par Santé publique Ottawa (SPO) vendredi.

Ce sont maintenant 148 résidents de la capitale fédérale qui ont perdu la vie après avoir contracté le nouveau coronavirus.

Dans sa mise à jour épidémiologique quotidienne, SPO annonce également que 24 nouveaux cas de la COVID-19 ont été dépistés, ce qui porte le total à 1603 personnes qui ont été testées positivement au virus à Ottawa.