Éric Gagné, de Déneigement Gagné, affirme que la demande pour ses services est nettement en hausse cette année.

Saison « rock n'roll » pour les déneigeurs

S'il y a un endroit où le téléphone ne dérougit pas depuis l'amorce de la saison froide, c'est bien chez les compagnies de déneigement de la région. Pour eux, c'est le jour et la nuit en comparaison avec l'année dernière, de nombreux résidents ou commerçants en ayant ras-le-bol de pelleter.
Propriétaire de Déneigement St-Pierre, Michaël St-Pierre ne cache pas que les affaires roulent considérablement. Il n'hésite pas à dire que son bassin de clientèle est en hausse de 50 %.
« L'hiver dernier, on devait même faire des avances aux employés tellement c'était calme. Cette fois, c'est une saison totalement différente, c'est rock n'roll. Les précipitations sont périodiques et ça prend quelques jours avant d'en venir à bout. En plus, les tempêtes sont difficiles à prédire. Ça met à rude épreuve non seulement nos employés, mais aussi la machinerie, qui peut parfois tomber au combat. Heureusement, on a de la machinerie de remplacement », soutient-il. 
Même son de cloche pour le propriétaire de l'entreprise Déneigement Gagné, en affaires depuis huit ans, qui affirme lui aussi que la demande pour des services de déneigement est en forte hausse. 
« À pareille date l'hiver dernier, nous étions sortis deux fois sur le terrain, alors que cette année, nous sommes déjà rendus à 11. [...] On a reçu une soixantaine d'appels pour de nouveaux contrats en l'espace de 24 heures », mentionne Éric Gagné, qui ajoute que les nombreux cocktails de précipitations des dernières semaines ont passablement compliqué la donne. 
Copropriétaire de Techni-Snow, une entreprise en affaires depuis une quinzaine d'années, Julie Charbonneau abonde dans le même sens.
« L'an passé, la première neige était tombée à la fin décembre, alors que là, même l'automne a été occupé. Nous sommes déjà à trois sorties près de notre nombre total de sorties de l'an dernier. C'est du non stop, ç'a eu un impact marqué sur le volume de clientèle », dit-elle au bout du fil. 
Prévisions météo
Du même coup, Mme Charbonneau pointe du doigt avec un brin d'ironie la faible fiabilité des prévisions météo cet hiver.
« Ça n'a jamais été super précis, mais cette année, c'est épouvantable. Les météorologues sont plus que jamais à côté de la track. Au bureau, c'est devenu un running gag, quand on annonce trois centimètres, on sait qu'il en tombera dix, alors que quand on nous en prévoit 25 ou 30, on se dit qu'on ne sortira peut-être même pas », lance-t-elle en riant. 
Selon Environnement Canada, il est tombé 147 cm de neige à Ottawa depuis le début de la saison. En comparaison, à la même période l'an dernier, seulement 37 cm s'étaient accumulés dans la région, soit quatre fois moins. C'est donc dire aussi que l'on approche de la quantité totale de neige reçue en 2015-2016 (169 cm). 
Au même titre que les citoyens, les opérateurs de véhicules de déneigement privé doivent respecter des règles strictes lorsqu'ils sont à l'oeuvre, notamment en ce qui concerne le dépôt de la neige dans l'emprise publique, lequel est strictement interdit.
À Gatineau, par exemple, à la suite de la modification du règlement à ce sujet lors de l'adoption du plus récent budget municipal, l'amende pour une telle infraction s'élève dorénavant à 271 $, alors qu'elle se chiffrait auparavant à 149 $. Du côté d'Ottawa, le constat d'infraction pour un tel geste s'élève à 615 $.
En date de jeudi, la patrouille-neige de Gatineau avait effectué 170 interventions reliées au dépôt de la neige dans l'emprise publique, incluant la remise de 126 notes de rappel et 44 avis d'infraction.