Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
C’est mercredi après-midi que les stations de ski du Québec sauront si elles devront cesser leurs opérations comme au printemps dernier avec un potentiel reconfinement total imposé au cours des prochains jours.
C’est mercredi après-midi que les stations de ski du Québec sauront si elles devront cesser leurs opérations comme au printemps dernier avec un potentiel reconfinement total imposé au cours des prochains jours.

Saison difficile pour les stations de ski en Outaouais

Charles-Antoine Gagnon
Charles-Antoine Gagnon
Le Droit
Article réservé aux abonnés
C’est mercredi après-midi que les stations de ski du Québec sauront si elles devront cesser leurs opérations comme au printemps dernier avec un potentiel reconfinement total imposé au cours des prochains jours. La nouvelle pourrait causer encore plus de torts à une saison déjà difficile sur les pentes en Outaouais en raison du manque de neige.

«On n’a pas grand choix. On va suivre ce qu’on nous ordonne de faire, en espérant que le nombre de cas va diminuer avec cette fermeture de quatre semaines, possiblement», a indiqué Dan Temble de la station de ski Vorlage, à La Pêche, qui dit néanmoins souhaiter que les stations de ski restent ouvertes.

À l’Association des stations de ski du Québec (ASSQ), on n’ose pas s’avancer sur le sujet puisqu’aucune décision n’est encore tombée.

Des stations de ski en Outaouais ne l’ont pas eu facile durant la période des Fêtes, devant composer avec les caprices de Dame Nature et les restrictions sur le nombre de skieurs en raison de la pandémie de COVID-19.

Au Camp Fortune, à Chelsea, on opère avec 50 % des pentes ouvertes alors qu’en temps normal à ce temps-ci de l’année le domaine skiable est de 75 %.

«La température a été assez difficile en novembre, en décembre et au début janvier pour la fabrication de neige. Normalement, on a besoin de soirée d’au moins -10 et plus bas pour la fabrication de neige. Aussi, il n’y a pas beaucoup de neige naturelle. C’est un début de saison assez difficile», a expliqué Erin Boucher, directrice adjointe au Camp Fortune.

Les règles de distanciation physique entre les clients réduisent aussi la capacité d’accueil dans les remonte-pentes, notamment. Le nombre de billets journaliers et de soirées en vente est donc limité afin de donner préséance aux abonnés.

Le skieurs de l'Outaouais devront peut-être mettre leur sport de glisse préféré de côté plus tôt que prévu cette saison en raison de l'annonce imminente d'un reconfinement par le gouvernement Legault.

L’achalandage de cette année au Camp Fortune est moins de 50 % par rapport à l’année dernière.

«Avec toutes les règles de santé publique, les télésièges sont maintenant en opération à 50 % de capacité. Les personnes d’un même ménage peuvent aller sur une chaise, sinon deux personnes doivent s’asseoir aux extrémités pour une chaise quadruple», a expliqué Mme Boucher.

Les écoles de ski ont aussi écopé alors que seuls les cours privés pour une personne à la fois sont offerts.

M. Temble dit souhaiter, si Québec ordonne aux centres de ski de fermer, que les employés puissent toutefois se rendre au travail afin de fabriquer de la neige artificielle pour être prêts à accueillir à nouveau les adeptes de la descente pour le reste de la saison.

«Si on ne fait pas de neige, il faudra se fier sur la neige naturelle. En aura-t-on cette année ? On ne le sait pas. La longue de la saison dépend toujours de la quantité de neige qu’on est capable de mettre sur les pistes», a-t-il expliqué.

Le site web de l’ASSQ indiquait mardi que 5 pistes sur les 18 qu’offre Ski Vorlage étaient ouvertes en journée tandis que cinq pistes sur 20 étaient accessibles à la station Mont Cascades.