À l'exception d'un léger recul en 2015, le nombre de dindons sauvages abattus dans la province est en constante hausse depuis l'introduction de cette chasse en 2008.

Saison de chasse record en Outaouais

La chasse au dindon sauvage a battu de nouveaux records au Québec, particulièrement en Outaouais qui serait la meilleure région en Amérique du Nord pour chasser cet oiseau.
Oui, la meilleure. C'est le biologiste responsable de la grande faune en Outaouais pour le ministère de la Forêt, de la Faune et des Parcs, André Dumont, lui-même un chasseur de dindon sauvage, qui le dit.
« À l'échelle nord-américaine, c'est là où la chasse est la meilleure, dit M. Dumont. Le milieu n'est pas saturé de chasseurs. C'est environ un chasseur sur trois qui abat un dindon. »
La région est grande, le nombre de chasseurs relativement bas, mais surtout, l'Outaouais est un terreau fertile pour cette volaille.
À la grandeur du Québec, la récolte s'est élevée à 7565 bêtes cette année, soit 1683 de plus qu'en 2016, une hausse de 29%. En Outaouais, presque 200 dindons sauvages de plus ont été abattus cette année qu'en 2016 pour atteindre un total de 1255.
L'animal qui a été pratiquement exterminé au moment de la colonisation est devenu une cible prisée au cours des dernières années après que des efforts de repopulation au Canada et aux États-Unis aient porté fruit. Depuis 2008, la chasse au dindon sauvage continue de croître en popularité.
« C'est une chasse très excitante, parce que les mâles en période de reproduction, même s'ils sont méfiants et intelligents, ils ne peuvent pas s'empêcher de répondre à l'appel de femelles. C'est une chasse très active », explique André Dumont.
Au Québec, seuls les mâles peuvent être abattus, de façon à ne pas nuire à la reproduction de l'espèce. 
À l'exception d'un léger recul en 2015, le nombre de dindons sauvages abattus dans la province est en constante hausse depuis l'introduction de cette chasse en 2008.