Le directeur régional pour l’Outaouais de l’Association des véhicules électriques du Québec Réjean Pleau et sa Hyundai Kona EV.

Rouler vert grâce aux véhicules électriques

Réjean Pleau est un passionné de véhicules électriques. Cet électromobiliste nouvellement propriétaire d’une Hyundai Kona EV se donne comme mission de convertir les gens aux véhicules électriques, même les purs et durs du moteur à essence.

« C’est le présent, c’est l’avenir », a résumé M. Pleau, qui participait dimanche à une journée de démonstration de véhicules électriques dans le stationnement du IKEA à Ottawa.

Les véhicules électriques n’émettent pas de gaz à effet de serre, se plaît-il à dire. Un modèle comme le sien procure une accélération instantanée, prend-il aussi soin de souligner.

« Ça roule bien, c’est doux, c’est tranquille. Ça ne coûte pas cher, environ cent, deux cents dollars en électricité par année pour un conducteur moyen. Il n’y a pratiquement plus d’entretien et il n’y a pas de changements d’huile à faire », a raconté M. Pleau, qui est le directeur régional pour l’Outaouais de l’Association des véhicules électriques du Québec.

M. Pleau et ses enfants sont tous propriétaires d’un véhicule électrique. Le patriarche a acheté son premier véhicule électrique, une Nissan Leaf 2016, il y a environ deux ans et demi.

Pour les sceptiques qui croient qu’un tel véhicule n’est pas fait pour transporter ou tirer de grosses charges, l’électromobiliste fait immédiatement référence au pick-up de la compagnie Rivian qui a une autonomie d’environ 800 km et qui peut tirer jusqu’à 35 000 livres, ainsi qu’à Ford et à Tesla qui ont des camions électriques dans leurs cartons.

Le monde est en train de changer, a lancé M. Pleau lors de l’événement qui était présenté par l’organisation environnementale EnviroCentre, basée à Ottawa.

« Je ne vois pas pourquoi quelqu’un n’achèterait pas un véhicule électrique aujourd’hui. Il faut que les mentalités changent. Il faut que les gens découvrent ça. Le plus gros défi pour nous est de faire prendre conscience aux gens que rouler électrique est bon pour eux, bon pour la planète », a indiqué M. Pleau, qui possède sur son téléphone cellulaire l’application PlugShare qui permet de voir où sont situées les bornes de recharge dans une région donnée.

Bien que différents gouvernements offrent des rabais à l’achat, les véhicules électriques neufs ne sont pas à la portée de toutes les bourses.

Moins de 100 000 voitures électriques étaient sur les routes canadiennes à la fin de 2018, selon des données compilées par FleetCarma. On est donc bien loin d’un vieil objectif de 2009 du fédéral d’avoir au moins un demi-million de voitures électriques sur les routes canadiennes à la fin de 2018.

Avec La Presse canadienne