Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le président de la Coopérative multiservices francophone de l'Ouest d'Ottawa (CMFO) et de la Maison de la francophonie d'Ottawa, Ronald Bisson
Le président de la Coopérative multiservices francophone de l'Ouest d'Ottawa (CMFO) et de la Maison de la francophonie d'Ottawa, Ronald Bisson

Ronald Bisson reçoit le Prix Bernard Grandmaître

Julien Coderre
Julien Coderre
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Le président de la Coopérative multiservices francophone de l'Ouest d'Ottawa (CMFO) et de la Maison de la francophonie d'Ottawa, Ronald Bisson, a reçu l'honneur du Prix Bernard Grandmaître, jeudi soir. 

M. Bisson a mérité ce prix remis par l’Association des communautés francophones d’Ottawa (ACFO) pour son engagement social et son leadership dans le développement et la promotion de la communauté francophone d'Ottawa. 

«Je dis souvent que notre communauté est debout sur les épaules de géants et de géantes de la francophonie, a-t-il réagi. Parmi les plus grands et les plus grandes, on retrouve des milliers de bénévoles qui travaillent dans l'ombre et qui se donnent sans compter leurs heures pour construire une vie meilleure pour les autres. J'accepte humblement ce prix au nom des centaines de bénévoles avec qui j'ai eu l'occasion de travailler au cours des dernières années. Ce sont ces gens qui nous permettent de construire une communauté accueillante, bienveillante, une communauté qui a le cœur à la bonne place et qui inspire fierté et dévouement.» 

Franco-manitobain de naissance, mais franco-ontarien de cœur, Ronald Bisson agit comme bénévole dans plusieurs organismes de la région de la capitale fédérale, dont la paroisse Saint-Rémi, Centraide Ottawa et le Partenariat local pour l'immigration d'Ottawa. Il habite d'ailleurs Ottawa depuis le début des années 1980. 

Cette année, la 21e édition du Gala des Prix Bernard Grandmaître s'est tenue en mode virtuel en raison du contexte pandémique et a honoré huit autres lauréats. 

«Il était important pour la communauté franco-ottavienne de saluer la contribution d’individus et organismes franco-ottaviens qui n’ont ménagé aucun effort pour se soutenir, trouver des solutions aux changements qu’a impliqué la pandémie, et continuer à offrir des services en français au cours de la dernière année», indique l'ACFO.

Dans la catégorie «Intervenant(e) en santé de l'année», l'honneur a été décerné à la médecin-chef de Santé publique Ottawa (SPO), Dre Vera Etches. Dre Etches œuvre dans les rangs de SPO depuis maintenant près de 10 ans et fait la promotion de l'importance d'offrir des services de qualité dans les deux langues officielles auprès de ses collègues depuis. Son souci d'inclusion et d'équité en matière de services de santé s'est notamment traduit dans la gestion de la pandémie de COVID-19 par SPO. 

La médecin-chef de Santé publique Ottawa, Dre Vera Etches

«Quel honneur de recevoir ce prix, a-t-elle lancé. L'année qui vient de passer était sans aucun doute l'une des plus difficiles à naviguer. Ce prix, je le dois à mon équipe qui continue de se dépasser sans cesse, aux médias francophones avec qui on a développé une belle complicité et à tous nos partenaires francophones et francophiles qui nous ont épaulés durant cette période exceptionnelle.» 

Le laurier de l'allié(e) de la francophonie de l'année a de son côté été remis à la directrice générale de Canadian Parents for French, Nicole Thibault. Du conseil scolaire d'Ottawa-Carleton, à l'Université d'Ottawa, en passant par la conception de ressources pour le Groupe Média TFO, Mme Thibault a mis à profit sa carrière d'enseignante au service d'un Canada bilingue. Elle croit au bilinguisme et considère que «chaque enfant au Canada devrait avoir ce droit». 

Pour sa part, le prix Claudette Boyer - Citoyen(ne) de l'année a été décerné au défunt directeur général du Muséoparc Vanier, Jean Malavoy. M. Malavoy a été le tout premier directeur général de l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario en 2006. 

Le défunt directeur général du Muséoparc Vanier, Jean Malavoy

Au cours de sa carrière, il a également été directeur général de la Conférence canadienne des arts, de La Nouvelle Scène d'Ottawa et de l'Association des auteurs(es) de l'Ontario français, en plus de passer 12 années au Conseil des arts de l'Ontario. La communauté francophone se souvient également de Jean Malavoy comme étant l'un des créateurs de l'événement artistique Contact Ontarois. 

De son côté, Layla Saligane s'est vue remettre le prix de nouvel(le) arrivant(e) de l'année. Originaire du Maroc, Mme Saligane est arrivée au Canada il y a quatre ans, avec son mari. Elle est actuellement chargée de projets et enseignante au Collège La Cité. Mme Saligane a également guidé de nombreux arrivants vers des informations sur des activités culturelles gratuites et des opportunités de réseautage à travers son blogue personnel et ses réseaux sociaux. 

Le laurier d'intervenant(e) en éducation de l'année a quant à lui été remis à Maëlle Bourdeau, qui œuvre en tant que conseillère pédagogique pour le Bureau de l'éducation internationale du Conseil des écoles publiques de l'Est de l'Ontario (CEPEO). Cette dernière est d'avis que l'éducation va au-delà de la salle de classe et se donne comme mandat de faire découvrir la diversité de la francophonie mondiale aux élèves et aux enseignants. 

Dans les catégories jeunesse, Rayn Loyer a remporté le prix de jeunesse de l'année alors que Mathieu Tovar-Poitras s'est vu remettre le laurier de jeune leader de l'année. 

Rayn Loyer est un entrepreneur et philanthrope âgé de 12 ans. Son entreprise fondée en 2018, Rayn Bands, vise notamment à aider des gens ayant des allergies ou des conditions médicales. Il remet 10% de ses profits mensuels à un but non lucratif. Pour sa part, M. Tovar-Poitras occupe actuellement les fonctions de directeur général de La Rotonde. Titulaire d'une licence en droit civil et d'un baccalauréat en développement international et mondialisation, le jeune homme originaire de Vanier s'implique également au entre de droit public de l'Université d'Ottawa, ainsi qu'à l'Assemblée de la francophonie de l'Ontario. 

En terminant, c'est au Centre d'appui et de prévention Le Cap qu'est revenu le laurier d'organisme de l'année. Constitué d'une équipe multidisciplinaire, diversifiée et multiculturelle, Le Cap offre un accès facilité à une continuité de services en santé mentale, en dépendance, en troubles concomitants et en tout autres services thérapeutiques aux personnes et familles francophones de l'Ontario. 

Événement phare de la francophonie ottavienne, le Gala des prix Bernard Grandmaître est organisé annuellement par l'ACFO.