La municipalité de Ripon souhaite faire l'acquisition du bâtiment abritant le marché public, une transaction qui permettrait d'assurer la pérennité de la Coopérative de solidarité Place du marché de la Petite-Nation (CSPMPN), espère le conseil municipal.

Ripon souhaite emprunter 230 000$

La municipalité de Ripon souhaite faire l'acquisition du bâtiment abritant le marché public, une transaction qui permettrait d'assurer la pérennité de la Coopérative de solidarité Place du marché de la Petite-Nation (CSPMPN), espère le conseil municipal.
Les élus ont déjà présenté le projet à la population lors d'une consultation publique tenue le 16 mai dernier.
Selon les détails du dossier, Ripon compte procéder à un règlement d'emprunt de 230 000 $ afin d'acheter l'immeuble de la route 317 dont l'évaluation est fixée à un peu plus de 543 000 $. L'adoption de ce règlement d'emprunt sera faite le 5 juin durant la séance du conseil.  
La CSPMPN est propriétaire de l'immeuble du marché public depuis sa construction et son ouverture en 2011. Le fardeau de la dette contractée par l'organisme est toutefois devenu lourd à porter avec le temps. La coopérative doit rembourser son prêt à même un taux d'intérêt de plus de 8 %.
Le maire de Ripon, Luc Desjardins, soutient que l'objectif est d'éviter que l'édifice tombe éventuellement entre les mains du secteur privé et que la vocation de celui-ci soit modifiée.
« La coopérative n'est pas en mesure de consolider sa dette. On ne voudrait pas perdre ce pôle de développement. On veut conserver ce marché qui est au coeur de la MRC de Papineau et qui sert à créer de la vie sociale, culturelle et économique pour notre municipalité », affirme-t-il.
Ce dernier assure qu'aucune hausse de taxes ne découlerait de cet achat puisque les loyers de l'Alliance alimentaire de Papineau et de la Caisse Desjardins de la Petite-Nation, tous deux locataires de lieux, serviraient à rembourser le coût d'achat qui se chiffre à la valeur de la dette de la coopérative.
Si la transaction est approuvée, un protocole d'entente devra être signé entre la coopérative et la municipalité. Dans le cadre de ce contrat, Ripon devra assurer l'entretien de l'immeuble et rendre celui-ci disponible gratuitement à la CSPMPN. En retour, cette dernière devra notamment continuer d'exploiter le marché public et devra augmenter graduellement les heures de services de celui-ci à raison de trois jours par semaine d'ici cinq ans.
À la CSPMPN, on se réjouit de ce projet. L'option proposée par l'administration riponaise a été présentée aux membres et entérinée par ceux-ci lors de l'assemblée générale de la coopérative tenue il y a deux semaines. En devenant uniquement locataire de la bâtisse, l'organisme projette d'économiser environ 10 000 $ par année, ce qui devrait permettre l'embauche éventuelle d'un coordonnateur pour assurer le lien entre les différentes activités. 
Une ouverture de registre sur l'emprunt prévue par la municipalité de Ripon aura lieu le 12 juin et un référendum pourrait par la suite être tenu si au moins 151 personnes apposent leur signature au bas du document.