La démolition projetée du terrain de balle molle du parc des Cèdres, à Aylmer, inquiète vivement ses nombreux utilisateurs, mais il n’y a pas péril en la demeure, assure la conseillère du quartier, Audrey Bureau.

Rien n’est joué pour le terrain de balle molle du parc des Cèdres

La démolition projetée du terrain de balle molle du parc des Cèdres, à Aylmer, inquiète vivement ses nombreux utilisateurs, mais il n’y a pas péril en la demeure, assure la conseillère du quartier, Audrey Bureau.

La proposition de la Ville de Gatineau de reboiser le terrain de baseball situé à proximité de la marina d’Aylmer a provoqué, plus tôt cette semaine, une véritable levée de boucliers sur les réseaux sociaux. Une « ébauche » présentée par l’administration concernant le réaménagement futur du parc des Cèdres et qui doit être soumise à une consultation publique, le 18 avril prochain, est à l’origine du branle-bas de combat dans Aylmer. 

« Il y a trois ligues comprenant plus de 500 joueurs qui utilisent ce terrain à raison de six jours sur sept en période estivale, note Mme Bureau. Mes deux collègues du secteur Aylmer et moi même sommes tous d’accord. Ce terrain doit être conservé. »

Mme Bureau précise que l’actuelle proposition de la Ville n’est toutefois qu’une ébauche et que les plans sont appelés à changer en fonction des commentaires qui viendront de la population. Elle ajoute aussi que le réaménagement du parc des Cèdres n’est pas pour demain. 

« Des travaux sont prévus en 2018 et 2019 pour refaire le pavillon et le restaurant du parc, mais la deuxième phase du vaste projet de réaménagement n’est prévue que dans plusieurs années. Il n’y a aucun budget de réservé pour ça et le projet n’est même pas encore inscrit au plan triennal d’immobilisation. Nous ne sommes qu’à l’étape des discussions. Les citoyens ont encore la possibilité de demander des changements à ce plan. Il doit être officiellement présenté au conseil en juin prochain, mais il n’y a pas de date prévue pour son adoption. »

Mme Bureau souligne toutefois que si les citoyens arrivent à convaincre la Ville et son conseil de conserver le parc de balle molle, une réflexion devra s’amorcer sur son entretien. « Il n’y aura pas d’investissement si on décide de le retirer, mais dans la mesure où le terrain serait conservé, il faudra voir à répondre aux besoins liés à son entretien et prévoir du financement en conséquence », dit-elle.