Richard «le gros» Proulx est décédé

Le «Gros Proulx» n'est plus. Richard Proulx, qui a fait la pluie et le beau temps sur les ondes radiophoniques locales pendant une vingtaine d'années, s'est éteint dans la nuit de mardi à mercredi, à l'âge de 70 ans.
Plusieurs se rappelleront le thème de son émission matinale à CJRC 1150: «Bonjour! Tout le monde se lève! Tout le monde debout, voici le gros Proulx!»
À la fin des années 1960, cet ancien crooner a d'abord oeuvré comme vendeur pour CJRC (l'ancêtre du FM 104,7), dont les studios se trouvaient à l'époque à Ottawa. Le hasard des choses a fait en sorte qu'il a été appelé à remplacer à l'animation, une opportunité qui lui a finalement permis de faire carrière derrière le micro.
Au début des années 1970, il a quitté la région pour aller animer à Sherbrooke, Montréal et Trois-Rivières. Richard Proulx est revenu dans sa région natale, cette fois-ci derrière le micro de CKCH, de 1979 à 1983. Après un bref passage dans une station de Lévis, il est de retour en 1984 sur les ondes de CJRC, où il travaillera jusqu'en 1998.
Daniel Séguin, qui a succédé à Richard Proulx dans la case horaire matinale à CJRC, le connaissait depuis un bon moment déjà.
«Pour moi, il était beaucoup plus qu'un gars de radio, parce qu'on a grandi sur la même rue, souligne M. Séguin. [...] Il a été un des rares animateurs à venir de la région, parce qu'à cette époque-là [...], c'était impensable.»
Ses sketches, ses voix et ses «one-liners à l'américaine» faisaient le bonheur des auditeurs, se rappelle Daniel Séguin. «Et il a été dans les premiers à faire parler les gens en ondes», souligne l'ancien morningman.
Richard Labelle, qui assure toujours la mise en ondes d'émissions au FM 104,7, se rappelle bien des premières années au cours desquelles il a côtoyé Richard Proulx à CJRC. «C'était spécial pour moi, en arrivant ici, de travailler avec les animateurs que j'écoutais dans ma jeunesse, souligne M. Labelle. Richard a été un modèle, un gars qui a marqué la radio.»
La voix de Richard Proulx est également bien connue des amateurs des Sénateurs, puisqu'il a été leur annonceur maison dès leur retour, en 1992, jusqu'en 2003. Les amateurs de courses de chevaux ont aussi pu profiter de ses talents, tant du côté de l'hippodrome Rideau-Carleton que de celui d'Aylmer.
Richard Proulx luttait dernièrement contre un cancer et devait subir des traitements de dialyse. Il laisse notamment dans le deuil sa femme Diane et leur fils Steve.