Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Josianne Roy est convaincue d’avoir contracté le coronavirus à son ancien lieu de travail, à Gatineau, en raison d’une personne «qui ne croyait pas au virus, qui ne se tenait pas à deux mètres, qui ne portait pas de masque et qui ne mettait pas en place les mesures sanitaires».
Josianne Roy est convaincue d’avoir contracté le coronavirus à son ancien lieu de travail, à Gatineau, en raison d’une personne «qui ne croyait pas au virus, qui ne se tenait pas à deux mètres, qui ne portait pas de masque et qui ne mettait pas en place les mesures sanitaires».

TOP 10: retour sur les articles les plus populaires de 2020

Le Droit
Article réservé aux abonnés
En cette fin d’année difficile, marquée notamment par la pandémie de la COVID-19, l’équipe du Droit vous propose un survol des articles les plus lus en 2020.

Infectée par une personne qui ne croyait pas au coronavirus?

En septembre dernier, une mère de famille de Ripon a lancé une sérieuse mise en garde après que ses enfants, son conjoint ainsi que ses parents, aient tous contracté la COVID-19. D’autant plus que Josiane Roy, 42 ans, est persuadée d’avoir été infectée par un ancien collègue qui ne croit pas à l’existence du nouveau coronavirus et qui ignore les consignes de la santé publique. «À tous ceux qui pensent que ce n’est pas vrai, à tous ceux qui pensent que le virus est un complot, à tous ceux qui pensent que le masque ne sert à rien, à tous les complotistes et conspirationnistes qui manifestent contre les mesures sécuritaires et qui se foutent des avertissements du gouvernement. À tous ceux qui croient qu’on se fait mentir en pleine face par nos dirigeants... Bien, laissez-moi vous dire que vous êtes DANGEREUX ET DANS L’CHAMPS pas à peu près!!!!», lançait avec aplomb la Riponaise.


Jean Marie Leduc n’a pas d’ordinateur... et il n’en veut pas. Il tient à recevoir ses factures par la poste.

Le droit de résister

Un texte de notre chroniqueur Patrick Duquette en novembre dernier a mis en lumière le combat de Jean-Marie Leduc, un retraité de 84 ans qui ne possède ni adresse courriel ni ordinateur. Assumant son obsolescence technologique, cet ancien fonctionnaire préfère, comme bien d’autres, recevoir ses comptes et factures par la poste. Le hic, c’est que dorénavant, ses renseignements concernant son régime de pension seront disponibles à l’avenir que par courriel, selon une lettre du secrétariat du Conseil du Trésor. M. Leduc a donc fait des pieds et des mains pour tenter de remédier à la situation.

Le corps d’un homme a été découvert dans une maison du chemin de la Moisson.

Meurtre au sabre japonais à Val-des-Monts

Une lugubre histoire de meurtre au sabre japonais est venue secouer la petite communauté de Val-des-Monts, le soir du 15 novembre dernier. Vers 23 h, la police reçoit un appel concernant un homme atteint mortellement à l’arme blanche dans une résidence du chemin de la Moisson. La victime, Guy Giroux, un ancien policier de 63 ans aurait subi plusieurs blessures, dont une fatale à la tête. Son fils et présumé tueur, Marc-André Giroux, est rapidement arrêté dans cette sordide histoire. Une querelle entourant des loyers impayés serait au cœur de l’affaire.

La conseillère gatinoise, Nathalie Lemieux, refuse de reconnaître que la Terre est ronde.

La conseillère Nathalie Lemieux refuse d’admettre que la Terre est ronde

L’histoire avait fait le tour du pays le 3 mars dernier: treize mois après avoir affirmé dans un billet sur son compte Facebook que la Terre était plate, la conseillère Nathalie Lemieux refuse toujours de reconnaître la rotondité de notre planète. Effectivement, en entrevue à TVA Nouvelles, la Gatinoise avait évité à deux reprises de préciser sa pensée sur ce fait scientifique pourtant réglé depuis plusieurs centaines d’années. «Ce que moi je crois, ça m’appartient à moi. Les gens doivent commencer à se poser des vraies questions et à penser par eux-mêmes», avait-elle notamment lancé.

Gino Odjick doit affronter la même maladie qu'il avait combattue il y a six ans.

Gino Odjick lutte à nouveau pour sa vie

De la réserve de Kitigan Zibi, près de Maniwaki, jusqu’à la Ligue nationale de hockey, Gino Odjick n’a jamais reculé devant un combat. En octobre dernier, l’ex-dur à cuire annonce qu’il souffre à nouveau d’une amylose cardiaque. Six ans plus tôt, en 2014, il avait suivi un traitement expérimental à l’Hôpital d’Ottawa qui l’avait sauvé de cette maladie rare qui épaissit les parois du cœur. Or, dans une entrevue exclusive au Droit, celui qui a disputé 605 matches dans le circuit Bettman affirme aujourd’hui garder le moral face à cet adversaire invisible. «Ils [ses médecins] l’ont trouvé de bonne heure, ça fait que je suis bien confiant d’être capable de m’en débarrasser. Je suis trop jeune pour mourir!» confiait l’ex-hockeyeur à notre journaliste.

L'homme d'affaires gatinois Olivier Benloulou

Fortune et discipline au menu 

Même s’il ne s’agit pas d’un texte publié cette année, le parcours atypique de l’entrepreneur gatinois Olivier Benloulou avait attiré beaucoup d’attention en décembre 2018. Surtout connu pour son succès avec OB Prestige Auto à Gatineau, le mordu de voitures de collection s’est entretenu en exclusivité avec Le Droit. En plus d’être copropriétaire de la franchise Gym-Max située sur le boulevard Gréber, peu de gens savent que l’homme d’affaires est également le fondateur d’Ideal Protein, une entreprise dont le chiffre d’affaires oscille autour des 200 millions $ annuellement. Aujourd’hui, Olivier Benloulou consacre à fond sa fortune à sa passion pour l’automobile, sa collection étant estimée à 40 millions de dollars. «Ma récompense pour avoir travaillé 100 heures par semaine pendant 30 ans.» 

Si le projet obtient l’aval de la population locale, la construction de la tour pourrait débuter à la fin 2021 pour une ouverture en 2023, pourvu que la réglementation soit ajustée.

Une tour à condos de 54 étages en pleine forêt à Namur?

L’annonce d’un projet de tour à condos dans la petite municipalité de Namur, dans la Petite Nation en avait surpris plus d’un le 19 novembre dernier. Effectivement, les images-concept de ce domaine futuriste semblent tout droit sorties d’un film. Le rêve imaginé par le promoteur immobilier Karim Zaghbani Cloutier comprend une «tour résidentielle haut de gamme» de 54 étages dotée d’un complexe hôtelier en plein coeur de la forêt. Estime à 300 millions $, le projet permettrait la création d’au moins 200 emplois permanents dans une ville d’à peine 570 habitants. En entrevue avec Le Droit, le Montréalais explique en détail la naissance et sa vision du projet au fort caractère écologique.

L’ancienne Olympienne Valérie Marcoux habite maintenant à Columbus où elle transmet sa passion du patinage artistique à une nouvelle génération.

Valérie Marcoux: de Gatineau à Columbus

Depuis 2007, la triple championne canadienne de patinage artistique en paire Valérie Marcoux habite à Colombus, aux États-Unis. Dans un entretien avec Le Droit, la native d’Ottawa revient sur les faits saillants de sa brillante carrière et se confie sur sa vie de tous les jours depuis sa retraite de la compétition. Aujourd’hui, cette mère de deux jeunes enfants enseigne notamment le patinage artistique dans la capitale de l’Ohio, et ce, depuis une douzaine d’années. « Je suis rendue vieille ! Je ne m’ennuie pas du tout de tout ça. Je te dirais qu’il y a juste l’adrénaline et l’énergie de patiner devant les gens qui me manquent. Je n’ai rien trouvé encore qui me procure la même chose », confie-t-elle.

COVID-19 : une partie de l'Outaouais plonge en zone rouge

Moment incontournable dans l’évolution de l’épidémie de COVID-19 en Outaouais, l’annonce du gouvernement Legault le 10 octobre dernier avait eu l’effet d’une bombe dans la région. Effectivement, on apprenait que la ville de Gatineau et la MRC des Collines-de-l’Outaouais allaient être plongées dans le rouge afin de lutter contre la COVID-19. Un scénario catastrophique pour de nombreux commerçants déjà rudement éprouvés par les mesures de restrictions déjà en vigueur, mais aussi pour la population qui espérait passer un Noël un peu plus traditionnel.

Décrit comme l’une des plus belles maisons de ce qui était encore appelé le chemin d’Aylmer à l’époque, la maison John-Hamilton, au 771 boulevard Alexandre-Taché, est aujourd’hui complètement laissée à l’abandon par son nouveau propriétaire.

Une somptueuse maison patrimoniale à l’abandon à Hull

Le 22 juin dernier, la Société d’histoire de l’Outaouais (SHO) sonnait l’alarme en enjoignant la Ville de Gatineau à lui accorder une citation patrimoniale afin de protéger la maison John-Hamilton, une somptueuse demeure aujourd’hui abandonné par son nouveau propriétaire. Selon le président de la SHO, Michel Prévost, «quand un propriétaire laisse volontairement dépérir son bâtiment, c’est parce qu’il veut pouvoir le faire démolir. Je ne dis pas que c’est ce qu’il veut faire, mais c’est du déjà vu ». Un an plus tôt, M. Prévost avait prévenu la Ville de la situation. À la fin des années 1930, Robert Gordon Stewart, riche financier d’Ottawa, avait fait construire cette somptueuse maison située au 771, boulevard Alexandre-Taché, pour sa fille et son gendre. L’ancien archiviste régional des Archives du Québec, Pierre Louis Lapointe, a décrit le bâtiment d’«exceptionnel par son toit en groupe, ses lucarnes ainsi que son ornementation néo-renaissance».