Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.

Bilan des faits divers de 2020

L'équipe de la rédaction
Le Droit
Article réservé aux abonnés
RETOUR SUR 2020 / Qu’ils soient inusités ou sordides, les faits divers réussissent toujours à se hisser parmi les articles les plus lus. La dernière année ne fait pas exception. Revoici certaines de ces histoires qui ont marqué l’actualité judiciaire de 2020. 

Val-des-Monts

La municipalité de Val-des-Monts a été secouée par deux folies meurtrières en 2020. Un meurtre est toujours de trop. Mais deux drames dans la même année pour une municipalité d’un peu plus de 10 000 âmes, c’est exceptionnel. Le 2 février, Céline Labelle et Pierre Dupuis étaient abattus par balles dans leur logement du 23, rue Mercier. Les deux locataires auraient été pris pour cible par le propriétaire des lieux, Yvon Mercier. Le suspect aurait lui-même appelé le 9-1-1 après avoir commis le pire et allumé un incendie dans sa propriété. M. Mercier est un policier retraité de la Gendarmerie royale du Canada (GRC). Les procédures judiciaires se poursuivront en 2021.

Le 15 novembre, un drame macabre a frappé une autre famille de la même municipalité. Un autre policier retraité, Guy Giroux, a été tué par son fils, Marc-André. Selon nos informations, le meurtre a été commis à l’aide d’un sabre japonais. Guy Giroux a travaillé pendant de nombreuses années au Service de police d’Ottawa. Le suspect est par ailleurs le frère d’un autre homme connu des services policiers, Michel Giroux, aujourd’hui détenu pour une série de graves agressions sexuelles commises sur de jeunes femmes. Louis-Denis Ébacher

+

Allo? Police!

Au chapitre des faits divers ayant surpris la salle de la rédaction du Droit, on se souvient de cette histoire du Gatinois qui se déguisait en policier pour effectuer des saisies chez différents trafiquants de drogue. Vêtu à s’y méprendre en un membre d’escouade tactique, le suspect Daniel Germain Champagne s’est présenté comme étant le «sergent Cassey» lorsqu’il a cogné chez un trafiquant. Il s’est entretenu avec la conjointe de ce dernier en indiquant qu’il avait un mandat et qu’il procédait à une saisie.

Avec deux complices, que personne n’a encore identifiés, il s’est introduit dans d’autres caches de drogues laissées sans surveillance pour effectuer des «saisies». Son important butin a été retrouvé par les vrais policiers de Gatineau et de la Sûreté du Québec dans sa résidence du secteur Buckingham, à la fin du mois d’octobre. Le modus operandi est pour le moins osé et original. Louis-Denis Ébacher

+

Des vaches au large à Russell

Un petit troupeau de vaches a réussi à s’échapper de leur enclos au mois d’août dernier pour une cavale de quelques heures. Les sept bovines se sont retrouvées à plusieurs kilomètres de leur ferme, dans un quartier résidentiel de la municipalité de Russell. Elles se sont reposées, sous l’oeil avisé des autorités de la Police provinciale de l’Ontario, jusqu’à ce que l’agriculteur vienne les rassembler. Leur périple a fait beaucoup jasé dans la région. Ani-Rose Deschatelets

+

Lourdes pertes à Vanier

Le 27 août, un incendie provoquait la perte de la cabane à sucre de Vanier, à Ottawa. Le symbole de la présence francophone dans la capitale était la proie de flammes possiblement allumées par un individu insouciant. Plus de trois mois après le sinistre, aucun suspect n’a été arrêté, mais la direction du Muséoparc et la Ville d’Ottawa ont rapidement confirmé que le bâtiment serait reconstruit. Cette lourde perte n’est cependant que matérielle. À peine un mois plus tard, la communauté franco-ontarienne a perdu le directeur général du Muséoparc, Jean Malavoy, le 2 octobre 2020. M. Malavoy est décédé à l’âge de 71 ans, entouré de sa famille. Il laisse aussi dans le deuil sa conjointe Carol Mundle, et ses enfants Anouk, Pierre, Erik, Isabelle et André. Louis-Denis Ébacher