Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Des étapes préliminaires sont en cours le long de l'autoroute 50, alors que des travaux de déboisement se sont enclenchés le 29 mars dernier.
Des étapes préliminaires sont en cours le long de l'autoroute 50, alors que des travaux de déboisement se sont enclenchés le 29 mars dernier.

Réseau routier: l'Outaouais obtient 212 M$ et l'A-50 élargie d'ici 2023

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Article réservé aux abonnés
Québec confirme que les tant attendus travaux d’élargissement à quatre voies de l’autoroute 50 sur un tronçon de dix kilomètres entre Gatineau et L’Ange-Gardien seront «très bien enclenchés» en 2022 pour se terminer l’année suivante, au même moment où il annonce que ses investissements des deux prochaines années pour le réseau routier de l’Outaouais atteindront 212 millions $.

Le projet d’élargissement de l’autoroute entre le chemin Findlay, à Gatineau, et un point situé trois kilomètres à l’est du chemin Doherty, à L’Ange-Gardien, devrait se concrétiser au plus tard à l’automne 2023, selon l’échéancier actuel du ministère des Transports du Québec (MTQ). 

Des étapes préliminaires sont en cours sur le terrain alors que des travaux de déboisement se sont enclenchés le 29 mars dernier en bordure de la chaussée, tandis que la conception du projet devrait être complétée prochainement. La facture des travaux, qui n’a pas été détaillée, est supérieure à 50 millions $. 

Le ministre responsable de l’Outaouais, Mathieu Lacombe, a réitéré qu’il s’agissait d’une promesse de son gouvernement. Il maintient que les travaux seront bien avancés et «visibles» lors de la prochaine campagne électorale, à l’automne 2022. 

«C’est un projet qui me tient à cœur. [...] C’est un chantier qu’on attend depuis longtemps. Il y a eu un premier pas, je dirais un pas de géant, avec l’installation de la glissière de sécurité (à l’été 2020 sur un tronçon de sept kilomètres où les voies sont contiguës), mais maintenant ce qu’on vise bien sûr c’est l’élargissement, qui va permettre d’améliorer la sécurité et de répondre aux besoins de la population. [...] Ça va vraiment devenir une vraie autoroute. Les gens nous parlent de ça, et ça va clairement en être une», a-t-il lancé lundi en point de presse virtuel.

Selon lui, alors qu’une «quinzaine d’accidents» ont été recensés depuis l’installation de la glissière flexible à haute tension en juillet dernier, la sécurisation de cette portion d’autoroute en attendant son élargissement s’est avérée une réussite. 

«Je ne veux pas mettre la charrue devant les bœufs, comme on dit, c’est sûr qu’il y aura un compte rendu officiel dressé au cours des prochains mois, cet été, mais je pense que l’évidence c’est de regarder la situation et de dire: d’abord, il n’y a pas eu d’accident mortel. Les gens étaient sceptiques et moi je répétais que je préférais qu’on se fasse critiquer parce qu’on faisait quelque chose que d’être critiqué parce qu’on ne faisait rien comme le précédent gouvernement. On a agi et on a sauvé des vies», s’exclame M. Lacombe, rappelant au passage que «certains médias» affirmaient que cette solution «n’était pas adaptée» et «un peu tout croche». 

Selon lui, «on peut dire mission accomplie et on a livré la marchandise». 

Le MTQ prévoit entamer vers la fin de l’été ou au début de l’automne la première phase des travaux de construction en vue de l’élargissement de cette portion de l’autoroute 50. Il s’agira de travaux de déblais de roc, de réfection de plusieurs ponceaux et de construction du pont enjambant la route 309, à la sortie 174. 

Par ailleurs, c’est en juillet prochain que le ministère débutera l’analyse de performance de la glissière de sécurité afin d’évaluer s’il est pertinent d’en installer ailleurs sur le réseau routier, dont sur d’autres tronçons de l’autoroute 50, précise-t-on. De graves collisions, dont une mortelle à la mi-mars, sont survenues ces derniers mois sur le tronçon situé à Thurso et Lochaber. 

30 millions $ de plus que l’an dernier

Les 212,1 millions $ octroyés par Québec pour des investissements routiers en Outaouais s’avèrent une hausse de quelque 30 millions $ en comparaison avec l’année dernière. 

L'autoroute 50 à la hauteur du boulevard Lorrain

Parmi la cinquantaine de projets retenus aux quatre coins de la région, outre l’élargissement de la 50, on retrouve entre autres l’asphaltage de l’autoroute 50 dans les deux directions entre le boulevard Lorrain et a montée Mineault, à Gatineau; la réfection de la chaussée de la route 366 entre la rue Gosselin et l’autoroute 5 à La Pêche; l’ajout de feux de circulation à deux intersections jugées problématiques (boulevard Lorrain / chemin de Chambord à Gatineau; chemin Denis / route 307 à Cantley); de même que l’asphaltage de la route 148 de la rue Alphé-Patry, à Gatineau, jusqu’à la limite de Lochaber Partie-Ouest.

L'intersection des boulevards Lorrain et Chambord

Au total, près de 87 millions $ seront injectés pour des chaussées en bon état, alors que 84 millions $ le seront pour rendre le réseau «efficace et sécuritaire», notamment pour donner suite à des recommandations du Bureau du coroner à la suite d’accidents (pour les deux intersections où des feux de circulation seront aménagés). Une somme de plus de 40 millions $ a été réservée pour les structures en bon état et un peu plus de 700 000$ sont alloués au maintien en bon état de structures et de ponceaux situés sur des emprises ferroviaires abandonnées. 

«Les besoins dans le réseau sont immenses, c’est une évidence de le dire», soutient M. Lacombe, qui a précisé qu’en ces temps de crise, ces chantiers à venir contribueront à stimuler l’économie et à maintenir des emplois.

Même si on admet qu'il y a des défis, autant la direction régionale du MTQ que le ministre Lacombe croient que même si les entrepreneurs en ont plein les bras depuis quelques mois, ceux qui lèveront la main et déposeront des soumissions lors des appels d'offres proposeront des coûts réalistes et réussiront à réaliser les projets dans les échéanciers demandés.

«Pour l'instant, au niveau des appels d'offres depuis le début de l'année, ça va quand même bien et on est sensiblement autour des prix estimés. Il y a aussi des mécanismes de protection des bonnes finances publiques. Quand ça dépasse un certain taux, on fait une analyse pour vérifier si notre estimation était, disons, à côté. Quand c'est le cas, on peut repartir en appel d'offres dans le pire des cas. Mais pour l'instant , ce qu'on voit ici et dans d'autres régions, c'est quand même sensiblement réaliste pour le coût et la valeur des travaux», affirme le directeur régional du MTQ, François Asselin.

L'an dernier, 49 des 59 projets annoncés par Québec ont été entamés ou réalisés en Outaouais.

De son côté, M. Lacombe rappelle que les enjeux sont infinis au chapitre des transports et que l'on n'a d'autre choix que de tracer une ligne et de prendre un pas de recul.

«Si demain matin on avait quatre fois le budget actuel, on aurait quand même des enjeux, ce n'est jamais parfait. [....] Les besoins sont illimités en matière de transport, mais en même temps les ressources sont limitées. [...] L'important, c'est d'avancer, de regarder la tendance», note-t-il. 

Quelques autres projets de plus d'un million $ sur la liste en Outaouais pour 2021-2023:

  • Réfection de la chaussée de la rue Front, entre la rue Leslie et la route 148 (Campbell's Bay)
  • Réfection d'un ponceau sous les boulevards La Gappe et Maloney (Gatineau)
  • Asphaltage de la route 117, entre Le Domaine et Lac-Rapide (Lac-Pythonga)
  • Reconstruction du pont du Portage, sur la route 321 (Papineauville)
  • Asphaltage de la route 317, entre la montée Labelle et la route 315 (Ripon)
  • Réfection de la chaussée et de ponceaux sur le chemin Baskatong (Grand-Remous)
  • Réfection de la chaussée de la route 148, dans la portion à quatre voies (Pontiac)
  • Reconstruction d'un ponceau sur la route 321, entre les rangs Saint-Joseph Ouest et Saint-Joseph Est (Saint-André-Avellin)