Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
La ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest
La ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest

Report des élections réclamé par Cantley: Laforest ferme la porte

Daniel LeBlanc
Daniel LeBlanc
Le Droit
Article réservé aux abonnés
La ministre des Affaires municipales et de l'Habitation, Andrée Laforest, ferme pour l'instant la porte à un report des élections de novembre 2021 comme le réclame la municipalité de Cantley dans une résolution unanime du conseil. 

Même en temps de pandémie, il y a moyen de mettre en place un processus sécuritaire, plaide-t-elle, précisant que pour le reste, le débat voulant que le scrutin ait toujours lieu au printemps plutôt qu'à l'automne dans le futur est encore à la table des discussions.

«Pour le moment, nous n’entendons pas reporter les élections municipales, puisque qu’un guide sanitaire rigoureux a été rédigé en collaboration avec mon ministère, le DGEQ et la Santé publique. Tout est en place pour que le tout se déroule dans l’ordre et de façon sécuritaire pour tout le monde. C’est certain que la pandémie nous amène à adapter nos façons de faire, notamment dans le cadre des campagnes, mais les candidats des élections partielles municipales qui ont dû innover y sont très bien parvenus. Je salue d’ailleurs leur créativité», note-t-elle.

Un scrutin a eu lieu en octobre dernier pour le poste de maire à Drummondville, par exemple, alors que des élections partielles sont prévues ce dimanche dans trois autres villes, soit L'Ancienne-Lorette, Longueuil et Sorel-Tracy.

Le scrutin n'étant à l'agenda que dans 11 mois, on ajoute qu'il y a «de la lumière au bout du tunnel» en ce qui a trait à la COVID-19 avec la vaccination qui doit s'entamer progressivement dans les semaines à venir.


« Tout est en place pour que le tout se déroule dans l’ordre et de façon sécuritaire pour tout le monde. »
Andrée Laforest, ministre des Affaires municipales et de l'Habitation

À LIRE AUSSI: Cantley veut reporter les élections municipales en 2022

Le cabinet de la ministre Laforest, qui précise avoir pris connaissance de la demande formulée par Cantley jeudi, affirme que le sujet ne vient pas d'apparaître sur le radar pour autant. Avant même la pandémie, on indique avoir rencontré à plusieurs reprises les regroupements municipaux (l'Union des municipalités du Québec et la Fédération québécoise des municipalités) pour discuter de cette question qui en préoccupe plusieurs. 

Québec affirme ne pas être fermé à l'idée mais a certaines réserves, par exemple le fait que depuis quelques années au printemps, des centaines de municipalités sont aux prises avec des inondations sur une base récurrente. 

«Est-ce que c’est le meilleur moment, en situation de crise comme des inondations, de tenir des élections? C’est un pensez-y bien, mais la ministre Laforest demeure à l’écoute», indique son cabinet.

Selon la législation actuelle, les élections générales municipales doivent avoir lieu tous les quatre ans, le premier dimanche de novembre. 

Les budgets municipaux, qui selon certains dont le conseiller municipal de Cantley Louis-Simon Joanisse doivent être adoptés trop rapidement après l'entrée en poste des nouveaux élus, sont adoptés entre le 15 novembre et le 31 décembre chaque année.

Le cabinet de la ministre Laforest précise cependant que même si les échanges concernant un report avaient porté fruit, le changement n'aurait pas été effectif avant 2025. 

Le conseiller aux communications de l'UMQ, Patrick Lemieux, précise que plusieurs villes sont en faveur d'une telle modification pour la tenue des élections municipales mais qu'une résolution adoptée à l'hiver 2019 a permis de décider qu'un statu quo était préférable en 2021 «car «le prochain scrutin provincial aura lieu le 3 octobre 2022 et qu'un report des élections municipales au printemps 2022 occasionnerait des élections provinciales et municipales la même année, tous les quatre ans, à cinq mois d'intervalle». 

L'organisation propose toutefois, dans une résolution unanime, de tenir le scrutin provincial durant la saison printanière dès 2025, suggérant de tenir l'élection le 4 mai de cette même année. C'est donc dire que les élus auraient un mandat écourté de six mois.