Marcel Duquette et Mireille Maltais ont célébré samedi leur deuxième anniversaire de rencontre au Festival de montgolfières de Gatineau.

Rencontrer l'âme soeur au FMG

Est-ce possible de rencontrer l'âme soeur au Festival de montgolfières de Gatineau ? Oui, comme en témoignent les bénévoles Mireille et Marcel, dont les chemins se sont croisés il y a deux ans au parc de la Baie.
Mireille Maltais, une femme de Québec, s'est établie à Gatineau il y a trois ans pour se rapprocher de son fils. 
Pour rencontrer des gens et se divertir, Mme Maltais a décidé de faire du bénévolat au Festival de montgolfières de Gatineau (FMG) après avoir vu une annonce dans son hebdomadaire local, il y a deux ans. 
Marcel Duquette est un Gatinois pure laine. Cet ancien électricien fait du bénévolat depuis plus de quatre décennies dans diverses organisations de la région. Il s'est associé au FMG il y a environ sept ans.
C'est Marcel qui a fait les premiers pas alors qu'il était affairé à ses responsabilités de ravitailleur de nourriture et de rafraîchissements au FMG, et que Mireille était à la concession des liqueurs pour les bénévoles.
«Je l'ai connu là. J'ai jasé un peu avec elle et entretemps j'ai su qu'elle était veuve. Moi, je suis veuf. Jase, jase, parle, parle, et une couple de jours après je l'ai invité à aller prendre un verre», a raconté Marcel.
Ni Mireille ni Marcel ne recherchaient l'âme soeur au moment de leur rencontre.
«Je me suis impliquée pour rencontrer des gens, faire du social. Pas pour rencontrer un amoureux», a expliqué Mme Maltais, une retraitée de l'enseignement qui s'est de toute évidence laissée emporter par le charme de M. Duquette.
Mireille partage la plupart des activités où Marcel est impliqué et donne de son temps, comme le festival Bal de Neige.
«Ma vie est remplie. Marcel a une belle grande famille qui se visite souvent. Je suis rentrée dans la famille, et c'est très agréable», a indiqué Mme Maltais, qui est affectée à servir le souper aux bénévoles du FMG.
Avis aux hommes célibataires, le FMG compte quelque 1560 bénévoles, et la majorité est des femmes, a souligné M. Duquette, 69 ans.