Ce contenu vous est offert gratuitement, il ne vous reste plus de contenu à consulter.
Créez votre compte pour consulter 3 contenus gratuits supplémentaires par jour.
Le gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau pourrait être renversé à tout moment, en particulier après avoir présenté le prochain budget, le premier depuis que la pandémie de COVID-19 a fait monter en flèche le déficit fédéral.
Le gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau pourrait être renversé à tout moment, en particulier après avoir présenté le prochain budget, le premier depuis que la pandémie de COVID-19 a fait monter en flèche le déficit fédéral.

Remaniement : Champagne remplacerait Bains; Garneau à Affaires mondiales

Joan Bryden
La Presse Canadienne
Article réservé aux abonnés
Le premier ministre Justin Trudeau doit procéder mardi à un petit remaniement ministériel, avant une retraite du cabinet visant à discuter de stratégie pour le retour au parlement.

Le remaniement est causé par le départ de Navdeep Bains, le ministre de l’Innovation, des Sciences et de l’Industrie, qui ne prévoit pas se présenter aux prochaines élections, qui pourraient avoir lieu aussi tôt qu’au printemps.

Le ministre des Affaires étrangères François-Philippe Champagne remplacerait Navdeep Bains, et Marc Garneau prendrait le poste de M. Champagne.

On s’attend à ce que Justin Trudeau élève le député d’arrière-ban de la région de Toronto, Omar Alghabra, au cabinet pour assumer le portefeuille des transports.

Le gouvernement libéral minoritaire de Justin Trudeau pourrait être renversé à tout moment, en particulier après avoir présenté le prochain budget, le premier depuis que la pandémie de COVID-19 a fait monter en flèche le déficit fédéral.

M. Trudeau a clairement indiqué que les portefeuilles essentiels doivent être supervisés par des ministres qui ont l’intention d’être là pour le long terme et qui peuvent vendre le programme du gouvernement lors de la prochaine campagne électorale.

La retraite virtuelle du cabinet - quatre séances d’un jour qui se tiendront au cours des deux prochaines semaines - sera axée sur ce que le gouvernement devra faire pour gérer la pandémie qui fait toujours rage à travers le pays, incluant l’accélération de la distribution de vaccins.

Elle doit aussi se concentrer sur une éventuelle relance économique, et le gouvernement libéral prévoit investir des milliards de dollars dans la lutte contre les changements climatiques, la création d’emplois, l’offre de logements abordables et un programme national de garde d’enfants.

Le gouvernement se prépare à la reprise des activités au parlement, le 25 janvier, qui risque d’avoir lieu dans un environnement davantage partisan.

La pandémie avait forcé la coopération entre les partis l’an dernier, ce qui avait permis au gouvernement minoritaire libéral de travailler sans véritable risque d’être renversé.

Mais cet esprit de collaboration pourrait s’évaporer cette année, surtout lorsque le gouvernement déposera un budget qui, selon toute attente, fera croître encore davantage un déficit fédéral déjà gonflé.

Le gouvernement aura besoin de l’appui d’au moins un des principaux partis de l’opposition pour survivre à un vote de confiance sur le budget.