Refusée à cause d'une raquette

Jessy Laflamme
Jessy Laflamme
Le Droit
Une élève de la Commission scolaire au Coeur-des-Vallées (CSCV) n'a pu monter à bord de son autobus scolaire parce qu'elle transportait avec elle une raquette de badminton.
« Cette jeune fille de douze ans est une récidiviste », a déclaré ironiquement le commissaire Marc Beaulieu lors du dernier conseil des élus. « Elle a déjà tenté de transporter un ballon de soccer et même des patins... »
Le commissaire Beaulieu a demandé une révision de ce règlement, qui selon lui, nuit aux élèves désirant être actifs ou voulant jouer d'un instrument de musique pendant leur vie scolaire. « Certains parents de l'école Saint-Laurent, du secteur Buckingham, dont les enfants suivent des cours de musique, trouvent compliqué de devoir trimballer l'instrument. De petits irritants comme ceux-là s'accumulent et peuvent devenir source de plus grandes frustrations », a affirmé le commissaire, lorsque rejoint par LeDroit.
Le président de la CSCV, Alexandre Iracà, a précisé qu'il est possible pour les jeunes d'amener une raquette, un ballon, un violon, une flûte et même des patins à glace dans l'autobus scolaire, à condition qu'ils soient transportés dans un sac de grandeur réglementaire. Par contre, comme les élèves sont restreints à seulement deux bagages, il devient difficile pour eux de traîner leur équipement, une fois le sac d'école et la boîte à lunch en main. Ils doivent ainsi compter sur la collaboration de leurs parents.
Plus de détails dans LeDroit du 12 décembre ou sur ledroitsurmonordi.ca