À l’avenir, Intendance Ontario sera responsable d’établir des contrats avec les centres de récupération au nom des entreprises pour s’assurer de la gestion des matières de boîtes bleues.

Recycle Action craint des répercussions

L’entreprise sociale Recycle-Action craint pour sa santé financière si l’Ontario va de l’avant avec les changements prévus au programme des boîtes bleues.

En juin 2016, la province a adopté le projet de loi 151 favorisant un Ontario sans déchets, qui vise entre autres à détourner plus de matières des sites d’enfouissement. Ce changement de voie de la province comprend également des modifications au système de boîtes bleues qui sera désormais géré par les entreprises.  

Actuellement, les coûts pour la gestion des matières recyclables sont partagés entre les municipalités et les entreprises qui les distribuent (papier, emballages, plastiques, etc.) représentées par Intendance Ontario.  

À l’avenir, Intendance Ontario sera responsable d’établir des contrats avec les centres de récupération au nom des entreprises pour s’assurer de la gestion des matières de boîtes bleues. Selon l’échéancier établi, les modifications au programme des boîtes bleues doivent être présentées en février 2018 au Ministère de l’Environnement et de l’Action en matière de changement climatique.

Pour Caroline Arcand, directrice générale du Groupe Convex, qui gère l’entreprise Recycle-Action, les craintes se situent au niveau des tarifs qui seront imposés.

« Le tarif sera probablement imposé par le Stewardship (Intendance) et peu importe le tarif, ça ne nous empêchera pas d’offrir notre service. Toutefois, ça ne veut pas dire qu’au tarif qui sera offert nous serons capables d’offrir le service de façon rentable. Les coûts de production ne sont pas les mêmes partout en province. Les grandes villes ont un service automatisé alors que nous employons des personnes », a souligné Caroline Arcand.  

Recycle-Action, une entreprise sociale de Groupe Convex, emploie un peu plus d’une quarantaine de personnes qui rencontrent des défis sur le plan de l’employabilité. L’entreprise est responsable du tri des matières recyclables provenant des boîtes bleues de six municipalités. Recycle-Action s’occupe également de la récupération des déchets électroniques ainsi que les plastiques agricoles.  

C’est principalement avec cette mission en tête que Groupe Convex invite les CUPR à appuyer la démarche visant à faire reconnaître le statut particulier de Recycle-Action. 

« On ne connaît pas l’impact à ce moment-ci parce qu’on ne connaît pas les nouveaux tarifs qui seront fixés. Aujourd’hui, on souhaite qu’il y ait une prise de conscience des enjeux qui existent notamment dans les secteurs ruraux de la province », a fait valoir Mme Arcand.