Comme plusieurs enfants et membres de leur famille, Zacharie Morissette (photo ci-dessus) a participé à la fête de Noël au Centre de pédiatrie sociale de Gatineau.

Récupérer ceux qui passent entre les mailles du filet

De nombreux enfants et parents clients du Centre de pédiatrie sociale de Gatineau (CPSG) ont participé samedi aux activités entourant la 8e édition de la Guignolée du Dre Bureau, une campagne de financement qui permet à l'organisation d'amasser des fonds pour lui permettre de continuer à offrir ses services de proximité aux enfants vivant en milieu défavorisé.
Les dons aident le CPSG à s'assurer que ces jeunes reçoivent les soins et les services auxquels ils ont droit, a souligné en entrevue la Dre Anne Marie Bureau, directrice clinique au Centre.
« Depuis un an, on a plus que doublé le nombre d'enfants à qui on offre des soins, a-t-elle indiqué. On soigne maintenant près de 725 enfants avec une toute petite équipe ». 
« Notre défi de la prochaine année est de réussir à donner davantage d'intensité de services, ce qui nécessite l'embauche de professionnels », a continué la Dre Bureau.
Le Centre de pédiatrie sociale de Gatineau emploie des travailleuses sociales, des psychoéducateurs, des éducateurs spécialisés et des thérapeutes. 
La clientèle qui fréquente le Centre souffre de troubles d'apprentissage, de déficits d'attention, de troubles d'acquisition de la coordination, de retards de développement et de retards de langage, entre autres. Les parents des enfants n'ont pas les moyens de se payer des services privés, et font ainsi appel à ceux du CPSG.
« Les besoins des enfants sont immenses, et de plus en plus d'enfants semblent glisser entre les mailles du filet. Ce sont ceux-là qu'on accueille », a indiqué la Dre Bureau.
La Guignolée du Dre Bureau avait lieu dans plus de 35 sites à Gatineau, par téléphone, en ligne et aux bureaux de l'organisation sur la rue Frontenac et la rue Notre-Dame. Les enfants et les parents qui ont participé aux activités, samedi, ont notamment eu la visite du père Noël, ont joué à des jeux de société, ont fait du bricolage, et ont aussi eu un repas.
« Dans le fond, c'est notre réveillon, a résumé Mme Bureau. C'est une occasion pour nous de recevoir toutes nos familles, mais aussi celles du quartier qui ne viennent pas nécessairement chercher des soins. On célèbre la fête de Noël ».
Le montant total d'argent amassé devrait être connu lundi. Les gens peuvent continuer à faire des dons à la Guignolée jusqu'au 15 janvier.